Hôpital public : le cri d'alarme de Cherine Benzouid, cardiologue

"Leur médaille, on n'en veut pas." Le cri d'alarme de la docteure Cherine Benzouid.

Crise de l’hôpital public : le cri d'alarme de la cardiologue Cherine Benzouid

Plusieurs soignants ont manifesté devant l’hôpital Robert-Debré à Paris pour protester contre l’idée d’une « médaille de l’engagement » promise par Sibeth Ndiaye.

C’est une réponse cinglante à une déclaration de la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, qui annonçait qu’une « médaille de l’engagement » serait remise à certains soignants pour leur combat contre le Covid-19.

« Leur médaille; on n’en veut pas »

Le 14 mai, avec d’autres collègues, rassemblés devant l’hôpital Robert-Debré à Paris, la cardiologue Cherine Benzouid a répondu : « Leur médaille, on n’en veut pas. Nous ne sommes pas des héros. Nous ne sommes pas des héroïnes. »

Plutôt qu’une médaille, Cherine Benzouid réclame plus de lits et des augmentations de salaires. « Il y a une hémorragie qui est en train de se faire, les gens sont en train de partir parce que non seulement ils travaillent dans de mauvaises conditions, et en plus ils sont sous-payés », désespère la médecin.

« Le niveau actuel est infâme. C’est indigne d’un pays comme la France »

« On n’a pas le droit de faire ça, quel que soit le domaine, que ça soit à l’hôpital ou ailleurs. La crise qui arrive va ramener son lot de détresses psychiques, psychologiques et physiques », ajoute Cherine Benzouid. La cardiologue déplore notamment des économies faites sur le service public.

Elle rappelle en outre que la situation ne date pas d’hier. « Depuis des années, les syndicats se battent. Depuis des années, les Ehpad se battent. Depuis des années, la psychiatrie se bat. Ça fait des années que les gens tirent la sonnette d’alarme. On ne nous a pas entendus. » La cardiologue conclut, scandalisée : « Le niveau actuel est infâme. C’est indigne d’un pays comme la France. »

avatar
Brut.