retour

L'hôpital public français : avant le Covid, pendant… et demain ?

"Pourvu qu'après, on garde des moyens", espère la cheffe du service diabétologie à la Pitié-Salpêtrière, Agnès Harteman.

« Pourvu qu'après la crise du Covid-19, on garde des moyens », par la Dre Agnès Harteman

La cheffe du service diabétologie à la Pitié-Salpêtrière Agnès Harteman craint qu’à la fin de l’épidémie, l’hôpital public perde les moyens qu’on lui a alloués.

« En janvier dernier, j’étais, comme beaucoup de collègues, épuisée. L’impression d’être tout le temps en combat pour me faire comprendre par la direction », se souvient la Dre Agnès Harteman, cheffe du service diabétologie à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris. Pour Brut, elle livre ses craintes de voir les moyens alloués à l’hôpital public retirés à la fin de l’épidémie de Covid-19.

« On a l’impression qu’on a eu, d’un seul coup, presque trop de choses »

Pendant la crise du Covid-19, on a été compris. Même par nos directions locales. La direction de cet hôpital était avec nous main dans la main. Donc on voit qu’ils peuvent l’être. Pour les patients avec le Covid-19, on a eu tellement de moyens. On a eu tout ce qu’on voulait. Les infirmières me disent : « Mais ça fait peur, on a l’impression qu’on a eu, quelque part, d’un seul coup, presque trop de choses. »

On est en train de se poser une nouvelle question éthique : « Pourquoi on a eu tout ça pour des patients malades du Covid-19 ? » Tant mieux pour eux. On a pu faire tout ce qu’on pouvait pour eux, vraiment. Mais on a une crainte, c’est que tout ça s’arrête.

« On va revenir à ces patients qui attendent des plombes sur les lits aux urgences »

Si on revient à un flux tendu encore pire qu’avant, les autres crises – grippe, bronchiolites de l’hiver – on pourra encore moins les encaisser. Puis on va revenir à ces patients qui attendent des plombes sur les lits aux urgences.

On n’a pas assez d’ambulances pour les transporter dans les services. Là, on avait tout ce qu’il fallait comme ambulances. Ils vont recommencer à attendre des heures avant d’arriver dans les services. On a très peur que l’hôpital public tombe dans l’oubli et que le retour de balancier soit terrible.

« Il faudrait que la direction administrative vienne sur le terrain avec nous »

Idéalement, il faudrait continuer le dialogue avec la direction administrative. C’est eux qui tiennent les cordons de la bourse. Il faudrait qu’ils viennent sur le terrain avec nous, qu’on évalue ensemble quels types de patients ont besoin de combien d’infirmières, d’aides-soignantes, d’agents, de secrétaires…

Il faudrait qu’on continue à être dans ce dialogue et ce respect mutuel autour de la qualité. Jusque-là, les premiers ordres du jour, c’était : quantité de séjours, recettes, dépenses. Toujours. De la gestion, des finances.

Ça, ce serait un nouvel hôpital. Et dans ce qu’on appellerait cette nouvelle gouvernance, où la gestion serait au service du soin et non le contraire, il faudrait des médecins, aussi des représentants du personnel. Parce que les grands absents de ces réunions, c’est les gens du personnel qui ont quand même leur mot à dire sur leurs conditions de travail. Et puis des usagers, qui ne sont pas associés à ce genre de discussions et de choix.

12/05/2020 06:29
  • 518.0k
  • 339

114 commentaires

  • Ludo T.
    24/05/2020 21:52

    Bien comprendra les gens,ça le ruine pas trop le Macron .

  • Yocoti G.
    20/05/2020 17:23

    Le bon sens voudrait qu'on voit davantage d'Agnès dans les médias et surtout dans les cercle s politiques. Soyons donc nous patients ou futur patients acteur en influençant les politiques dans cette direction car n'oublions pas que la qualité des soins s'est pour nous tous. Nous sommes concernés !

  • Cat G.
    15/05/2020 20:52

    Ben oui, l’hôpital public ce n’est pas rentable !!! Aujourd’hui il faut que tout rapporte de l’argent !!!

  • Kouassi elisee
    14/05/2020 22:00

    salut je voulais qu'on devienne amis

  • Jean-pierre R.
    14/05/2020 20:35

    Merci Madame pour ces paroles empreintes de bon sens, la lourdeur administrative bloque tout le système, mais se rendront ils compte un jour de l'urgence, c'est à en douter ! Ils ne pensent qu'à la rentabilité, l'hôpital n'est pas une entreprise à faire du chiffre !! Je n'applaudi pas à 20h tous les soirs mais j'étais dans les manifs pour soutenir le personnel hospitalier à qui je dois beaucoup pour les soins qui m'ont été prodigué !! Encore merci !! 👍👍👍

  • Marie-lise B.
    14/05/2020 19:06

    J'espère que cette crise sanitaire aura fait prendre conscience à l'état de l'importance primordiale de notre service de santé publique.. Ce qui serait une grande avancée serait de diviser au moins de moitié le personnel administratif qui ne sert pas à grand chose et au contraire investir à fond dans le personnel médical et le matériel médical sans discuter...

  • Martial M.
    14/05/2020 15:25

    Les Tableaux Excel, la mort de la communication, de l'humanisme, des tableaux pour tout, pour prouver qu'on bosse, et on passe 1/3 du temps à les remplir ces saletés de tableaux !!

  • François N.
    14/05/2020 12:27

    Eh oui, le covid touche tout le monde, y compris nos dirigeants, c'est pour cela qu'ils donnent les moyens. Pour les autres maladies, ils ont leurs entrées dans des structures privées, le relationnel, les soins dans d'autres pays....

  • Jeannie P.
    14/05/2020 11:58

    Pourvu que ce soit réellement entendu, compris et intégré

  • Boile F.
    14/05/2020 10:22

    Et oui c est la réalité, ça fait quelques années déjà restrictions de budget, et rentabilité pour les établissements hospitaliers

  • Patrice C.
    14/05/2020 03:41

    J espere que tout ceci va changer grace a ce genre d intervention.je ne veux plus attendre 3 heures aux urgences par manque de soignants..encore merci a vous tous.

  • Philippe M.
    13/05/2020 22:04

    Bravo Madame Chapeau bas Moi je n’ai pas applaudi tous les soirs à 20 heures... Par contre j’ai participé à toutes les actions et manifestations pour sauver l’hôpital public... J’espère que toutes ces personnes n’auront pas la mémoire courte en temps voulu... Mais chasser le naturel il revient au galop... On se comptera bientôt dans la rue et dans les urnes.. Merci encore

  • Michelle R.
    13/05/2020 18:29

    Quel courage de dire simplement la vérité respect

  • Marie-Françoise C.
    13/05/2020 16:04

  • Jean V.
    13/05/2020 14:14

    Cette femme est exemplaire..!!! Quel interview..!!!!!!

  • Flore R.
    13/05/2020 09:55

    Ne vous emballez pas trop c est pour mieux vous endormir

  • Emi L.
    13/05/2020 05:55

    Comment se fait-il que mon commentaire ai été supprimé ?! Dérangeait-il? N’a- t- in pas le droit de dire certaines choses véridiques sur votre page?!

  • Elisabeth J.
    13/05/2020 05:00

    Bravo madame

  • Bruno B.
    13/05/2020 04:56

    Je souhaite que tous les gens qui applaudissaient seront prêt à vous soutenir le moment venue dans la rue. Moi perso, je suis paré pour cette nouvelle guerre Macron...

  • Evy L.
    13/05/2020 04:45

    Tellelent vrai

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des emails de Brut.