Il a voulu venger la mort de son frère : Adama Camara témoigne

Adama Camara a fini en prison pour avoir voulu venger la mort de son frère. Aujourd’hui, il lutte contre les rixes de banlieues.

Les rixes ça part de rien “mais les conséquences sont dramatiques”

“Les rixes, ça mène à la mort, la prison, le handicap. Tant qu’il n’y a pas mort d’homme, on croit souvent que c’est un jeu. Mais quand il y a une personne qui reste au sol, c’est toute une famille qui est détruite” déclare Adama Camara. Cette histoire, Adama Camara la vécut personnellement. Un samedi soir de 2011, son petit frère, Sada, âgé de 18 ans, est blessé mortellement lors d’une rixe, qui a eu lieu devant une gare à Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise). Trois ans plus tard, le grand frère se procure une arme et décide de venger son frère. Il tire sur six responsables. Ses cibles ont survécu. “Heureusement, je n’ai tué personne.” Adama Camara écope d’une peine de prison de huit ans pour “tentative d’homicide”.

Depuis sa cellule, il lutte contre les rixes et la violence dans les quartiers. Il commence par publier un post qui est relayé. En juillet 2019, le jeune trentenaire sort de prison en semi-liberté. Depuis sa sortie, il continue à sensibiliser les jeunes contre les guerres dans les cités. “Les rixes, ça part de rien. Parfois, ça part des provocations, aujourd’hui, beaucoup des réseaux sociaux, pour une histoire de fille, pour un match de foot. Mais les conséquences sont dramatiques.” Un membre de la famille qui lutte contre la mort d’un proche, c’est le cas de la sœur d’Adama Traoré, jeune homme de 24 ans, décédé en 2016. Retour sur l’affaire Traoré et 4 ans de bataille judiciaire. Vingt-cinq ans plus tard, Mathieu Kassovitz revient sur le film la Haine et l'évolution des banlieues.

avatar
Brut.