L'histoire de Lisa Montgomery, dont l'administration Trump a annoncé l'exécution

L'administration Trump a annoncé l'exécution de Lisa Montgomery, qui deviendrait la première femme exécutée par le gouvernement fédéral depuis 1953. Pour Brut, sa sœur Diane raconte son histoire.

Lisa Montgomery, la seule femme dans le couloir de la mort

Condamnée pour le meurtre d’une femme enceinte, Lisa Montgomery devrait être la première femme à être exécutée par le gouvernement fédéral américain depuis 70 ans.

L’exécution de Lisa Montgomery est prévue pour le 12 janvier 2021. Il s’agit de la seule femme dans le couloir de la mort condamnée par jugement fédéral aux États-Unis. Sa sentence à été prononcée en 2007.

Aujourd’hui, ses avocats et sa sœur demandent la grâce. Le motif : Lisa Montgomery souffre d'une grave maladie mentale due à des violences sexuelles et physiques répétées tout au long de sa vie.

De lourds traumatismes

« Quand les maltraitances ont commencé, je suis intervenue pour les subir à sa place. Et l'État du Kansas a fini par me retirer de la famille quand j’avais environ 8 ans. Mais Lisa n'a jamais eu cela, alors quand je suis partie, c'est elle qui a subi les violences », raconte Diane Mattingly, la sœur de Lisa Montgomery.

La condamnée aurait aussi été victime de trafic sexuel de la part de sa mère et victime de nombreux viols commis par son beau-père. « Il avait construit une pièce spéciale sur le côté de leur caravane afin que lui et ses amis puissent entrer et la violer sans que personne d'autre ne s'en aperçoive », rapporte Sandra Babcock, directrice du Cornell Center sur la peine de mort.

Lisa Montgomery souffre de nombreux traumatismes et suit aujourd’hui un lourd traitement : elle prend des médicaments psychotropes. « Il n'y a personne d'autre dans le couloir de la mort qui présente de tels antécédents de traumatisme », affirme Sandra Babcock.

« Elle a littéralement craqué »

En décembre 2004, Lisa Montgomery a étranglé Bobbie Jo Stinnett, alors enceinte de huit mois, et a arraché le bébé qu'elle portait de son ventre. L'enfant a ensuite été retrouvée saine et sauve par les autorités.

« Je suis de tout cœur avec la famille. Je sais qu'ils souffraient à l’époque et encore aujourd'hui. Il y a deux familles qui ont été détruites par cette situation et leur famille a été définitivement détruite par cette situation. Je comprends tout à fait », ajoute la directrice du Cornell Center sur la peine de mort.

Elle poursuit : « Mais le fait est qu'elle souffre d'une maladie mentale, et vous ajoutez les sévices sexuels, les violences psychologiques, les viols collectifs qui ont continué encore et encore, les violences physiques… Elle a littéralement craqué. »

Le retour des exécutions fédérales

En juillet 2020, l’administration Trump a repris les exécutions fédérales, après une parenthèse de 17 ans. Avant cela, trois personnes avaient été exécutées par le gouvernement fédéral au cours des 50 dernières années.

Entre juillet et novembre 2020, huit personnes ont été exécutées par le ministère américain de la Justice. Cinq autres sont condamnées à mourir avant que Joe Biden ne prenne ses fonctions, dont Lisa Montgomery. Ce que la sœur de Lisa Montgomery et ses avocats demandent aujourd’hui, c’est qu’elle soit laissée en prison le reste de sa vie.

avatar
Brut.
14 décembre 2020 19:27