Les chiffres des violences conjugales

L'implacable réalité des violences conjugales, la voici.

Entre 2018 et 2019, le nombre de féminicides a augmenté de 21 %

C’est le sordide bilan de « L’Étude nationale sur les morts violentes au sein du couple », publiée le 17 août 2020 par le ministère de l’Intérieur.

L’année dernière, la police et la gendarmerie ont recensé 173 homicides conjugaux. 146 sont des féminicides. En d’autres termes, 84 % des victimes sont des femmes. On sait par ailleurs que 88 % des criminels sont des hommes. Des chiffres à retrouver dans L’Étude nationale sur les morts violentes au sein du couple>féminicides. En d’autres termes, 84 % des victimes sont des femmes. On sait par ailleurs que 88 % des criminels sont des hommes. Des chiffres à retrouver dans L’Étude nationale sur les morts violentes au sein du couple(target="blank"), publiée le 17 août 2020 par le ministère de l’Intérieur.

Dans 41 % des cas, les victimes avaient déjà été victimes de violences

Par rapport à 2018, on constate une hausse de 21 % des féminicides comptabilisés par la police et la gendarmerie. Toujours selon le ministère de l’Intérieur, dans 41 % des cas, les femmes tuées avaient déjà été victimes de violences. 63 % d’entre elles avaient signalé ces violences aux forces de l’ordre.

76 % des homicides conjugaux ont eu lieu au domicile du couple, de la victime ou de l’auteur. 67 % des meurtres sont survenus au sein de couples mariés, pacsés ou en concubinage. Le rapport indique par ailleurs que 62 % des victimes ainsi que 65 % des criminels étaient sans emploi ou à la retraite.

En outre, 141 criminels étaient de nationalité française sur les 173 identifiés. 32 étaient donc de nationalité étrangère : 82 % des auteurs d’homicides conjugaux sont français. Enfin, on sait que 22 % des criminels avaient consommé de l’alcool au moment des faits. En 2019, on recensait 268 tentatives d’homicide conjugal. C’est 73 de plus qu’en 2018.

avatar
Brut.
18 août 2020 14:59