Maintien de l'ordre : France vs Europe

"En France, on apprend aux policiers à se faire respecter par la force. En Allemagne, par leur capacité à communiquer."

Maintien de l’ordre : la France et ses voisins européens

En France, 47.695 manifestations et rassemblements ont eu lieu entre novembre 2018 et mai 2019. Ces événements ont fait ressurgir les fossés qui peuvent exister entre les forces de l’ordre françaises et celles des autres pays d’Europe.

La formation

« Il y a une erreur fondamentale que nous avons commise au ministère de l’Intérieur, c’est le peu de formation que nous offrons à nos policiers. Raccourcir la formation initiale, c’est-à-dire la formation quand on embauche un policier, n’était pas une bonne mesure », a admis Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, en novembre dernier.

En France, la durée de formation des policiers est de 8 mois en école et 16 mois sur le terrain. En Allemagne, en Finlande et en Norvège, la formation des policiers dure 3 ans. Les policiers et les gendarmes ayant suivi une formation en maintien de l’ordre sont aussi de moins en moins nombreux.

L’équipement

Les forces de l’ordre françaises sont parmi les plus équipées d’Europe. Elles peuvent utiliser des gaz lacrymogènes, des grenades de désencerclement ou des tirs de LBD. En Allemagne, seuls les canons à eau sont utilisés pour disperser la foule. Les policiers interviennent sans bouclier, à mains nues.

Pendant le mouvement des Gilets jaunes, 13.000 tirs de LBD ont été tiré et 25 personnes ont perdu un oeil pendantde ces manifestations.

La stratégie

En 2013, plusieurs pays européens ont cherché à élaborer une stratégie commune afin d’apaiser les relations entre manifestants et forces de l’ordre. La France n’a pas participé à ces échanges.

« Ils ont échangé dans le cadre d’un projet Godiac, qui repose sur la nécessité de maintenir le dialogue avec les manifestants, sur la nécessité de maintenir un niveau minimal d’engagement de la force, en maintenant le dialogue chaque fois avec le gros des manifestants afin de leur rendre clair le sens des manoeuvres engagées par les forces de l’ordre », explique Fabien Jobard, sociologue et auteur de Politiques du désordre.

L’IGPN

L’IGPN est un service de la police française chargé d’enquêter sur les défaillances au sein de l’institution policière. Toutes les polices européennes disposent d’un tel service. Au Royaume-Uni, ce service est dirigé par une personne civile qui n’a jamais fait partie de la police.

« Un des problèmes majeurs de l’IGPN, c’est qu’elle est complètement débordée. Elle ne sait pas. Rien que les saisies dans le cadre du mouvement des Gilets jaunes suffisent à épuiser ce service d’inspection qui, pourtant, a grandi, s’est rajeuni, a modernisé ses structures, ses manières de faire, sa communication. Elle est sous-dimensionnée par rapport aux défaillances structurelles de la police nationale, pas seulement en maintien de l’ordre », affirme Fabien Jobard.

avatar
Brut.
2 décembre 2020 07:29