retour

Mexique : le cri de révolte d'une mère dont la fille a été assassinée

Ce cri de révolte d'une mère dont la fille a été assassinée est devenu un symbole au Mexique, pays meurtri par les violences faites aux femmes. Là-bas, en 2019, 10 femmes par jour ont été assassinées.

Mexique : 10 femmes tuées chaque jour

Deux meurtres récents meurtres ont mis le feu aux poudres : celui d’Ingrid Escamilla, 25 ans, et celui d’une fillette de 7 ans, Fátima Cecilia Aldrighett Antón. Depuis, la révolte gronde.

« Si vous me voyez porter du noir, si je suis trop radicale, et si je brûle et si je casse, et si je détruis cette ville, c’est quoi votre problème ? Moi, ils ont tué ma fille », s’est écriée lors d’une manifestation, le 15 février, Yesenia Zamundio, mère d’une victime de féminicide. Ce cri de révolte est devenu un symbole du calvaire vécu par les proches des victimes au Mexique, pays meurtri par les violences faites aux femmes.

« Avant d’assassiner ma fille, ils ont en tué plein »

Le reste du discours de Yesenia Zamundio a marqué le pays entier. « Je ne suis pas dans une association, je n’ai pas besoin de tambour, ni d’un foutu parti politique pour me représenter. Je me représente toute seule. Et sans micro. Je suis une mère dont la fille a été assassinée. Et oui, je suis une mère émancipée, et une féministe. Et je suis à deux doigts d’exploser. J’ai le droit de brûler et de casser. Je ne vais demander la permission à personne. Parce que je casse pour ma fille. »

« N’importe quelle femme qui veut casser des trucs, laissez-la, n’importe quelle femme qui veut brûler des trucs, laissez-la. Et celui qui ne le sent pas, qu’il reste loin. Parce qu’avant d’assassiner ma fille, ils ont en tué plein. Un tas d'entre elles. Et qu’est-ce qu’on était tous en train de faire ? On était au chaud, chez nous, en train de pleurer et de broder. Plus jamais, messieurs. C’est fini. On a brisé le silence. Et on ne va plus vous laisser exhiber notre douleur en spectacle. »

« On a déclaré la guerre aux femmes »

  10 femmes par jour ont été assassinées par des hommes au Mexique en 2019. Après deux récents meurtres, celui d’Ingrid Escamilla, 25 ans, et celui d’une fillette de 7 ans, Fátima Cecilia Aldrighett Antón, les femmes mexicaines exigent de nouveau, parfois avec force, que ces affaires soient poursuivies et que les assassins soient mis en prison. 

« Nous faisons face à une situation très sérieuse, effrayante, où on a déclaré la guerre aux femmes, avec des attaques constantes », estime Amy Lira, responsable de l’accompagnement des victimes. « La plus forte expression de cette violence et de ces attaques est le féminicide. Le système judiciaire mexicain ne cherche pas de réelles solutions qui lui permettraient d’affronter ce problème rapidement, qui correspondraient au nombre de féminicides. »

Pour beaucoup de féminicides, pas d’enquêtes

Selon la loi, au Mexique, toutes les morts violentes de femmes doivent faire l’objet d’enquêtes avec « une perspective genrée » pour déterminer si ce sont des féminicides, une catégorie distincte de l’homicide aux peines plus lourdes. Mais les militantes affirment que pour beaucoup de féminicides, ces enquêtes n’ont pas lieu.   Au Mexique, les associations ont compté 3.825 féminicides en 2019, presque quatre fois le décompte officiel. « Nous avons un grave problème d’impunité. Les autorités ont les corps de ces femmes, ils les trouvent, mais ils ne gardent pas les preuves, ils les perdent ou les compromettent, ou ils ne les recueillent même pas. Et ça veut dire qu’on ne peut pas faire d’enquête préliminaire, qu’on n’a pas de piste et qu’on ne peut pas enquêter, ce qui veut dire que s’il n’y a pas de sanction, on dit aux agresseurs qu’ils peuvent continuer d’agresser les femmes parce qu’on ne les pénalise pas », assure María Salguero, créatrice de la carte mexicaine des féminicides.

Amy Lira poursuit. « La vérité est que le système judiciaire au Mexique n’est pas formé, pas préparé et n’est pas en cours de formation pour faire face aux féminicides. C’est ignoble, je crois que toutes les manifestations des femmes, toutes les associations de femmes, la société civile et beaucoup de gens au sein des institutions, les gens qui y travaillent de près et de loin sont scandalisés, on est très frustrés et en colère parce qu'on n’a pas de véritable réponse de la part des autorités pour faire face à ce problème très grave qu’on a au Mexique. »

04/03/2020 17:35
  • 1.4m
  • 1.8k

524 commentaires

  • Rachida C.
    un jour

    😭😭😭😭😭

  • Yo S.
    un jour

    Déjà ta laissé ta fille avec un homme Violent ... Il est là le problème jcrois...

  • Alexandrina F.
    2 jours

    😢

  • Alain L.
    3 jours

    😡

  • Laila L.
    3 jours

    Ils doivent les tuer Parce qu'elles doivent refuser de ce prostituées. Mon Dieu 🤲 J'espère qu'ils se feront foudroyé par la puissance Divine 💖

  • Nathalie F.
    4 jours

    De tous cœurs ♥️ avec vous ✊ Allez-y battez-vous et ne vous laissez pas impressionnés 👏👏👏👏👏👏👏

  • Eva L.
    6 jours

    A chaque GUERRE...IL Y A UNE FEMME derrière... Garre a vos fesses et vos coucougnettes les ASSASSINS

  • Momo M.
    7 jours

    Je trouve cela honteux et triste que leurs gouvernements ne fait rien pour ces pauvres femmes sans défenses et surtout honte à touts les représentants des pays du monde qui n'en parlent pas du tout, ça me fait penser a la Palestine 😢

  • Rosine D.
    25/03/2020 18:36

    Bravo à vous de votre courage

  • Sandrine F.
    25/03/2020 13:05

    Il faut s'armer et tuer ces assassins. Réagir avant d'être victime de ces bourreaux. Personne ne viendra en aide à toutes ces femmes sinon elles-mêmes. Courage, respect et honneur à vous toutes ❤❤

  • Eliane D.
    24/03/2020 16:13

    Vous avez raison foutez le feu dans la prison, cramé les ces chiens

  • Eliane D.
    24/03/2020 16:12

    O dirait moi

  • LN O.
    24/03/2020 11:32

    Il fallait en parler plus tôt et en dehors de votre pays pour faire bouger les choses. Battez vous, ne lâchez rien .Bon courage.

  • Yolande C.
    24/03/2020 10:13

    Témoignage poignant, bouleversant. Le problème est une justice totalement absente ou corrompue ... Courage à toutes ces femmes, ces filles, ces mères. Je trouve navrant que les divers gouvernements n'interviennent pas pour mettre un terme à ces crimes ?....

  • Marie H.
    24/03/2020 01:58

    Bravo à vous

  • Jasmine P.
    23/03/2020 14:45

    Quel monde de fous où la vie des femmes ne vaut pas grand chose au regard de certains hommes le plus souvent des "loosers" qui considèrent avoir le droit de vie et de mort sur les femmes. Mesdames fuiyez ces pervers bons à rien. Il vaut mieux être seule que mal accompagnée. Respectez-vous, ne laissez jamais aucun homme vous dévaloriser. Vous êtes toutes des Reines.

  • Claire B.
    22/03/2020 16:06

    Si les femmes étaient plus solidaires et se mettaient toutes ensembles, alors ce serait pire que le coronavirus ! Elle a bien raison cette femme. Bravo et courage car il y en a bien besoin.

  • Cid J.
    22/03/2020 15:28

    Sa haine dessert sa cause et ce n'est pas en s'engageant dans des pseudo causes ,quelle retrouvera sa fille paix à son âme. Les violences au Mexique ne font aucunes distinction entre homme et femme... L'éducation seule pourra lutter contre cette pratique. La régularité sans arrière-pensée idéologique. Que Dieu apaise le cœur de cette mère.

  • Pascale L.
    21/03/2020 19:56

    Ptg 45 😣

  • Myriam K.
    21/03/2020 14:10

    C bien au moins que leur mère les défendent bordel !! Surtout qd personne veut croire aux mascarades des gens qui ont du fric..

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des emails de Brut.