Olivier Roellinger : des traumatismes à la cuisine

Abandon de son père, tentative d’homicide… Il a fait de ses traumatismes une force. Olivier Roellinger raconte.

“La vie est un cadeau. Parfois, elle est cruelle et difficile, mais c'est quand même un cadeau”

Il m'est arrivé plein de peines dans la vie. Mais j'ai réussi, j'ai eu la chance de pouvoir les surmonter.” Depuis son enfance, Olivier Roellinger a dû faire face à de nombreuses épreuves. Aujourd’hui à la tête d’un restaurant triplement étoilé, il revient sur son passé difficile. Alors qu’il n’avait que 12 ans, il assiste au divorce de ses parents et à l’abandon de son père. “Il pouvait me croiser, on ne se disait plus bonjour, il n’y avait plus d'anniversaires, il n’y avait plus de Noël. Il n’y avait plus rien. Et ça a duré plus de 35 ans. Donc effectivement, c'était très lourd et je suis resté seul avec ma mère dans cette maison.Changer de vie : à 59 ans, Catherine a tout quitté pour la cuisine

À 21 ans, il subit de nouveau un traumatisme : il est tabassé et laissé pour mort par un groupe de jeunes. “5 jeunes garçons me tabassent. Je vais me retrouver totalement massacré : triple fracture de la jambe gauche, double fracture de la jambe droite, bassin fracturé, fracture du crâne… C'était à coups de barre à mine. Et puis je me suis réveillé après quelques jours de coma dans l'hôpital de Saint-Malo. Et là, on m’a très vite fait comprendre que je n'étais pas certain de remarcher un jour.” Malgré les difficultés, Olivier Roellinger a su les dépasser et vit aujourd'hui de sa passion : la cuisine. Mohammed Elkhady et la "cuisine d'immigration"

avatar
Brut.