retour

Russie face à l’Ukraine : le point de vue de Jean-Luc Mélenchon

Opposé aux sanctions, volonté de sortir de l’OTAN, voici ce que dit Jean-Luc Mélenchon, candidat, de la crise Ukraine - Russie.

“Franchir les frontières n’est pas acceptable”

Jean-Luc Mélenchon : “J'ai une position non alignée, ni avec les Américains, ni avec les Russes, ni avec les Chinois, ni avec personne. Les Russes ont franchi un seuil inacceptable. Ils n'ont pas à reconnaître l'indépendance de deux républiques autoproclamées à l'intérieur d'un État reconnu au plan mondial qui est l'Ukraine.”

“Point numéro deux : ils ont franchi la frontière. Ils ont commencé par le reconnaître et ils entrent militairement dans les deux pays. C'est inacceptable pour nous. Si on accepte ça, on accepte que dorénavant, tous les problèmes vont être réglés par la force.” Jean-Luc Mélenchon défend des interventions, sous certaines conditions, “de manière contrôlée, maîtrisée, et que les peuples se prononcent sous un contrôle international.”

Le candidat de la France insoumise rappelle que des problèmes qui sont pour lui “le résultat de l’effondrement de l’Union soviétique”, il y en a dans d’autres pays de la région, comme en Géorgie et en ex-Yougoslavie, dont font notamment partie la Bosnie-Herzégovine, le Kosovo et la Serbie.

Selon le candidat de la présidentielle 2022, ce qu’il faut voir derrière le conflit qui a lieu entre la Russie et l'Ukraine, c'est un nouveau partage de l'Europe entre les Américains et les Russes. Tout ce qui rentre pour les "Amerlos", c'est OTAN.”

“Et tout le reste, c'est pour les Russes. D'ailleurs, quand ils veulent parler de sécurité, ils ne se réunissent qu’entre eux, ils ne font même pas venir d'Européens. Si pour prendre le café à la fin.”

Les sanctions ne donnent “aucun résultat politique”

Pour Jean-Luc Mélenchon, les sanctions ne sont pas une solution : “On en a déjà fait pour la Crimée, on en a fait pour l'Iran, on en a fait pour des tas de pays. Ça donne des résultats merveilleux, c'est-à-dire que les peuples tirent la langue jusqu'à par terre et il n'y a aucun résultat politique.”

“Là, les sanctions, qui va les payer ? Les Européens ! Qui, vous croyez, qui va payer les sanctions, les Russes ? La dernière fois qu'on a fait des sanctions, ils ont appris à se passer de nous. C'est tout ce qu'on a gagné.”

“Nous sommes les premiers investisseurs, nous Français, en Russie. Nous sommes le premier employeur étranger en Russie. Là, ils disent qu'ils vont couper le gazoduc… Rigolade ! Ils vont le couper pendant quelques mois, pour le rétablir. Pourquoi ? Le gaz a déjà augmenté de 20 %. Qui va payer plus cher ? Les Européens ! Pas les Russes, puisque eux, ils exportent leur gaz. Tout ça… Ce n'est pas de la politique internationale sérieuse.”

“Je suis contre l’OTAN, je suis pour qu’on en sorte”

Jean-Luc Mélenchon est clair : “Je suis contre l'OTAN, je suis pour qu'on en sorte”. A propos du conflit entre la Russie et l’Ukraine, “Poutine s'est dit dix fois : faut pas que (les Ukrainiens) entrent dans l'OTAN. Il s’est dit : ils vont le faire. Donc, qu'est-ce qu'il fait ? Il fait sa prise d'avantage avant. Il prend les enclaves russophones d'Ukraine avant que ce soit dans l'OTAN. Parce que si c'est dans l'OTAN, on se tape une guerre. Donc là, il va se taper des sanctions. Ça lui va.”

Le président de Russie, Vladimir Poutine, a reconnu le 21 février 2022 l’indépendance des deux “républiques” séparatistes prorusses du Donbass, Lougansk et Donetsk. Aux Etats-Unis et en Europe, cette décision a été unanimement condamnée. Les Etats-Unis et l’Union européenne ont menacé la Russie de sanctions économiques et financières.

“Et puis, un jour ou l'autre, le Parlement de l'Ukraine va se prononcer pour entrer dans l'OTAN, et le Conseil "supériorissime" de l'OTAN va dire : “Ah mais oui, venez”. Un seul pays pourrait tout bloquer, puisque c'est ça la règle de l'OTAN. Mais il n'y en a pas un qui va s'y risquer car l’Oncle Sam va faire les gros yeux à tout le monde.”

“Moi, je ne suis pas d'accord avec ça. Je suis pour qu'on fasse une conférence sur la sécurité des frontières en Europe. On se met autour de la table et on dit aux uns et aux autres: "C'est quoi votre problème ? Les Russes, quelles garanties demandez-vous ?” Ça, c'est une réponse concrète.”

“Moi, mon idée, c'est cette conférence et surtout le sérieux dans les relations diplomatiques. Et comme je suis Français et rien d'autre, pas Américain ou je sais pas quoi, je ne suis pas d'accord pour qu'ils s'arrangent entre eux pour décider ce qui est bon pour l'Europe.”

Jean-Luc Mélenchon est le premier des candidats de l’élection présidentielle 2022 à avoir répondu à vos questions sur Brut. Issu de la même interview, découvrez pourquoi Jean-Luc Mélenchon est pour le droit de vote à 16 ans et pourquoi Mélenchon veut abolir certaines chasses. Anna Colin Lebedev, enseignante-chercheuse, répond à 6 questions simples pour mieux comprendre la crise entre l’Ukraine et la Russie.

L'interview complète de Jean-Luc Mélenchon est aussi disponible.

22/02/2022 21:10mise à jour : 22/02/2022 21:11
  • 2.4M
  • 4.1K

0 commentaire

    Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

    Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

    switch-check
    switch-x
    En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.