Un jour sur les toits avec Alexandre, couvreur

Couvreur, ce n’est pas un métier sans risque. Pour Brut, Alexandre a accepté de dévoiler son quotidien sur les toits.

“C'est un métier qui abîme extrêmement la santé

Brut a passé une journée avec Alexandra, couvreur sur les toits. Et même si le jeune homme aime son métier, il reconnaît que celui-ci est risqué. “Couvreur, c'est un métier dangereux parce que bon, bien souvent, quand on intervient sur les toitures anciennes, on ne sait pas ce qu'il y a en dessous. Ça m'est déjà arrivé, et c'est déjà arrivé aussi à pas mal de mes collègues, de passer à travers une toiture.” Même pour attacher son harnais de sécurité, Alexandre est obligé de monter sur le toit et prendre des risques. “Pour monter sur le toit, même avec les échelles de toit, des fois, ça nous arrive de passer à travers… Bon, ça ne nous arrive pas tous les jours, mais quand ça nous arrive, ça fait peur. Parce que c'est vrai qu'on ne s'y attend pas, quoi. On marche sur une toiture et d'un coup: vlam… On tombe à l'intérieur.Alexandra travaille au cœur d'une centrale nucléaire

Quand il a commencé ce métier, Alexandre a réalisé qu’il n’était pas à la portée de tout le monde. “C'est un métier qui abîme extrêmement la santé. C'est un métier où on sait qu'on va avoir des soucis de santé dans le temps. C'est un métier où on va avoir mal au dos, on va avoir des problèmes également de chevilles parce qu'on est toute la journée sur des morceaux de liteau de 4 centimètres. Donc, se tenir en appui sur des morceaux de 4 cm avec des paquets de tuiles de 20 kilos, bon, on le fait un an, deux ans, cinq ans, mais à un moment donné…Son job d'été : plongeur dans un parc d'attractions

avatar
Brut.