Un jour avec Anthony Jeanjean au BMX Freestyle Park à Montpellier

Il se prépare pour les compétitions internationales, mais vise surtout les Jeux Olympiques de 2024 en France. Brut a rencontré le champion de BMX Anthony Jeanjean au Freestyle Park de Montpellier.

“Le but, vous imaginez bien, c’est de repartir avec l’or à Paris”


Anthony Jeanjean a 24 ans, et il est sportif de haut niveau de BMX. Il s’entraîne au pôle France de BMX à Montpellier en compagnie de toute l’équipe de France. C’est dans cette ville qu’il a fait ses premiers pas dans l’univers de ce sport. “J’ai commencé le BMX quand j’avais 10 ans. J’ai découvert ça au Fise de Montpellier, sur un gros événement de sport où j’ai découvert tous les sports qui étaient représentés là-bas, et c’est là que j’ai découvert le BMX, donc j’ai acheté mon premier BMX là-bas et c’est de là que tout a commencé.”
Brut a suivi Sasha Zhoya, sportif aux JO 2024


Une passion qui perdure


À travers les années, cette passion ne s’est pas essoufflée. “Moi, je prends toujours autant de plaisir, même plus, justement. Parce que quand j’étais petit, j’essayais de faire des choses, j’y arrivais, j’étais super content et je voulais aller encore plus loin. Et maintenant, c’est exactement la même chose sauf que mon niveau a augmenté, donc c’est vrai que j’essaie d’aller encore plus loin.”
Champion du monde de BMX, Matthias Dandois raconte son histoire


Le BMX est un sport qui peut devenir dangereux, en fonction des figures réalisées. Mais pour Anthony Jeanjean, il faut se servir de la peur dans ce sport. “Quand j’essaie quelque chose de nouveau, ça me fait peur et c’est normal. On a toujours cette crainte, cette appréhension et ça, j’ai la même depuis que je suis petit. Je pense aussi que c’est ça qu’on cherche dans le sport, et c’est ça qui est cool. C’est ce que j’essaie aussi d’expliquer à tous les jeunes avec qui je suis, que quand ils ont peur, c’est normal. Mais c’est savoir quand on a peur et qu’est-ce qu’on en fait. Donc non, c’est bien d’avoir peur, c’est normal. Quand on a peur, c’est qu’on est vivant.”
Brut a suivi le champion de skate Vincent Matheron à Marseille


Objectif : Paris 2024


Pour l’athlète, les Jeux Olympiques de 2024 sont l'événement des prochaines années. Il veut ainsi avoir les meilleurs résultats dans les prochains championnats, pour espérer atteindre la première place olympique. “Anthony revient d’Abu Dhabi, il termine 3e au championnat du monde, il est en tête de la Coupe du monde, ce qui est vraiment de très bonne augure, parce qu’on avait annoncé que 2022 serait décisif après sa malheureuse chute aux Jeux de Tokyo, où il était censé s’octroyer a minima la médaille d’argent. (…) Mais le but, vous imaginez bien, c’est de repartir avec l’or à Paris”, explique son entraîneur, Patrick Guimez.
Comment les mascottes des JO Paris 2024 ont été créées


“On est sûr d’avoir une place, étant donné qu’on est le pays hôte, donc ça, c’est cool. Je suis quasi sûr d’y participer, je touche du bois, sauf blessure, mais je vais essayer de faire en sorte que ça se passe bien. Après, moi, je compte beaucoup sur toutes les compétitions qui arrivent pour faire de bons résultats et préparer au mieux Paris en 2024 et toutes les compétitions qu’il y a chaque année”, ajoute Anthony Jeanjean.
Un jour avec Perrine Laffont, championne olympique de ski de bosses


avatar
Brut.