Lutter contre le gaspillage dans l'industrie agroalimentaire

2 millions de tonnes. C’est la quantité de nourriture gaspillée par l’industrie agroalimentaire chaque année en France. Pour réduire ce gaspillage, il existe des solutions… Avec l'ADEME

Plus de 2 millions de tonnes de nourriture sont gaspillées en France chaque année par les industries agroalimentaires. C'était le cas chez Jacquet-Brossard avec les talons de pain de mie, avec les chapelures issues du tranchage, avec les produits non-conformes. Marie Laure d'Hoop, Directrice RSE Jacquet-Brossard : "La lutte contre le gaspillage alimentaire, quand on est une entreprise qui, justement, fabrique des produits alimentaires comme la nôtre, c'est un combat qui nous semble, qui nous a semblé une évidence. Ça représente, en volume, une perte de 730 tonnes par an de denrées alimentaires perdues, ça représentait 415 tonnes de CO2."

En 2018, 19 entreprises volontaires ont participé à l'opération "Moins de pertes alimentaires pour plus de performance" lancée par l'ADEME. Pour lutter contre le gaspillage, plusieurs actions ont été mises en place: Moules plus petits, utilisation des produits mal emballés, transformation des restes en nourriture animale.

Grâce à ces différentes actions mises en oeuvre, on estime la réduction à 60 tonnes par an, donc ce qui représente 10%, finalement, de réduction des pertes alimentaires, aujourd'hui, du site. Et enfin, c'est également un gain environnemental puisque ça nous permet de diminuer de 9% notre empreinte de gaz à effet de serre donc ce qui est quand même assez significatif.

1 entreprise française sur 2 ignore quelle part de sa production est gaspillée. L'ADEME souhaite donc les sensibiliser à cette question et leur offrir des solutions. On a, en tant qu'entreprise, bien sûr, un rôle à jouer dans cette lutte contre le gaspillage alimentaire. Donc c'est pour nous quelque chose d'évident et sur lesquels il nous semblait important d'aller plus loin et de continuer aussi à travailler dans ce sens et de ne pas s'arrêter à ce qui a été fait aujourd'hui avec l'ADEME.

Bilan de l'opération en moyenne pour chacune des volontaires: 58 tonnes de pertes en moins, 67 000 euros d'économisés et 86 tonnes de CO2 en moins. Et pour terminer, je dirais que c'était un vrai gain humain, une belle aventure humaine. Les équipes se sont beaucoup mobilisées autour de ce projet, ça a été un vrai déclic et une vraie prise de conscience pour les équipes du site de fabrication, les équipes de production. Et aujourd'hui, on est tous très fiers d'être arrivés à réduire de manière significative les pertes alimentaires de notre usine de pain.

avatar
Brut.