Les 4 femmes qui ont inspiré Juliette Armanet

*"Ma grand-mère a eu la maladie d'Alzheimer. Elle ne savait plus qui j'étais. Mais une chose restait, c'était le piano. Et c'était un moyen hyper fort de se connecter avec elle."* La chanteuse parle des 4 femmes qui l’ont inspirée.

“Je suis en amour totale avec Nathy Peluso, qui est littéralement explosive”


“Une des idoles de ma jeunesse, c’est la patineuse artistique Surya Bonaly. Il se trouve que pendant une période de ma vie, j’ai fait pas mal de patin à glace. Et c’était vraiment pour moi une référence absolue de liberté, d’insolence, de perfection sportive… C’était la reine des glaces !” explique Juliette Armanet. “Elle avait une manière de faire du patin qui a complètement pulvérisé les codes du patinage artistique. C’était une rebelle de dingue. Elle a osé des trucs qu’aucun patineur, patineuse n’avait osé à l’époque. J’ai le souvenir qu’elle avait carrément inventé son propre saut, donc le Bonaly, qui est une espèce de back flip arrière qui est absolument prodigieux et que personne n’arrivait à faire à part elle. Elle me fascinait complètement”.
3 femmes qui ont inspiré Lous and the Yakuza


“Annie Ernaux m’a aidée à passer plein de caps de ma vie de femme”


Sa grand-mère Paulette, qui était pianiste, a également fortement inspiré l’autrice, compositrice et interprète française : “Vers l’adolescence, elle a eu la maladie d’Alzheimer. Elle ne savait plus rien d’elle-même, son prénom, son nom, si elle avait eu des enfants ou pas. Elle avait oublié sa vie. Mais par contre, une chose qui restait, et qui était son territoire absolu de liberté, de conscience d’elle-même, c’était le piano, la musique. C’était une manière de rentrer en contact avec elle parce qu’elle ne savait plus qui j’étais”. Elle se souvient d’une “femme exubérante et timide à la fois. Elle fumait des Gitanes comme ça, elle avait la clope au bec, la fumée qui lui rentrait dans les yeux, elle jouait en même temps, comme ça. J’adorais”.
La vérité sur la chanteuse espagnole Rosalia


“Annie Ernaux m’a aidée à passer plein de caps de ma vie de femme. Elle a aidé beaucoup de femmes à se comprendre, à se connaître, à se pardonner, à s’aimer aussi, je crois, profondément” décrit Juliette Armanet. “Elle a un truc un peu de guide spirituel. Il y aura toujours un Annie Ernaux dans mon sac à main”. L’artiste a également déclaré être “en amour totale avec Nathy Peluso, qui est une musicienne argentine, qui est littéralement explosive. Démesurée. Archi-théâtrale. Drôle. Insolente. Puissante. Sa musique, c’est une espèce de format un peu hybride entre du hip-hop et de la salsa. Elle se déguise, elle danse comme une déesse. C’est une bête de scène. Elle est ultra inspirante d’audace… et très drôle. Ça, c’est un truc qui me touche vachement : cet humour-là mélangé à autant de talent, ça donne vraiment un cocktail assez rare” déclare l'auteur des chansons L'amour en Solitaire et Le Premier Jour du Disco.
Yoa, chanteuse, écrit sur la santé mentale des jeunes


avatar
Brut.