retour

Camgirl, elle raconte son métier

"Je suis là pour vous parler d'une activité que j'exerce depuis un peu plus de cinq ans : le métier de camgirl."

Julie, 25 ans, camgirl

Cette auto-entrepreneure nous explique comment fonctionne son job. Avec le confinement, les demandes des clients – majoritairement des hommes – montent en flèche.

Julie, 25 ans, exerce le métier de camgirl depuis un peu plus de 5 ans. Un job qui consiste à se montrer dans des poses sexuellement explicites à des clients, en direct et via sa webcam. Confinement oblige, la demande explose, et Julie, pour qui le métier de camgirl est à la base un « à-coté », en a fait son activité principale. Brut l’a rencontrée.

« Le métier de camgirl ne tourne pas qu’autour du sexe »

Le confinement fait ressentir un peu plus de solitude à certains. Je pense qu’ils essaient de combler ça en venant échanger en virtuel avec des filles. Il y des personnes qui, en temps normal, ne viendraient qu’occasionnellement. Là, elles vont venir plus régulièrement.

Le métier de camgirl ne tourne pas qu’autour du sexe : il y a une dimension humaine importante. On n’en a pas forcément conscience au début. Vous créez des liens avec des personnes qui vous regardent. Et si vous devenez actives et assidues, vous allez vous créer une fanbase, une communauté qui va vous suivre au quotidien et avec qui vous allez échanger. Beaucoup vous diront au bout d’un moment qu’ils ne viennent plus sur vos lives pour le sexe, mais pour l’ambiance.

« Les commissions varient entre 20 % et 60 % »

Les plateformes de live cam, il y en a des tonnes. Les plus grosses reposent sur un système de diffusion en public : les filles sont visibles par tout le monde et elles se dénudent. Elles effectuent des actions via un « tip menu » en fonction de ce que les viewers choisissent. Il y a les viewers – ceux qui regardent – et les tipers – ceux qui ont des tokens. C’est la monnaie virtuelle utilisée sur les lives pour tiper les camgirls, pour leur donner un pourboire. Toute l’animation repose là-dessus.

Alors il peut ne rien se passer pendant plusieurs heures comme il peut se passer plein de choses. Ça peut aller très, très vite. Ce qu’il faut savoir, c’est que les plateformes prennent une commission. Les commissions varient. La plus basse que j’ai connue, c’est 20 %. Ça oscille entre 20 % et 60 %.

« La plupart des camgirls exercent de leur domicile »

La plupart des camgirls exercent de leur domicile. Elles sont installées soit dans leur chambre, soit dans leur salon : sur leur canapé ou dans leur lit, parce que c’est plus confortable et plus cosy. Ça permet de créer une atmosphère plus intimiste. Elles sont installées devant leur PC avec une webcam. À côté, elles ont leurs outils de travail : les jouets.

Actuellement, comme beaucoup de gens confinés, les clients ont beaucoup plus de temps libre et beaucoup moins de distractions. Il y a un peu plus de gens disponibles en journée. Mais à côté de ça, il y a aussi des gens qui, en temps normal, pouvaient être disponibles, mais qui ne le sont plus parce qu’ils me sollicitent sur leur lieu de travail, durant la pause déjeuner. Ça peut être des hommes mariés avec des enfants qui ne peuvent plus partager un moment virtuel avec une camgirl.

10/04/2020 20:16
  • 4.6m
  • 2.8k

1686 commentaires

  • Christine S.
    19 heures

    Les femmes qui défendent ça, j’espère que leur mari ou compagnon iront voir ces femmes la ; desolee je n’arrive pas à avoir de respect

  • Thierry A.
    un jour

    Et moi est ce que je peut faire le camboy ??????

  • Frandzy L.
    2 jours

    https://youtu.be/4SFsWZayJps

  • Olivieri L.
    2 jours

    En gros c’est un nouveaux mode de prostitution des temps modernes !

  • Nathan C.
    2 jours

    le désosseur de camgirl

  • Bruno A.
    3 jours

    Bah alors ça sert à quoi de parler si on voit pas ton visage et tu l'aimes pas ton identité dans ces cas-là ça sert à rien

  • Sabrina R.
    3 jours

    https://soundcloud.com/sousnosyeux/mais-que-dirait-marx

  • Sabrina R.
    3 jours

    https://www.youtube.com/watch?v=KeENDgSe-pI&feature=youtu.be

  • Sabrina R.
    3 jours

    https://soundcloud.com/sousnosyeux

  • Sabrina R.
    3 jours

    https://www.humanite.fr/prostitution-sous-le-strass-le-corporatisme-dun-monde-liberal-et-antifeministe-691889?fbclid=IwAR1AiPuQglhPz30qAKr6y45ZgX_AnbgnXN7aS_GLikFNHgw9TuA4VzDtKak

  • Sabrina R.
    3 jours

    https://www.youtube.com/watch?v=Ohylqo0s9NQ

  • Jean Y.
    4 jours

    On s en fout

  • J P.
    4 jours

    Beautiful

  • Loraline L.
    4 jours

    Je suis désolée mais une partie de moi est train de me dire que c'est pour ça que la société actuelle a vraiment du mal a respecter les femmes vendre son corps sur internet c'est chaud quand même ( Attention c'est pas un jugement c'est juste que j'ai du mal à comprendre elle sont pas gêne etc....)

  • Madjid S.
    5 jours

    Tu a raison tu fait se que tu veux

  • Ouarda M.
    5 jours

    J'écoute même pas cette fois là là rien à prendre

  • Ouarda M.
    5 jours

    Va travailler clocharde jai vu ton collier j'ai tout compris c'est pas un collier pour les animaux🤔 tu peux faire ton métier en silence on dirait une influenceuse de p*** rire merci pour la jeunesse

  • Kévin J.
    6 jours

    Nan mais franchement quitte à payer autant payer une escorte plutôt que de payer pour du virtuel 🙄

  • Oumar F.
    6 jours

    Bonjour je suis oumar fall de nationalité senegalais je cherche une femme pour des relations sérieuse qui peuvent aboutir a un mariage. Je suis cool , sympa et très compréhensive. je travail dans les domaine de l'arts Contact sur whatsapp +221 77 471 94 60. Merci pour votre compréhension🙋‍♂️

  • Marinette B.
    04/08/2020 11:58

    Dimension humaine .. haha... et surtout de fric et très lucrative !!!!!

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.