retour

Camgirl, elle raconte son métier

"Je suis là pour vous parler d'une activité que j'exerce depuis un peu plus de cinq ans : le métier de camgirl."

Julie, 25 ans, camgirl

Cette auto-entrepreneure nous explique comment fonctionne son job. Avec le confinement, les demandes des clients – majoritairement des hommes – montent en flèche.

Julie, 25 ans, exerce le métier de camgirl depuis un peu plus de 5 ans. Un job qui consiste à se montrer dans des poses sexuellement explicites à des clients, en direct et via sa webcam. Confinement oblige, la demande explose, et Julie, pour qui le métier de camgirl est à la base un « à-coté », en a fait son activité principale. Brut l’a rencontrée.

« Le métier de camgirl ne tourne pas qu’autour du sexe »

Le confinement fait ressentir un peu plus de solitude à certains. Je pense qu’ils essaient de combler ça en venant échanger en virtuel avec des filles. Il y des personnes qui, en temps normal, ne viendraient qu’occasionnellement. Là, elles vont venir plus régulièrement.

Le métier de camgirl ne tourne pas qu’autour du sexe : il y a une dimension humaine importante. On n’en a pas forcément conscience au début. Vous créez des liens avec des personnes qui vous regardent. Et si vous devenez actives et assidues, vous allez vous créer une fanbase, une communauté qui va vous suivre au quotidien et avec qui vous allez échanger. Beaucoup vous diront au bout d’un moment qu’ils ne viennent plus sur vos lives pour le sexe, mais pour l’ambiance.

« Les commissions varient entre 20 % et 60 % »

Les plateformes de live cam, il y en a des tonnes. Les plus grosses reposent sur un système de diffusion en public : les filles sont visibles par tout le monde et elles se dénudent. Elles effectuent des actions via un « tip menu » en fonction de ce que les viewers choisissent. Il y a les viewers – ceux qui regardent – et les tipers – ceux qui ont des tokens. C’est la monnaie virtuelle utilisée sur les lives pour tiper les camgirls, pour leur donner un pourboire. Toute l’animation repose là-dessus.

Alors il peut ne rien se passer pendant plusieurs heures comme il peut se passer plein de choses. Ça peut aller très, très vite. Ce qu’il faut savoir, c’est que les plateformes prennent une commission. Les commissions varient. La plus basse que j’ai connue, c’est 20 %. Ça oscille entre 20 % et 60 %.

« La plupart des camgirls exercent de leur domicile »

La plupart des camgirls exercent de leur domicile. Elles sont installées soit dans leur chambre, soit dans leur salon : sur leur canapé ou dans leur lit, parce que c’est plus confortable et plus cosy. Ça permet de créer une atmosphère plus intimiste. Elles sont installées devant leur PC avec une webcam. À côté, elles ont leurs outils de travail : les jouets.

Actuellement, comme beaucoup de gens confinés, les clients ont beaucoup plus de temps libre et beaucoup moins de distractions. Il y a un peu plus de gens disponibles en journée. Mais à côté de ça, il y a aussi des gens qui, en temps normal, pouvaient être disponibles, mais qui ne le sont plus parce qu’ils me sollicitent sur leur lieu de travail, durant la pause déjeuner. Ça peut être des hommes mariés avec des enfants qui ne peuvent plus partager un moment virtuel avec une camgirl.

10/04/2020 20:16
  • 3.9m
  • 2.7k

1534 commentaires

  • Taha A.
    6 heures

    Elles se mercantilisent de toute les sortes et un dimanche sur deux elles vont faire des manifs et coller des affiches.. No comment

  • Stephanie C.
    19 heures

    Je vois que L’hypocrisie a de beaux jours devant elle (A ceux qui jugent alors que vous êtes les premiers à mater des pornos, à tromper votre conjoint(e), à reluquer le fessier ou les seins d’une passante ... ), vous me faites rire! on pourrait presque croire que vous êtes des saints! 😂😂😂

  • Noziya K.
    un jour

    Dsl mais ce genres d activités faut jamais les banaliser comme si c un job comme les autres ben dsl non j sais que c sa vie elle est responsable de ce qu'elle fait seule à assumer ses propres choix décision et... MAIS C TOTALEMENT FAUT DE DIRE QUE CE GENRES D ACTIVITÉS SONT NORMAUX c la Débauche franchement c déconseiller se genre de vidéos surtout pour les jeunes filles

  • Abdelhak H.
    2 jours

    Tres jolie f j v aime ma petite pomme

  • Rida A.
    2 jours

    Being a SIMPS exploiter becomes a job 😂

  • Moms B.
    2 jours

    Un métier ?

  • Martial D.
    2 jours

    L’avenir

  • Manuel J.
    3 jours

    Me siento identificado con estapagina y por eso no uso ropa interior saludos desde Colombia

  • Manuel J.
    3 jours

    Yo participé en los desnudos que hicieron en Bogotá Colombia y es una sensación inolvidable me agradaría que hubiera traducción al español saludos desde Colombia

  • Farid S.
    3 jours

    Vous rester une put

  • Jessica E.
    3 jours

    Boarf... Le jour où la prostitution cessera d'exister n'est pas arrivé... Maintenant y a le porno. Ce monde part en couilles bordel. Arrêtez de faire du sexe un putain de délire de consommation... 😔

  • Biram N.
    3 jours

    Va chercher un travail plus desssent ma chère

  • Samourai d.
    3 jours

    Coquine !

  • Marc L.
    3 jours

    Super

  • Khaled D.
    4 jours

    انا احتاج اي اجنبية

  • Grégory L.
    4 jours

    Ils appellent ça un métier ???? 🤣🤣🤣

  • Luis R.
    4 jours

    Oui ta la geule de l'emploi

  • Marion D.
    4 jours

    si corona persiste, ya tjs moyen de faire carrière 🤣 L'Enfer !!!!!!!

  • Ludivine D.
    5 jours

    Je suis choquer de voir le nombre de personne qui trouve ça normal, non mais c'est une blague, pour vous c'est normal de donner son corps contre de l'argent 🤦🤦 MDR vous encouragé la prostitution vous êtes des grand malade

  • Mason B.
    5 jours

    Cest cool nan ? Parcontre ptn les plateformes prennent de 20 a 60% ptn c’est énorme

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des emails de Brut.