Le chef pâtissier Amaury Guichon parle de ses échecs

Difficultés, découragement… Voici comment le chef pâtissier français, qui travaille aux États-Unis, a fait de ses échecs un succès.

“L’échec fait partie de l'aventure, il n'y a pas de succès sans échec”

“L’échec fait partie de l'aventure. Je pense qu’il n'y a pas de succès sans échec. Le plus dur, c’est de savoir toujours travailler et s’accrocher”. Amaury Guichon est chef pâtissier depuis 17 ans. Il réside aujourd’hui à Las Vegas. Avant de devenir un chef reconnu, il a dû surmonter différents obstacles et difficultés. “J’ai un parcours assez classique comme mes confrères, c’est-à-dire, échecs scolaires. J’étais collé très souvent, j’avais qu’une seule envie, c’était de quitter le milieu scolaire pour commencer dans la vie active. L’artisanat était le seul moyen pour moi d’y arriver au plus vite. J’ai été d’ailleurs fortement encouragé par l’école pour être poussé vers les métiers de l’artisanat”. Elle a créé Les caractères sur Instagram, Lison Daniel parle de ses échecs

“Les premières années, j’avais envie d'arrêter”

Il quitte rapidement l’école et fait son apprentissage en cuisine. “Les premières années, j’avais envie d'arrêter mais j'avais pas d’autres choix que de continuer. Puis après, je suis arrivé aux États-Unis où je me suis retrouvé sans amis, sans famille, sans repères avec une barrière de la langue immense et là, encore une fois, j’étais face à des gros problèmes culturels, divers et il a fallu s’accrocher pour continuer et, tout au long de ma carrière, à chaque fois que j'étais près à prendre un next step, j'étais confronté à des dures réalités”. Les échecs de Diego Alary, chef cuisinier

Amaury Guichon est chef pâtissier aujourd'hui. “On peut devenir un chef uniquement quand on commence à maîtriser la matière, du coup on peut donner des directives à des gens en les drivant et en leur donnant des tâches spécifiques qu’on comprend”. Il a réussi à surmonter ses échecs de différentes manières. “Parfois ça venait de moi, où je trouvais la force en moi, où je devais me projeter et voir qu’elles étaient les sorties, qu’elles soient bonnes ou mauvaises et si je me dis que je voulais prendre la bonne, il fallait que je prenne un certain chemin”. Entraîneur de Serena Williams, Patrick Mouratoglou revient sur ses échecs

“Du moment où tu as fait ton choix, ne le doute pas”

A d’autres moments, “c’est des gens qu’on rencontre dans la vie qui nous aident. Le dernier en date, c’était ma femme, Fiona, quand je l’ai rencontré c’était une époque charnière. C’était quand j'étais encore un employé et que j'étais sur le point de devenir mon propre patron et j’avais besoin d’une force, j’avais besoin de quelqu’un qui me fasse me sentir puissant à ce moment-là pour que je puisse me sentir capable de passer à l’étape supérieure”. Rebondir après un échec avec Perrine Laffont, championne olympique de ski de bosses

Le conseil qu’il donnerait à un jeune qui se lance dans les métiers de l’artisanat ou dans n’importe quel métier, “c’est n’abandonne pas. Les 6 premiers mois, si tu ne trouves pas la passion, c’est très normal. Je compare ça à une relation amoureuse, il y a des gens qui vivent un coup de foudre et il y a des gens à qui il est nécessaire d’avoir plus de temps et ça fait naître un amour beaucoup plus profond. Les trois premières années, je n’étais pas amoureux du métier, c’est quelque chose qui est venu par la suite. On a tellement de choix maintenant, moi je n’ai pas eu de choix, du moment où tu as fait ton choix, ne le doute pas parce que si tu te donnes à fond, n’importe quel choix que tu as fait, ta vie sera belle”.

avatar
Brut.