Le premier jour en France de Alan Geaam, chef étoilé libanais

Alan Geaam a fui le Liban pour arriver à Paris, avec l'envie de devenir cuisinier. Pour Brut., il raconte son arrivée en France.

“Mon rêve français, c'était juste d'apprendre la cuisine française”


“Mon premier jour en France, je me suis retrouvé sur le Champ-de-Mars. Bien sûr, c'est la tour Eiffel, c'est le rêve de chaque personne dans le monde entier de venir voir la tour Eiffel”, se remémore Alan Geaam. Parti du Liban il y a presque 25 ans pour fuir la guerre civile, il arrive à Paris sans connaître personne. “Je dormais là-bas, une fois sur la banquette, une fois dans le métro aussi. Ce sont des moments difficiles, mais quand on sort de 20 ans de guerre civile au Liban, ici, ce n’est pas si difficile que ça.” Il arrive avec un objectif en tête : apprendre la cuisine française. “La tour Eiffel, aujourd'hui, c'est vraiment mon porte-bonheur parce qu'après que je sois venu ici, au Champ-de-Mars, j'ai eu mon premier poste en tant que plongeur et commis de cuisine dans un restaurant qui s'appelle Le Totem, juste en face de la tour Eiffel”, montre le Libanais.
Le premier jour en France de Hyojeong Kim, sud-coréenne


Il enchaîne les petits boulots pour pouvoir vivre. ”On montait sur des échafaudages, c'était du travail clandestin, mais… Sans casque, sans sécurité, mais au moins, ça m'a permis d'avoir un peu de sous, je dormais sur le chantier. (…) J'étais coupé entre deux. J'avais envie de réaliser mon rêve, être un cuisinier, mais en même temps, quand on vient, on ne connaît pas de monde. Au début, tu rentres un peu dans le système: du coup, avoir un job, n'importe quel job qui soit correct. Du coup, j’avais deux travails: le matin, 5h du matin, départ au chantier, arrivée 5h l'après-midi, aller dans la cuisine à faire le ménage jusqu'à 22h”, explique Alan Geaam. Aujourd’hui, il est chef étoilé à la tête de deux restaurants, et vient de signer un contrat dans le K2 Palace.
Le premier jour à la rue de Zazaï, jeune Afghan


avatar
Brut.