Ed fait danser des inconnus, et ça fait du bien

Il s'appelle Ed People, il fait danser les gens dans la rue, c'est simple et ça fait du bien à tout le monde.

“Est-ce que tu peux m'apprendre ton pas de danse favori?”


“J'ai dansé avec plus ou moins… je pense, 1500 personnes. J'aborde juste des gens, je leur demande: ‘Est-ce que tu peux m'apprendre ton pas de danse favori?’” Sous le pseudo Ed People, le créateur de contenu sur TikTok est connu pour ses courtes vidéos où il apprend une danse d’un inconnu dans la rue. Pour lui, c’est surtout un moyen de faire des rencontres: “Le but, avant tout, c'était de rencontrer des gens, parce que j'aime trop, en fait, rencontrer de nouvelles personnes. La danse, c'est un moyen de provoquer cette rencontre, comme certains pourraient utiliser le football ou quoi. Moi, j'utilise la danse comme porte d'entrée.”
C'est quoi, la danse "same sex" ?


“La danse, ça permet d'être heureux tout le temps”


“Je suis très sensible à l'énergie de la personne. Si je vois, déjà, qu'elle marche seule et qu'elle a un grand sourire, je me dis : ‘Bon, OK, je vais lui demander.’” Mais cela ne marche pas à tous les coups, car “4 personnes sur 5 disent non”. Cette femme a bien accepté de se prêter à l’exercice. “La danse, c'est comme ça, ça permet d'être heureux tout le temps”, sourit-elle. “Mes plus belles vidéos, ce n'est jamais parce que le pas, il est incroyable. C'est parce que la personne est incroyable. Parce qu'elle a une énergie, parce qu'elle met vraiment tout ce qu'elle a, elle a un super sourire”, ajoute Ed.
Le waacking, la danse freestyle LGBTQ+


Ce projet n’est pas anodin pour le jeune homme. “J'ai toujours aimé danser, j'ai commencé vraiment hyper jeune. J'ai l'impression que c'est un des seuls trucs que j'ai toujours su faire. J'avais toujours aimé demander à des gens en soirée: ‘Est-ce que tu peux m'apprendre un pas de danse?’ En mars 2021, il y avait eu un gros confinement et les bars, les clubs, tout ça était fermé. Moi, je dansais la salsa et c'était vraiment mon hobby, c'était ma deuxième famille. Donc la Belgique disait toujours: les bars, les clubs, ça reste fermé, mais par contre, à partir d'aujourd'hui, les parcs sont rouverts.”
Mathias Mester, 1m42, finaliste de Danse avec les stars


“Je ne m’en lasse pas”


“Donc, j'ai été dans un parc et là, je me rappellerai toujours, j'ai vu un petit groupe. Il y en avait un qui jouait de la contrebasse, l'autre, il jouait du banjo et la fille était sur une planche de bois et elle dansait le charleston. Je lui ai demandé: ‘Est-ce que tu peux m'apprendre à danser cette danse?’ Et donc elle me l'a apprise et c'était ma première interaction spontanée depuis le Covid. Et je me suis dit : ‘J'ai envie d'avoir un souvenir de ça, s'il te plaît, est-ce que je peux filmer la danse?’ Quand je suis rentré chez moi ce soir-là, je me suis dit : ‘J'ai vécu la plus belle journée depuis le Covid, même depuis 3-4 ans, j'aimerais trop revivre la même journée demain.’”
En Inde, cette retraitée fait le buzz en dansant


Ed ne s’est alors jamais arrêté, et continue jusqu’à aujourd’hui à filmer les inconnus en train de danser. “Je ne m'attendais pas à ce que le concept puisse durer jusqu'à maintenant et que ça continue, à ce que les gens, ils aiment. Moi, déjà, je ne m’en lasse pas, parce que c'est toujours des nouveaux pas, c'est toujours des nouvelles personnes. Maintenant, j'aimerais vraiment… juste faire le tour du monde et vraiment aller chercher les pas de danse là où ils sont”, conclut le vidéaste.
Yanis Marshall, le danseur en talons hauts


avatar
Brut.