Une oeuvre d’art de eL Seed au pied des pyramides Gizeh

L’artiste eL Seed tient à diffuser des messages d'unité à travers ses œuvres. Brut l’a rencontré devant son dernier projet au Caire.

“C'est une expérience qui arrive une fois dans une vie”

“L'idée, c'était de jouer sur le mystère. Les pyramides, jusqu'à aujourd'hui, en 2022, personne ne sait comment elles ont été construites et moi, j'ai voulu jouer avec ça.” L’artiste eL Seed revient avec une nouvelle œuvre au pied des pyramides Gizeh en Égypte. La lauréate du prix Marcel Duchamp 2022 raconte son oeuvre

Son idée, créer une œuvre qui compléterait l’histoire mystérieuse des pyramides. “J'ai créé une sorte de langage visuel qui s'inspire de la calligraphie arabe et donc moi, ce que je fais, c'est que dans toutes mes œuvres, j'utilise des messages, j'utilise de la littérature. Ici, j'ai utilisé une citation de Radwa Ashour, qui est une écrivaine égyptienne. Elle a dit : ‘Le temps ne révèle pas ses secrets à l'humanité.’ Donc pour moi, ça matchait parfaitement avec l'endroit et c'est vrai, aujourd'hui, le temps ne nous a toujours pas révélé comment ces pyramides ont été créées.” Cantatrice égyptienne, elle raconte sa Marseillaise

Une seconde oeuvre en Égypte

Mais ce n’est pas la première fois que l’artiste réalise une œuvre dans le pays égyptien. “Je suis venu au Caire en 2015 pour préparer un projet. J'ai créé une anamorphose qui s'étend sur 52 façades dans le quartier des chiffonniers. Et ce quartier, c'était important pour moi d'y aller parce que je voulais parler de la perception et comment certaines fois, on juge des gens ou une communauté sans réellement la connaître. Cette communauté de chiffonniers collecte la poubelle du Caire et la recycle depuis plus de 60 ans et en fait, ils ont développé leur système de recyclage, le plus performant au monde. Et malgré ça, ils sont marginalisés.” Redonner une voix aux Afghanes à travers la photographie

Quand la chance s’est présentée de refaire une nouvelle dans le pays, eL Seed a saisi l’occasion. “L'opportunité de venir créer ici, au Caire, devant les pyramides, j'ai accepté tout de suite. Et franchement, je pense que c'est une expérience qui arrive une fois dans une vie.” A Art Basel, Josèfa Ntjam rend hommage aux guerrières du Dahomey

avatar
Brut.