retour

4 effets du confinement sur votre cerveau

"Le confinement, la privation de contact social est une forme de jeûne." 4 effets du confinement sur votre cerveau.

Quatre effets du confinement sur votre cerveau

L’isolement comme l’incertitude et l’insatisfaction modifient le fonctionnement de notre cerveau. Explications de Sébastien Bohler, rédacteur en chef de la revue « Cerveau & Psycho ».

En cette période de confinement, beaucoup rêvent d’aller prendre un verre, de voir leurs amis, de faire un peu de shopping… Et le sentiment de frustration est tangible. Sébastien Bohler, journaliste et rédacteur en chef de la revue Cerveau & Psycho, explique à Brut comment cet isolement influe sur le fonctionnement de notre cerveau.

1 - Le manque de contact social

Durant cette période de confinement, une partie de notre cerveau est fortement stimulée : l'aire tegmentale ventrale. Cette zone s'active aussi bien quand on a été privé de contact social pendant une journée que lorsqu’on a été totalement privé de nourriture. Autrement dit, le confinement est une forme de jeûne. Ce n’est pas un jeûne de nourriture, mais un jeûne social.

Pendant la période paléolithique, dans des situations hostiles, l’être humain ne pouvait se nourrir qu’en chassant en groupe et en coopérant. Seuls les cerveaux dotés d'une envie de coopérer étaient avantagés pour survivre, ce qui explique que ce moteur du désir dans notre aire tegmentale ventrale s'allume en situation de confinement : elle crie à l'aide. Elle demande de la coopération et de la socialisation.

Cela signifie que les rapports sociaux sont essentiels à notre survie, et ça, depuis très, très longtemps. C'est gravé dans nos neurones. On en a absolument besoin, donc on va mobiliser cette partie de notre cerveau qui crée un désir. C’est-à-dire créer un désir de tout ce qui nous a aidé à survivre : manger et coopérer. Si on est privé de contact social, le risque, c'est de se rabattre vers de la nourriture ou de la consommation compulsive, addictive.

2 - Le manque de contact physique

Ceux qui ont la malchance d'être confinés seuls se plaignent justement de ne plus voir un visage réel, ne plus entendre une voix réelle. La présence d'une personne en chair et en os n'est pas remplacée par le numérique. Un aspect crucial de ce point de vue-là, c’est le toucher. La souffrance liée à la solitude est très bien compensée par un contact physique : quelqu'un qui vous sert l'avant-bras, la main, qui passe une main sur votre épaule, qui vous sert dans ses bras…

Énormément d'expériences ont montré que cela fait reculer le sentiment d'angoisse. Parfois, cela fait même reculer la douleur physique. Des expériences montrent par exemple que si vous êtes soumis à des électrochocs et que vous avez la possibilité de tenir la main d'une personne qui vous est chère, la perception de la douleur diminue.

3 - Les désirs bridés

Dans cette situation de confinement, on ne peut pas satisfaire les désirs de base de notre cerveau, notamment au niveau de la socialisation. On ne peut pas non plus aller acheter tout ce qu'on veut dans le commerce. On ne peut pas bouger librement, on ne peut pas voyager. Il faut quelque part brider ses désirs profonds.

Pour brider cette activité du désir de base, il faut utiliser une partie plus évoluée de notre cerveau où siège la volonté, le contrôle de soi : le cortex préfrontal. En cette période de confinement, pour se forcer à aller contre nos désirs spontanés, on fait fonctionner à plein régime notre cortex préfrontal, et on est obligé de consommer beaucoup d'énergie à ce niveau-là.

Mais il y a un risque à force de lutter par la force de la volonté et du cortex préfrontal contre l'aire tegmentale ventrale. Au bout d'un moment, la force de la volonté s'épuise, et on craque. Finalement, on donne libre cours à ses désirs, qui utilisent une molécule – la dopamine – qui nous donne du plaisir. À ce moment-là, par exemple, on fait des orgies de séries télévisées ou on mange beaucoup trop de nourriture grasse et salé.

En revanche, il y a aussi un aspect positif : en faisant régulièrement fonctionner notre cortex préfrontal de cette façon, ils se muscle, il se développe. Il retrouve une capacité d'autocontrôle qui a peut-être été sous-exploitée dans un monde où on pouvait satisfaire nos désirs librement.

Nous avons été habitués à avoir tout facilement. Lorsqu’il faut renoncer à un certain nombre de facilités, c'est difficile. C'est une leçon intéressante, parce que le confinement est une métaphore de la situation de l'humanité vis-à-vis de sa planète

4 - L’incertitude

Un des aspects les plus difficiles à vivre aujourd'hui, c'est l'incertitude. Le fait de ne pas savoir combien de temps cette situation va durer, de ne pas savoir si l'épidémie sera surmontée, de ne pas savoir si nos proches seront touchés. L'incertitude est quelque chose de très difficilement gérable par le système nerveux humain. L'être humain est câblé pour essayer de maîtriser son environnement.

C'est un peu ce qui a fait le drame de notre civilisation. On a tout maîtrisé au point de tout contrôler, d'abîmer la nature et de trop consommer. Si bien qu’on a aujourd’hui une société très vulnérable aux épidémies. Nous aimons savoir ce qui va arriver et le contrôler. Mais là, nous ne contrôlons plus rien. Nous avons une sorte de blessure, de faille à notre délire de toute-puissance. On se sent désarmé.

L'incertitude libère des hormones de stress, elle crée une angoisse, parfois une angoisse existentielle. Face à ça, nous sommes équipés différemment selon notre tempérament. Il y a des personnes qui tolèrent très bien l’incertitude, qui peuvent admettre de ne pas savoir de quoi demain sera fait. Ces personnes sont parfois dans un excès d'insouciance. On peut les retrouver dans les parcs, ou en train de nier le fait qu'on soit face à une situation très critique. De l'autre côté, vous avez des personnes qui ne tolèrent aucun niveau d'incertitude, qui veulent tout contrôler. Ceux-là, ils se jettent sur les pâtes et le papier toilette.

Avoir un niveau intermédiaire de tolérance à l'incertitude

Il faut avoir un niveau de tolérance à l'incertitude intermédiaire. Malheureusement, ça ne se maîtrise pas entièrement. On naît avec des gènes qui nous prédisposent à ça, ou non. On peut tout de même, par une hygiène de vie personnelle et une hygiène mentale, mieux tolérer l'incertitude. La première façon de le faire, c'est de bien distinguer l'incertitude qui dépend de nous et celle qui ne dépend pas de nous.

Dans une pandémie, il y a des choses qui ne sont pas de notre ressort. Ce qui se passe à l'échelle de la planète, la propagation du virus, la façon dont l'économie va se relever ou non, il est inutile de se dire qu'on va arriver à modifier ça. Une fois qu'on sait que ce n’est pas de notre ressort, il est inutile de s'en préoccuper, donc c'est une part d'incertitude qu'on peut ranger dans un tiroir.

En revanche, il y a une incertitude qui est de notre ressort. Si je me dis que je vais rester confiné sérieusement, que j'ai observé les gestes barrières, que je ne devais pas voir des personnes vulnérables, j'ai un levier d'action direct sur le réel. Ce levier d'action, il satisfait le besoin de contrôle et de balisage du réel par notre cerveau, donc cette partie de l'incertitude est de nouveau sous contrôle.

Fermez les yeux et imaginez-vous sur un lit de réanimation

Ça, c'est la méthode stoïcienne. Elle marche très bien et elle correspond aux besoins de notre cerveau. Il y a une autre technique psychologique qui marche assez bien, c’est la soustraction mentale. Simplement changer de point de vue sur le réel. Si vous êtes dans une situation que vous jugez pénible, vous pouvez remettre les choses en perspective par un moyen simple.

Fermez les yeux et imaginez-vous pendant 30 secondes sur un lit de réanimation en détresse respiratoire, sous intubation. Vous ne savez pas si vous allez vous en sortir et vous ne savez pas si vous allez revoir vos proches. Là, c'est une incertitude profonde qui touche aux racines de votre être, qui vous remet en danger de façon viscérale.

Rouvrez les yeux. Là, vous vous rendez compte que vous êtes chez vous, que vous respirez normalement, que vous n'êtes pas malade, que vous pouvez vous lever, ouvrir le frigo, prendre à manger, organiser un repas avec votre famille. Et d'un seul coup, ce qui vous apparaît pénible vous apparaît d'un certain point de vue comme une chance.

07/05/2020 09:48
  • 3.6M
  • 2.5K

1132 commentaires

  • Veronic C.
    22/01/2021 14:38

    Avec le temps j ai apprivoisé la solitude, on peut vivre heureux seul il suffit de s aimer et de ne plus vivre avec des attentes qui font souffrir. ..

  • Jacques M.
    15/01/2021 06:33

    Ça marche pas sur tout le monde... Vu qu'il y en a qui n'ont pas de cerveau... Donc tout va bien

  • Amina K.
    14/01/2021 01:40

    Affirmatif no comment et tout à fait d'accord

  • Samuel C.
    12/01/2021 10:49

    Le jeûne intermittent, suivi d'une alimentation saine et du sport ou des exercices physiques réguliers risque de mettre en périple les industries pharmaceutiques!

  • Nathalie G.
    11/01/2021 00:12

    Très juste ! Merci monsieur 🙂

  • Kirsten I.
    10/01/2021 10:35

    Intéressant, ça met des mots sur notre ressenti à chacun face à cette situation compliquée à gérer

  • Bichette M.
    09/01/2021 00:42

    Vraiment notre cerveau enprison

  • Philippe B.
    07/01/2021 19:18

    Moi j'ai rien contre brut mais depuis qu'ils ont interviewés Macron j'ai envie de leur chier dans la bouche

  • Lolotte B.
    06/01/2021 04:50

    Sincèrement moi j'ai apprécié le confinement, du repos de la détente c'est comme ça que je l'ai pris.

  • Delphine C.
    02/01/2021 13:20

    Pour savoir de quoi sera fait l'avenir, demandez à vos potes...

  • Agnès E.
    27/12/2020 06:51

    Mouais, c'est vraiment très résumé...

  • Sandrine L.
    24/12/2020 15:31

    voilà ce dont je te parlais

  • Manuel L.
    20/12/2020 12:08

    Vraiment pénible ces publicités qui vont buger la lecture de la vidéo

  • Mirana H.
    10/12/2020 08:51

    bon courage a tous. Vous nous manquez ❤️🧠

  • Elise B.
    03/12/2020 13:24

    pas de quoi s'inquiéter c'est juste notre aire tegmentale ventrale qui jeune 😂

  • Med M.
    03/12/2020 11:55

    Merci

  • Cass B.
    29/11/2020 19:33

    Max Lhoist

  • Wafaà R.
    24/11/2020 11:54

    Je pense que l'exil a le même effet. Quand on est dans un autre pays où il y a pas la famille et pas de contact sociale. On peut entrer dans le même processus. Se remplir pour diminuer la solitude.

  • Nathalie C.
    24/11/2020 04:29

    Mon cortex pré frontal fonctionne du tonnerre 😉 Je vis sans effort cette situation et m'en étonne moi même... Pleins de bonnes ondes à tous 💚

  • Mélanie L.
    23/11/2020 20:49

    intéressant pour comprendre un peu le cerveau 🙂

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.