8 questions simples sur le masque

8 questions simples sur ce qu'on sait aujourd'hui sur le port du masque. đŸ˜·

Huit questions simples sur ce qu’on sait pour se protĂ©ger du coronavirus

Et les réponses de Vincent Enouf, directeur adjoint du Centre national de référence des virus des infections respiratoires à l'Institut Pasteur.

Si je porte mal mon masque, ça fait quoi ?

Porter le masque, c’est bien le porter ! Il doit absolument couvrir le nez et la bouche. Si ça ne couvre que l’un ou l’autre, ça ne sert à rien, car vous inspirez de l’air et vous expirez de l’air par la bouche et par le nez.

Si le résultat de mon test est négatif, je peux me passer de masque ?

Tout test PCR nĂ©gatif ne dit pas qu’il ne faut plus porter le masque. Absolument pas, parce que si vous avez aujourd’hui un test nĂ©gatif, deux heures aprĂšs, vous pouvez trĂšs bien rencontrer quelqu’un avec le Covid-19 et ĂȘtre infectĂ©. Donc il faut absolument porter le masque. Le test PCR indique Ă  un instant T si vous ĂȘtes infectĂ© ou non.

Si la distanciation sociale est respectée, est-ce que le masque est nécessaire ?

Le masque est absolument nĂ©cessaire. Si, en plus, on peut avoir une distanciation sociale, c’est encore mieux. Il faut le masque, ça c’est certain, mais il faut aussi ĂȘtre au moins Ă  un mĂštre, voire deux mĂštres. Si on fait ça et qu’en plus on se lave les mains, le Covid-19 sera difficilement diffusable. Surtout, quand va arriver l’hiver, tous les autres virus, que ce soit la grippe ou les virus respiratoires et les gastro-entĂ©rites, en prendront un coup. On sera sans doute moins malades cet hiver si on continue Ă  suivre ces mesures barriĂšres.

Le masque, ça protÚge qui ?

Le masque protĂšge la personne qui le porte si elle est au contact de personnes qui sont symptomatiques et qui toussent. Elle va ĂȘtre protĂ©gĂ©e : elle va inhaler beaucoup, beaucoup moins – voire pas du tout – de particules, de gouttelettes, porteuses ou non du virus. Et puis, si vous vous sentez malade, un masque chirurgical, c’est pour Ă©viter de transmettre la maladie.

Le virus a besoin de cellules vivantes pour se multiplier. Si l’humain est infectĂ©, qu’il a une symptomatologie et qu’il tousse, c’est lĂ  qu’il va pouvoir diffuser le virus. S’il porte un masque et qu’il tousse, il va y avoir une barriĂšre, peut-ĂȘtre pas complĂštement efficace, mais qui va vraiment limiter. Si en plus, en face de lui, il a une personne avec un masque, ça fait deux barriĂšres, et la diffusion du virus sera circonscrite.

S’il pleut, est-ce que ça dĂ©tĂ©riore mon masque ?

Si le masque est humide, il faut absolument le changer car il n’a plus sa capacitĂ© filtrante.

Le masque, ça empĂȘche de bien respirer ?

Il faut savoir que, dans les laboratoires on porte des masques FFP2, FFP3, qui sont encore plus difficilement respirables, et on les garde des heures. AprĂšs, certaines personnes vont sentir une gĂȘne. J’en ai observĂ© Ă  l’aĂ©roport, j’en ai observĂ© un peu partout. LĂ , il n’y a pas grand-chose Ă  faire Ă  part essayer de s’habituer au port du masque.

Le risque de contamination est-il le mĂȘme partout ?

Vous avez des piĂšces oĂč l’air va ĂȘtre renouvelĂ© trĂšs vite, en 10 minutes. Si vous vous retrouvez dans un environnement comme ça, vous prenez moins de risque que si vous vous trouvez, par exemple, dans une salle de spectacle. Normalement, on doit garder le masque, mais si des gens ne respectent pas ça, il va y avoir une possibilitĂ© de contamination. L’air ne sera pas complĂštement renouvelĂ© ou mĂȘme pas du tout, donc les particules peuvent ĂȘtre tombĂ©es juste Ă  cĂŽtĂ© de vous.

Quand dois-je porter un masque ?

Le port du masque est obligatoire dehors dans certaines villes. C’est ce qu’on appelle les « zones rouges ». De plus en plus, la recommandation est de porter le masque en permanence. Tout ça est en train d’ĂȘtre discutĂ© suivant les villes. Dans tous les cas, quand vous travaillez, Ă  partir de deux personnes dans le bureau, il faut porter un masque. Beaucoup d’entreprises demandent Ă  ce que le port du masque soit continu. Donc on le porte quasiment dĂšs qu’on sort de chez soi, en fin de compte.

avatar
Brut.
8 septembre 2020 06:47