Anna Roy, sage-femme : "Oui, on est maltraitants"

"Monsieur le président, je voudrais vous parler des conditions dans lesquelles les femmes accouchent, en France, en 2020."

Le message d’une sage-femme au président

Anna Roy est sage-femme. Elle souhaite révéler les failles du système de santé français, notamment dans les maternités. Dans son message, elle s’adresse au gouvernement.

« Monsieur le Président, je voudrais vous parler des conditions dans lesquelles les femmes accouchent, en France, en 2020 », commence Anna Roy, sage-femme. La professionnelle de santé dénonce le manque de personnel dans les maternités.

« On est maltraitants »

« En salle d’accouchement, quand vous avez trois femmes en travail plus les urgences à gérer, vous êtes dans la maltraitance, vous ne pouvez pas faire autrement. Parfois, heureusement, il y a des gardes calmes et on arrive à faire notre travail correctement. Mais la plupart du temps, c’est l’horreur puisqu’on est pris entre quatre feux. On est maltraitants. »

D’après Anna Roy, la maltraitance arrive très vite. « L’exemple typique, c’est : “Je reviens dans deux minutes.” Et en fait, je reviens trois heures après, si je reviens. Et parfois, c’est sur des choses importantes », rapporte la sage-femme. Elle assure que les femmes ne méritent pas d’attendre des heures aux urgences et que leurs choix doivent être respectés.

Elle s’explique : « Une femme qui a envie d’accoucher sans péridurale a le droit d’avoir une sage-femme avec elle, qui la masse, qui lui sussure des mots doux, qui la soutient, qui l’encourage. C’est son droit le plus strict. » Cependant, Anna Roy est persuadée qu’en l’état actuel des choses, la dignité de la personne n’est pas respectée.

Une sage-femme par salle d’accouchement

Lorsqu’elle a enfilé sa blouse et endossé le rôle de sage-femme, elle avait le désir d’aider les autres. « Et pour ça, j’ai accepté de ne plus avoir de soirées d’été, j’ai accepté de ne pas avoir de Noël, j’ai accepté d’être payée au lance-pierre », témoigne la professionnelle de santé. Anna Roy souhaite qu’il y ait une sage-femme par salle d’accouchement. Cette mesure serait déjà appliquée en Angleterre, en Finlande et dans d’autres pays. « Il suffit d’un décret » affirme-t-elle.

« C’est pas négociable, je n’ai pas envie de négocier sur des choses qui sont évidentes. On ne va pas passer notre vie à enfoncer des portes ouvertes. Là, les maternités sont exsangues, les professionnels de santé qui y travaillent sont exsangues et les femmes qui y accouchent, les parents qui viennent et les bébés qui viennent au monde sont exsangues. Donc stop », s'insurge Anna Roy.

avatar
Brut.