retour

Anna Roy, sage-femme : "Oui, on est maltraitants"

"Monsieur le président, je voudrais vous parler des conditions dans lesquelles les femmes accouchent, en France, en 2020."

Le message d’une sage-femme au président

Anna Roy est sage-femme. Elle souhaite révéler les failles du système de santé français, notamment dans les maternités. Dans son message, elle s’adresse au gouvernement.

« Monsieur le Président, je voudrais vous parler des conditions dans lesquelles les femmes accouchent, en France, en 2020 », commence Anna Roy, sage-femme. La professionnelle de santé dénonce le manque de personnel dans les maternités.

« On est maltraitants »

« En salle d’accouchement, quand vous avez trois femmes en travail plus les urgences à gérer, vous êtes dans la maltraitance, vous ne pouvez pas faire autrement. Parfois, heureusement, il y a des gardes calmes et on arrive à faire notre travail correctement. Mais la plupart du temps, c’est l’horreur puisqu’on est pris entre quatre feux. On est maltraitants. »

D’après Anna Roy, la maltraitance arrive très vite. « L’exemple typique, c’est : “Je reviens dans deux minutes.” Et en fait, je reviens trois heures après, si je reviens. Et parfois, c’est sur des choses importantes », rapporte la sage-femme. Elle assure que les femmes ne méritent pas d’attendre des heures aux urgences et que leurs choix doivent être respectés.

Elle s’explique : « Une femme qui a envie d’accoucher sans péridurale a le droit d’avoir une sage-femme avec elle, qui la masse, qui lui sussure des mots doux, qui la soutient, qui l’encourage. C’est son droit le plus strict. » Cependant, Anna Roy est persuadée qu’en l’état actuel des choses, la dignité de la personne n’est pas respectée.

Une sage-femme par salle d’accouchement

Lorsqu’elle a enfilé sa blouse et endossé le rôle de sage-femme, elle avait le désir d’aider les autres. « Et pour ça, j’ai accepté de ne plus avoir de soirées d’été, j’ai accepté de ne pas avoir de Noël, j’ai accepté d’être payée au lance-pierre », témoigne la professionnelle de santé. Anna Roy souhaite qu’il y ait une sage-femme par salle d’accouchement. Cette mesure serait déjà appliquée en Angleterre, en Finlande et dans d’autres pays. « Il suffit d’un décret » affirme-t-elle.

« C’est pas négociable, je n’ai pas envie de négocier sur des choses qui sont évidentes. On ne va pas passer notre vie à enfoncer des portes ouvertes. Là, les maternités sont exsangues, les professionnels de santé qui y travaillent sont exsangues et les femmes qui y accouchent, les parents qui viennent et les bébés qui viennent au monde sont exsangues. Donc stop », s'insurge Anna Roy.

18/11/2020 17:54
  • 2.5M
  • 2.2K

1713 commentaires

  • Nejah H.
    11/06/2021 12:05

    Bravo vous avez tout dit

  • Evelyne D.
    06/05/2021 18:02

    Merci Madame vous avez tout dit Est-ce que Mr Macron vous entendra. C’est mon vœux le plus sincère

  • Claire D.
    06/05/2021 16:19

    Il s'en fout lui! Il n'a pas d'enfant!.. La femme n'est pas son problème..

  • Benaz D.
    06/05/2021 15:25

    La France de 2021 c'est la dernière en Europe . La merde

  • Alysson L.
    05/05/2021 20:21

    Bravo madame !!!

  • Caroline C.
    05/05/2021 17:20

    Bravo pour votre vidéo, elle est parfaite, moi ça fait 20ans que j'exerce mon métier...et j'ai vu les conditions s'améliorer puis se degrader à grande vitesse...

  • Caroline C.
    05/05/2021 17:17

    Au moins une sage femme pour 2 salles d'accouchement ça serai déjà bien...

  • Anne B.
    02/05/2021 13:58

    On est revenu en l an 1000 c est triste

  • Morgane C.
    29/04/2021 21:46

    Bravo pour votre témoignage oh combien important pour votre profession mais aussi et surtout pour les femmes qui accouchent. Que ce soit leur premier bébé ou non, nous méritons d’être accompagnées et soutenues. De ne pas attendre des heures, ou des minutes qui paraissent des heures, d’avoir quelqu’un qui puisse nous soutenir. Je pense notamment aux mamans célibataires mais toutes aussi. Les femmes portent la vie, mais ce n’est pas inné de la donner. Et toute cette force et cette bienveillance que la sage-femme peut nous apporter est d’un grand réconfort. Il est important pour vous d’être en nombre et d’avoir votre profession enfin valorisée pour ce qu’elle est et ce qu’elle apporte. En tant qu’infirmière je le sais, il est important de travailler dans des conditions où on est pas maltraitant, où on arrive à prendre le temps que ce soit pour les patients ou les familles ; chose qui est très difficile à faire aujourd’hui (manque de moyens, de personnel, de temps, l’informatique qui prend davantage de place) J’espère que votre témoignage sera entendu

  • Sylvie G.
    24/04/2021 14:12

    Quelle femme !!! Criante de vérité car le vie au quotidien. J'ai un seul est unique enfant, 18 ans apres sa naissance je reste profondément marquée par cet accouchement... Et la violence que j'ai ressentie le jour où j'ai donné la vie, à fait que je n'ai pas désirer réitérer l'expérience !!

  • Annie P.
    23/04/2021 15:50

    Mère Macron tu as accouché tu sais ce que c'est tu as oublie

  • Colombaud A.
    22/04/2021 19:48

    Bravo

  • Coline B.
    22/04/2021 18:45

    Merci de défendre si bien la dignité de la femme. Souvent l'accouchement est redouté en grande partie car les femmes savent que les conditions seront terribles (pas de temps accordé, pas de soin, traitées à la chaîne et sans respect de leur dignité). Remédier à cela reviendra à enlever une charge mentale pour rendre l'accouchement enfin serein ! Merci pour ce combat !

  • Virginie L.
    21/04/2021 07:23

    Je doute que M. le Président sans enfant prenne en compte votre requête malheureusement.

  • Gaëlle A.
    17/04/2021 12:00

    Si le président avait déjà accouché vos paroles seraient bien plus considérées. Vous êtes des héroïnes merci pour votre courage et votre dévouement

  • Besma Z.
    16/04/2021 09:31

    Bravo pour votre témoignage,vous une femme courageuse et digne,malgré toutes ces maltraitances,notre état ne veut plus des médecins ni sages femme,ni kiné ni rien,c'est honteux.

  • Myriam K.
    16/04/2021 06:59

    Bravo

  • Zeina K.
    15/04/2021 20:08

    Oui c'est tout à fait l

  • Marie-laure D.
    13/04/2021 05:43

    C'est comme ça que j'ai vécu mon 2e accouchement pas assez de personnel de toute façon pas assez de salle d accouchement pour le nombre de femmes enceintes qui arrivaient aux urgences. J'attendais la péri mais le personnel était déjà occupé. Et c'est l anesthésiste qui a découvert que le bébé commençait vouloir pointer son nez. heureusement tout s'est bien passé. Oui il faut davantage de sage femme. On ne peut pas tirer sur la corde de la santé.

  • Djamila H.
    01/04/2021 05:21

    Et oui sa toujours ete comme sa