Confinement et pollution intérieure : les pièges à éviter

En France, la pollution de l'air intérieur provoquerait 20.000 décès prématurés chaque année. Voilà les pièges à éviter chez soi.

Gare à la pollution de l’air intérieur !

En cette période de confinement, il est important de rappeler que l’air intérieur est également source de pollution.

Produits d'entretien, tabac, désodorisants, peintures…. Nos logements regorgent de produits polluants. « L'air des appartements n’est pas pollué de la même manière que l'air extérieur, mais il est pollué, et il faut faire attention à toutes les sources de pollution qu'on peut trouver dans un appartement », détaille Olivier Blond, directeur éditorial de la fondation GoodPlanet>fondation GoodPlanet(target="_blank").

Cancer du rein, du poumon, leucémie, intoxication… La pollution de l’air intérieur est responsable de 20.000 décès prématurés en France, d’après l’Anses. Brut a rencontré Olivier Blond, qui livre des conseils pour purifier l’air de son logement pendant l'épidémie de Covid-19.

Mettre de côté les encens, les bougies et les papiers d’Arménie

Le piège le plus redoutable en matière de pollution de l’air, c’est tout ce qui est parfum d’intérieur, bougie et encens. On ne neutralise pas les produits toxiques, on rajoute juste une couche d’odeur super forte par-dessus. Mais ce sont des odeurs chimiques, qui ne sont pas bonnes pour la santé. Donc la première chose à faire, c’est de mettre de côté les encens, les bougies, même les papiers d’Arménie. Tout ce qui brûle et tout ce qui est chimique dans l’appartement. Les huiles essentielles, à petites doses, on peut les garder, mais seulement celles qui ont un diffuseur naturel, donc sans combustion.

Dès qu’on sent quelque chose, une odeur un petit peu chimique, c’est qu’il y a un polluant dans la pièce. Attention, ça ne veut pas dire que quand on ne sent rien, il n’y en a pas : parfois, il y a des polluants qu’on ne sent pas, mais dès qu’on sent quelque chose, c’est déjà un indicateur qu’il y a un problème.

Il y a beaucoup moins de trafic, ouvrez beaucoup plus largement !

La chose à vraiment garder en tête, c’est d’aérer son appartement. C’est vraiment la chose, l’action décisive qui va vous permettre d’améliorer la qualité de l’air dans votre maison. Il faut aérer le matin et le soir une dizaine de minutes environ. L’avantage, c’est qu’aujourd’hui, avec le confinement et l’arrêt de l’activité économique en France, il y a beaucoup moins de trafic automobile, donc vous pouvez ouvrir beaucoup plus largement. C’est en aérant que vous allez diluer tous les polluants qui sont confinés à l’intérieur de votre appartement.

Se protéger de la pollution de l’air intérieur et extérieur, c’est protéger son système respiratoire, c’est éviter les irritations et les fragilités qui vont vous rendre plus vulnérables face au Covid-19. Dans quelle mesure ? C’est difficile de savoir. Par rapport au le Sras ou même à la grippe espagnole en 1918, on a vu des corrélations entre quantité de pollution et vulnérabilité.

avatar
Brut.