retour

Face aux violences sexuelles, Andrea Bescond veut informer les enfants

"Il faut que l’enfant sache que la violence n’est jamais normale." Briser le tabou sur les violences sexuelles infligées aux enfants, Andréa Bescond en a fait son combat.

Andréa Bescond, son combat contre les violences sexuelles faites aux enfants

Enfant, Andréa Bescond a été victime de violences sexuelles. Aujourd’hui, elle souhaite ouvrir le dialogue avec les enfants à ce sujet. Elle prend la parole à travers ses trois ouvrages « Et si on parlait ».

Ce n’est pas à l’enfant victime de violences sexuelles de se sentir coupable de ce qu’on lui inflige, mais bien à l’adulte d’être responsable de ses actes envers les enfants. Ça, c'est ce que répète Andréa Bescond aux plus jeunes. Aujourd'hui, elle souhaite ouvrir le dialogue à travers trois ouvrages, Et si on parlait. « Le but était d’emprunter des termes extrêmement simples mais relativement cash. Ne pas mentir, ne pas prendre de détours », déclare l’autrice. 

Un combat devenu collectif

Si la comédienne mène cette action, c’est parce qu’elle a elle-même été victime de violences sexuelles lorsqu’elle était enfant. « J’étais mutique c’est-à-dire que j’ai subi les violences et je les ai tues puisque j’étais, et sous emprise, et en état de sidération et aussi en amnésie traumatique partiellement, dans la foulée », se souvient-elle.

Cet épisode traumatique a par ailleurs « orienté sa vie » vers ce combat. Un combat collectif, comme elle le décrit. Aujourd’hui, de nombreuses personnes, à l’instar d’Andréa, dénoncent les violences sexuelles à travers leurs propres témoignages.

Dans les cas de violences sexuelles, les victimes traversent « un parcours psychologique très oppressant » précise Andréa. De ce fait, il devient difficile d'en percevoir des signaux. Pourtant ils existent bel et bien. 

Elle donne plusieurs exemples : « Un enfant qui va changer de comportement d’un seul coup, soit être dans une énergie inconstante, soit dans une agoraphobie, un enfant qui va connaître des troubles alimentaires, qui va soudain être super agressif avec ses camarades, ça relève d’une violence qui n’est pas perçue, et il faut se poser la question. »

Parmi les signaux pouvant être détectés, elle évoque également le harcèlement scolaire, par exemple. Ce type d’agissements est anormale et peut provenir d’une source de violence extérieure, selon Andréa Bescond. « C’est un enfant qui appelle à l’aide », alerte l’autrice.

Banaliser le dialogue parent-enfant

L’un des points importants du combat d’Andréa est de pousser les victimes à la parole, mais aussi les parents. Elle souhaite en effet que les adultes banalisent le dialogue autour de ce sujet afin d’éradiquer les violences à la source. « C'est le devoir d'un adulte d’écouter un enfant. S’il met un enfant au monde, c’est son devoir de l’accompagner jusqu’à au moins ses 18 ans en se remettant lui en question ».

En France 165.000 enfants sont victimes de viols chaque année, soit 1 enfant sur 5. Ces chiffres suscitent généralement de vives réactions sur les réseaux sociaux. Néanmoins, Andréa regrette l’absence de décisions concrètes.

Elle souhaite notamment que soit voté un seuil de non-consentement pour les mineurs de moins de 15 ans, en ce qui concerne les relations sexuelles avec les adultes majeurs. Elle demande également un ministère de l’Enfance, car un secrétariat serait insuffisant.

« Aujourd’hui, il faut élever nos voix, il faut être dehors, dans la rue, interpeller les politiques, interpeller la société, demander beaucoup plus de protection à l’enfance. Indignez-vous, mais indignez-vous en vrai, pas que de manière numérique. S’il vous plaît, il y a urgence. »

17/09/2020 09:56mise à jour : 17/09/2020 09:58
  • 413.8K
  • 185

148 commentaires

  • Radhija M.
    14/01/2021 14:34

    Inceste

  • Dàvid M.
    14/01/2021 12:30

    Réer cygne ggtgtggg GN

  • Kaddachi A.
    13/01/2021 14:39

    Tellement vrai tellement juste Merci

  • Alexa D.
    08/12/2020 10:04

    quand les enfants parlent à des adultes et que la justice ne suit pas derrière.... le problème persiste et s'aggrave même! Il est temps que les juges écoutent quand les enfants parlent et ne retournent pas la chose en syndrôme d'aliénation parentale..... et ferment les yeux! Merci pour ce que vous faites en tout cas!

  • David L.
    27/09/2020 16:35

    https://www.moleninfrankrijk.com/kopie-van-fotogalerij-6

  • Nadia C.
    26/09/2020 17:25

    Qu'est ce que je peux faire avant de me laisser mourir de chagrin de ses infâmies subies et que l'on me mette en terre parce que je n'en puis plus...toute ma vie à été commandé par des hommes qui disaient m'aimer... D'abord il y'eut ce beau-père qui m'aimait trop et ensuite tous les hommes à qui j'ai livré mon corps et mon âme et qui m'ont tous un par un bafoué.... Je finirais bien par me relever et vous rendre coup pour coup ! I am alive.....

  • Alex M.
    25/09/2020 09:28

    Et du dialogue, du dialogue, du dialogue !!!

  • Capl A.
    25/09/2020 08:45

    Et PK pas inclure un débat une prévention justement au harcèlement sexuel ou non . dans les écoles avec des intervenant spécialisé ???

  • Capl A.
    25/09/2020 08:40

    C'est vrai que c'est nous qui avons des tabous. Mais comment trouver les mots. Je me sent choqué de parler de sa à mes filles. Mais leurs dire que personne na droit de LS toucher sa c'est fait . déjà a

  • Natalia D.
    24/09/2020 10:06

    Brut vous me faites de plus en plus penser a des medias mainstream. Une association de citoyens bénévoles dans la protection de l'enfance du nom de "Wanted Pedo" dénonce de graves disfonctionnement et ils ont un bilan cinglant sur le fléau qui touche les enfants de notre pays. Cette association vous a ecrit plusieurs fois pour pouvoir présenter leur travail mais vous préférez etre dans l'émotionnel plutot dans sur des faits factuels... Ce qui ne fait sûrement pas avancer ce combat et n'aide pas non plus les enfants.

  • Marylise P.
    22/09/2020 19:33

    Et oui il faut apprendre aux enfants à parler sans tabous!!! Qu'ils puissent parler à des adultes sans avoir peur!!!

  • Arrar G.
    21/09/2020 23:05

    Mon dieu vous de femme

  • Chantal L.
    21/09/2020 19:30

    Oui tout a fait mais........

  • Jessica M.
    21/09/2020 06:30

    Mais on se trompe vraiment de chemin là... Ce n’est quand même pas aux enfants à apprendre à se protéger des vices des autres... Les enfants doivent juste vivre leur vie d’enfant tranquille... C’est aux adultes seulement de les protéger et de veiller entre eux au bon entourage et au bon déroulement de leur enfance... Il est important que l’enfance soit véritablement vécue en toute innocence de cause... Physique et mentale... Alors foutons-leur la paix aux enfants!!! Et occupons-nous de nos affaires d’adultes!!! Et de tout les adultes actuels qui marchent sur la tête!!!🙃🙃🙃

  • Marc S.
    20/09/2020 19:54

    Effectivement un des adultes les plus importants que côtoie l’enfant, c’est le professeur. Le problème c’est que l’enfant constate que le professeur subit beaucoup trop souvent de la part de certains enfants « agités » des actes de violences et qu’il est dans l’impossibilité de se faire respecter. Oui madame la violence est bien là, elle est même parfois endémique cette violence, comme le COVID, et sans remède ou réactions adaptées elle ne partira pas, comme certains l’avaient imaginé aussi pour le Covid. On n’en n’est pas sorti!!!!

  • Patrick T.
    20/09/2020 19:42

    La violence quelque soit n est le fruit que de la répétition de l environnement dans lequel on a grandi ,les adultes sont la répétition il n en n existe que très peu qui ne répètent pas leur environnement sous une forme ou sous une autre ...une maman qui étouffe son enfant parce qu' elle a été victime de maltraitance par un amour débordant même si ça n est pas la même forme le maltraite tout autant ...il n existe pas de classification dans les abus et c est pourquoi la violence ,l abus est l une des bases essentielles de notre éducation et se répète inexorablement de générations en générations ...l espèce humaine fonctionne comme toutes les autres espèces animales par la soumission et les abus sont l outil éducatif ...pour sortir de ce mode de fonctionnement il faut déprogrammer tous les individus un par un ...nous pourrions y arriver mais il faudrait qu' on s unisse au moins 5 à 6 pourcents de la population afin d ancrer cela a la majorité et nous aurions révolutionner notre espèce ...

  • Jennifer L.
    20/09/2020 18:39

    Merci pour cet bonne piqûre de rappel et toutes ses informations.

  • Sarah F.
    20/09/2020 15:22

    Déjà ne pas apprendre au garçon à ce battre

  • Stéph G.
    20/09/2020 12:07

    1 enfant sur 5... Je reste bloquée sur 1 sur 5... C'est énorme...

  • Marie L.
    20/09/2020 08:14

    A quel adulte.... Il faut changer tout le sytéme et aussi pourquoi certains parents en arrive là ???? Je pense pas que les parents ont envie de frapper gratuitement.....

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.