Sourd de naissance, Mattéo est devenu rappeur

Malgré sa surdité, Mattéo s’est passionné de musique, et est même devenu rappeur. Pour Brut., il raconte son parcours.

“Je ne dis pas que j’articule archi bien, mais j’essaye de me débrouiller”

“Je suis sourd depuis la naissance, sourd profond. (…) Quand j’enlève les deux appareils, faut savoir que j’en ai deux, c’est zéro son, c’est rien du tout. Il n’y a rien qui passe à l’intérieur, c’est vide. Tu peux me mettre un camion à côté, c’est mort, je l’entendrai pas. Mais par contre, je vais le sentir, parce qu’il y a des vibrations, ça va résonner derrière moi, donc voilà, ça, je vais le sentir.” C’est comme cela que Mattéo, malgré sa surdité, est devenu rappeur. Il plaque sa main contre les enceintes, et sent les vibrations pour pouvoir se caler sur le rythme. Le jeune homme participe à la nouvelle édition de La France a un incroyable talent, et souhaite montrer sa passion pour la musique. Mais Mattéo a dû apprendre à parler et à articuler correctement. “On ne dit pas les mots tout de suite. Moi, ‘papa’ et ‘maman’, je suis sûr que je les ai dit à quatre ans, cinq ans. C’était vraiment un de mes premiers mots, je pense, et encore, je ne sais même pas”, avoue-t-il. Assane, sourd et muet, professeur de poterie

Un long travail de prononciation

“Je disais les ‘fromacs’ pour ‘fromages’ et puis après, au fur et à mesure, je n’ai pas abandonné, je suis allé chez l’orthophoniste, j’ai cherché. J’ai été aussi à l’école, où il n’y a que des entendants, donc forcément, après, tu prends le sens du mot, tu prends le sens du son aussi. Et même des ambiances, parce que nous, on marche beaucoup pour l’ambiance. Par exemple, si je te dis ‘je suis heureux’, c’est avec un sourire. Nous, on marche aussi beaucoup à l’expression, on a les yeux vraiment développés, on regarde ce qui se passe autour de nous”, explique Mattéo. TikTok : des sourds racontent leur quotidien

Pour sa mère, Élodie, apprendre les sons à son fils était un travail de longue haleine. “On nous a proposé l’implant cochléaire. Ce n’est pas parce qu’il a ces implants ou ces appareils que, tout de suite, il a entendu. Non, c’est de la rééducation, c’est beaucoup de rééducation. Cet enfant, il a appris à reconnaître chaque son, il a appris à sortir chaque son. Au détail près. Mattéo pour sortir un ‘S’, il a fallu qu’il prenne conscience qu’il avait le souffle qui devait sortir de lui. On lui a fait souffler sur des bougies, mais ça a duré peut-être trois mois. Une fois il a réussi, puis finalement, ça n’a pas marché. Même articuler, ça, il n’y a pas très longtemps qu’il arrive à le faire”, se rappelle-t-elle. Dans ce fast-food, les employés sont sourds ou malentendants

"À quatre heures, je ne prenais pas le goûter, j’allais chez l’orthophoniste"

“On a toujours dit à Mattéo : ‘Si demain tu veux les retirer, si demain tu veux signer, arrêter d’oraliser, nous, on n’a pas de problème avec ça. Tu es sourd, ça fait partie de toi’”, ajoute Élodie. Mais le jeune homme tenait vraiment à travailler sur sa prononciation. “J’ai fait beaucoup de travail pour essayer de comprendre les gens, que ce soit d’une manière ou d’une autre, n’importe laquelle, au travail ou dans la rue, et je pense que les gens, au final, ils vont dire: ‘Il parle bien, c’est bien’. Ils ont oublié que, à quatre ans, à quatre heures, je ne prenais pas le goûter, moi, j’allais au charbon chez l’orthophoniste, à chercher les mots et je galérais pendant deux heures. C’était ça jusqu'à très tard: 10 ans, 11 ans, 12 ans…” Eozenn, jeune sourde, lance un appel pour la considération des sourds

“Moi, j’ai commencé à écrire, j’étais en cinquième. Et en fait, je pense que comme j’ai kiffé ça, je me suis amélioré, déjà, à l’écriture, à comment tourner ma phrase. Fallait les caler ! Parce que nous, en fait, on ne peut pas rapper vite, on n’est pas Eminem. Même l’articulation: les ‘R’… Petit, cette articulation, elle est très compliquée. Parce qu’il faut bien la dire, la lettre. Quand tu rappes, je pense que tu devrais vite articuler, le plus vite possible. Mais voilà, je dis pas que j’articule archi bien, mais j’essaye de me débrouiller et faire à ma sauce aussi”, conclut le jeune homme. Mélanie Deaf, devenue professeure de langue des signes

avatar
Brut.