Au parlement Australien, la colère du sénateur Whish-Wilson à propos de la Grande barrière de Corail

"Vous trouvez ça drôle que les océans meurent ? Vous trouvez ça drôle ?" En plein parlement, l'énorme colère du sénateur Whish-Wilson face à l'inaction du gouvernement australien pour protéger les coraux de la Grande barrière.

Changement climatique : un sénateur australien en colère face à l’inaction de son gouvernement

Le 5 décembre 2019, le sénateur Peter Whish-Wilson s’indigne. Face à l’inaction du gouvernement australien pour protéger les coraux de la Grande barrière, le sénateur australien accuse ses homologues.

L’Australie est le gardien de la Grande barrière de corail. C’est une île entourée par la mer. Nous avons un rôle de leader à jouer, pas juste sur le plastique dans les océans, un problème sur lequel le gouvernement se concentre enfin. “Nous avons un rôle de gardien de la Grande barrière de corail”, insiste Peter Whish-Wilson. Tandis que le comité en charge du patrimoine mondial de l’UNESCO est en train d’étudier l’état de la barrière de corail, personne ne peut nier l’impact du changement climatique sur celle-ci. Peter Whish-Wilson, d’une voix remplie d’émotions, le dit fermement : “La moitié de la Grande barrière de corail est aujourd’hui morte”.

“Vous êtes des criminels du climat”

Le sénateur australien tient clairement ses homologues pour responsables. “Ce sont des gens comme vous qui viennent ici et qui soutiennent l'industrie fossile qui seront responsables de tout ça. Vous serez tenus pour responsables par les générations future. Je peux vous l’assurer. C’est un crime ce que vous faites. Vous êtes des criminels du climat (…) et vous choisissez de les ignorer. Ce n’est pas acceptable.” Puis, Peter Whish-Wilson n’hésite pas à reprendre ses homologues, qui n’ont pas l’air de le prendre au sérieux : “Vous êtes en train de rire Sénateur Canavan. J’aimerai bien que les caméras vous enregistrent en train de rire alors que les récifs sont en train de mourir. Et vous, sénateur Sterle. Vous êtes en train de vous comportez comme un clown de là où vous êtes. Vous trouvez ça drôle de voir nos océans mourir ?” La séance se termine par l’intervention du Président du Sénat, qui demande le silence.

avatar
Brut.
5 décembre 2019 13:38