Ils ont quitté l’italie pour fabriquer de la mozza en France

Edoardo Antonini est éleveur de bufflonnes en Val de Dagne. Pour Brut, il ouvre les portes de sa fabrication de mozzarella à Carcassonne.

“C'est tous les jours, 7/7, toute l’année”

“On privilégie au maximum la santé et le bien-être animal et aussi de voir les veaux avec les mères qui courent partout, c'est toujours un plaisir, plutôt que dans des petites cages”. Originaires de Rome, Alexandra et Edoardo produisent de la mozzarella de bufflonne près de Carcassonne, en France. Ensemble, ils accordent une importance particulière au bien-être de leurs animaux. “Ils aiment bien être câlinés. Ils aiment bien se gratter, ils ont un cuir très épais et du coup, ça leur fait toujours plaisir. Après, les animaux qui vont bien font un meilleur lait. Ils vivent mieux et c’est plus facile de travailler avec des animaux qui sont biens plutôt que des animaux qui sont stressés.“ Cet agriculteur sauve sa ferme en montant un cabaret

Arrivés dans l’Aude en 2013 pour devenir producteur de mozzarella, le défi était de taille pour Alexandra et Edoardo. “C’est une région qui est juste magnifique. Et après, il y a le côté aussi un peu fou parce que voilà, on est parti comme ça. On ne parlait pas français, on ne connaissait personne et on s'est dit : “bah, on essaye”. On aime le challenge, nous.” En Italie, les éleveurs avaient découvert l’art de la “mozzarella”. Mais pour Alexandra, il était difficile de trouver sa place dans ce milieu en tant que femme.”En Italie, c’est toujours des savoir-faire qui restent enfermés, je trouve. C'est un milieu très masculin. Je pense que dans le pays, il n’y a pas une personne qui fait de la mozzarella qui est une femme. C’est que des hommes qui font ça.“ Visite de la ferme du Bec-Hellouin en Normandie

avatar
Brut.