18 commentaires

  • Cécile P.
    05/04/2017 16:37

    on se sent tellement moins seul avec vous monsieur Hulot...

  • Philippe L.
    05/04/2017 17:02

    Il n'a pas lu Frankenstein ! Frankenstein c'est le professeur qui crée le monstre et non pas le monstre lui même

  • Gege N.
    05/04/2017 17:30

    PAUVRE CON

  • Victor E.
    05/04/2017 18:00

    N'importe quoi ! Le réchauffement climatique, c'est un péché et Trump est responsable, ainsi que les américains. Dommage de voir des acteurs jouer les inquisiteurs. Le réchauffement climatique à plusieurs causes, et plusieurs solutions. Les gauchistes et démocrates combattent simplement les industries des énergies fossiles. Le combat doit être fait sur d'autres aspects tout aussi important.

  • Emi D.
    05/04/2017 19:56

    Ben oui, ça aussi on le sait que les changements climatiques vont amener la guerre parce que les populations vont se battre pour avoir de l'eau et de la nourriture. Merci M. Hulot de rappeler la double peine des pays du tiers monde. On les exploite, on crée les désordres climatiques qu'ils sont les 1ers à subir et quand c le bordel on ne veut pas d'eux. Pas toujours fière d'être humaine. Les animaux d'une même espèce se font moins de tord …

  • Agnes C.
    05/04/2017 20:36

    Et vous parler pas des chemtraille

  • Agnes C.
    05/04/2017 20:37

    Ce qui déverse des tonnes de produit chimique sur nos tête 24 sur 24 sa passe inaperçue

  • Agnes C.
    05/04/2017 20:38

    Au lieux d'écouter Nicolas hulot qui dit n'importe quoi

  • Maartje D.
    05/04/2017 21:04

    ce mec là a tout compris, Nicolas Hulot c'est genre un des rares à comprendre que ce qu'il faut sauver avant tout, c'est la planète sur laquelle on vit

  • Carole F.
    05/04/2017 21:48

    C est un point de vu qui change des politicards. Maintenant marre qu' on nous culpabilise car nous aussi on subit le système. Faut parler avec ceux qui dirigent le monde. Pour le pouvoir et l argent, ils détruisent la planète

  • Pat R.
    06/04/2017 01:07

    Ce qui détruit la planète c'est aussi la surpopulation?

  • Jean-Renaud V.
    06/04/2017 05:48

    Ok, le mec se présente pas mais fait durer le suspense. Il soutient un candidat puis se rétracte (en quel honneur ?) ensuite il fait sa petite cuisine en lançant un mouvement bidon médiatisé à outrance parce que un mec qui a fait de la publicité pour Rhône-Poulainc, pendant 15 ans, c'est un "ami". #foutagedegueule #vasauverlaterreavectonhélicoetton4x4magiques

  • Martine F.
    06/04/2017 14:06

    message à faire circuler

  • Virginie L.
    06/04/2017 17:06

    Bravo tout est dit😢

  • Rv G.
    06/04/2017 19:43

    Hulot charlot

  • Zé C.
    06/04/2017 19:59

    Nicolas Hulot Robert Kennedy junior, neveu de l’ancien président américain John F. Kennedy, a révélé dans un article pour le magazine Politico les véritables causes de la guerre en Syrie. La racine du conflit armé en Syrie, provient en grande partie du refus du président syrien Bachar al-Assad du passage d’un pipeline de gaz du Qatar vers l’Europe. « La décision américaine. d’organiser une campagne contre Bachar al-Assad n’a pas commencé avec les manifestations pacifiques du printemps arabe en 2011, mais en 2009, lorsque le Qatar a offert de construire un pipeline pour 10 000 millions de dollars qui traverserait l’Arabie Saoudite, la Jordanie, la Syrie et la Turquie « Ce projet aurait veillé à ce que les pays arabes du Golfe aient un avantage décisif sur les marchés mondiaux de gaz et aurait renforcé le Qatar, un proche allié de Washington dans la région, a déclaré Kennedy junior. Le président syrien Bachar al-Assad, a rejeté le projet au motif que cela nuirait aux intérêts de son allié russe, le plus grand fournisseur de gaz naturel vers l’Europe. Un an plus tard, Al-Assad a commencé à négocier avec l’Iran pour construire un autre gazoduc qui transporterait le gaz de l’Iran vers le Liban et le pays perse serait devenu un des plus grands fournisseurs de gaz vers l’Europe, a expliqué l’avocat. Immédiatement après le refus du projet initial, les agences de renseignement américaines, Le Qatar, l’Arabie Saoudite et le régime israélien ont commencé à financer la soi-disant opposition syrienne( avec l'appui du Pays des Droits de L'Hommme qui dans les années 80 avec l'appui de l'Otan, le Fmi, l'Onu, la Cia, la Nsa, le Mi6, la Dgse, etc, etc, "ILS" : Le groupe Bilderberg, la commission Trilatérale, Le Council on Foreign Relations, les banquiers le Dinner du Siècle . soit disant.et à préparer une révolte pour renverser le gouvernement syrien, a dit M. Kennedy, qui a cité des données de divers rapports de renseignement auxquels il a eu accès. Dans cet objectif, la CIA a transféré six millions de dollars à la télévision britannique Barada dans le but de préparer des reportages en faveur du renversement du président syrien, a-t-il ajouté. La CIA a utilisé les membres du groupe extrémiste État islamique pour protéger les intérêts des Etats-Unis sur les hydrocarbures et instrumentaliser les forces radicales pour réduire l’influence de (l’ancienne) Union Soviétique dans la région a conclu Robert Kennedy. Pendant ce temps, les Etats-Unis poursuivent leur soutien financier, logistique et militaire aux groupes d’opposition armés, qui ont échoué à renverser le gouvernement syrien, malgré cinq années de guerre. Les États-Unis essayent même d’obtenir la levée des sanctions qui empêchent l’envoi d’armes anti-aériennes au territoire syrien dans le but de renforcer le front de groupes armés ( Al Nosra, DAESH OU ISIS COMME VOUS VOULEZ) qui luttent contre l’armée arabe syrienne

  • Fa E.
    06/04/2017 20:40

    Nicolas tu aurais fait un bon Président

  • Léo A.
    18/04/2017 13:31

    On pourrait même ajouter à cela que la plupart des conflits sur notre planète sont aujourd'hui plus ou moins directement liés à l'exploitation des ressources (pétrole, gaz etc.) et qu'il suffirait de tous changer légèrement nos modes de consommation pour couper l'herbe sous les pieds de ceux qui sont à l'initiative des ces guerres. Ce qui permet de rappeler que l'innovation dans le domaine de l'écologie, de l'énergie et du développement durable est, en plus d'une réponse à la guerre, une solution économique à la crise que nous connaissons. Très bonne analyse en tout cas.