5 coups de gueule au Parlement européen

"Vous êtes des crétins finis", "Honte à vous !" Les 5 plus gros coups de gueule des députés au Parlement européen.

Cinq coups de gueule au Parlement européen

Daniel Cohn-Bendit à Bruno Gollnisch, sur la Suisse

Le 26 février 2014, un débat portait sur l’avenir des relations entre l’Union Européenne et la Suisse. “La richesse de la Suisse dépend du marché européen”, c’est l’idée que défendait l’ancien eurodéputé du groupe Les Verts, Daniel Cohn-Bendit. “Vous êtes des crétins finis”, s’exclame le député. Selon lui, ses homologues du Front National, dont Bruno Gollnisch, n’ont “pas compris les valeurs de l’Europe”.

Guy Verhofstadt à Viktor Orbán, sur la politique de la Hongrie

Le 26 avril 2017, Guy Verhofstadt, le député belge libéral-démocrate a lourdement critiqué la politique menée par Viktor Orban, Premier ministre hongrois. “C’est comme si Staline ou Brejnev était de retour… mais cette fois en Hongrie”, déclare Guy Verhofstadt, l’eurodéputé belge libéral-démocrate, à propos de la politique de Viktor Orban. L’homme d’État hongrois aurait voulu “recevoir l’agent de l’union européenne” mais ne souhaitait “pas partager les valeurs de l’Union Européenne”.

Yannick Jadot à la Commission européenne, à propos de la pêche électrique

Le 15 janvier 2018, le député européen écologiste a poussé un coup de gueule contre la Commission Européenne. Yannick Jadot l’accuse de mentir sur la pêche électrique. “Vous mentez sur le fondement scientifique de vos décisions” s’exclame alors le député vert.

Maria Grapini à Mara Bizzotto, sur l’intégration des Roms

Le 6 avril 2017, Maria Grapini, l’eurodéputée roumaine social-démocrate, contredit l’eurodéputée italienne de La Ligue, Mara Bizzotto, lorsque celle ci évoque la perte de budget relative à de l’intégration ”pratiquement nulle” des Roms. Maria Grapini, quant à elle, annonce un total désaccord : “les mères Roms sont des mères aussi, madame”, réplique la député roumaine.

Edouard Martin à Angelo Ciocca, sur les actions terroristes

Le 18 décembre 2018, au lendemain de l’attentat de Strasbourg, Angelo Ciocca, eurodéputé italien de La Ligue, déclare que ce sont les erreurs de la France et de l’Europe qui ont engendré les actions terroristes. Edouard Martin, l’ancien eurodéputé français social-démocrate réplique alors, en colère, “vous vous mettez sur les dépouilles des victimes (…) pour un faire un acte politique !”.

avatar
Brut.
3 novembre 2019 12:59