5 propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat sur lesquelles le gouvernement recule

Moratoire sur la 5G, écotaxe sur les billets d'avion, régulation plus stricte des pesticides… 5 propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat sur lesquelles le gouvernement est en train de reculer.

Cinq propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat abandonnées

Le 21 juin 2020, 149 mesures ont été présentées par les membres de la Convention Citoyenne pour le Climat. Aujourd’hui, malgré son engagement, le gouvernement recule devant cinq de ces propositions.

La 5G

« La 5G, c’est une sous-partie de notre mesure plus générale sur la sobriété numérique. Actuellement, c’est malheureusement enterré », explique Matthias Martin-Chave, membre de la Convention Citoyenne pour le Climat.

En septembre dernier, Emmanuel Macron a affirmé : « Évidemment, on va passer à la 5G ». D’après lui, la France est le pays des Lumières et de l’innovation. « Je ne crois pas que le modèle amish permettre de régler les défis de l'écologie contemporaine », a-t-il notamment déclaré.

Le gouvernement a donc décidé de lancer la 5G à l’échelle nationale et de ne pas faire de moratoire. Toutefois, des études sur l’impact sanitaire et environnemental de la 5G devraient arriver en 2021.

L’écotaxe sur les billets d’avion

Cette écotaxe sur les billets d’avion devrait permettre au train de faire concurrence aux avions. Elle inciterait aussi à utiliser l’avion moins souvent et à réduire l’importance de la niche fiscale dont bénéficie le secteur aérien. Il faudrait alors payer une contribution, soit des billets d’avion plus chers. Cela rendrait les autres moyens de transport plus attractifs.

« Ça rend l'aviation encore moins accessible à ceux qui sont les moins aisés. Et ça contribue à “achever” un secteur qui est déjà en très grande difficulté », a déclaré Jean Baptiste Djebarri, ministre délégué chargé des Transports, au micro de RTL.

Le malus au poids sur les véhicules

Le malus au poids sur les véhicules vise à inciter les consommateurs et les constructeurs à favoriser les véhicules plus légers. En effet, plus un véhicule est lourd et plus il consomme d'énergie (thermique, électrique ou hybride) pour se déplacer.

La Convention demande que cette mesure soit appliquée dès 1.400 kg. Mais le gouvernement a décidé d’appliquer ce malus à des véhicules d’au moins 1.800 kg. Les véhicules comme les SUV ne sont donc pas concernés.

« *L’idée est d’envoyer un signal pour arrêter cette frénésie du véhicule lourd qui vise à ce que les constructeurs puissent réfléchir sur le poids des véhicules qu’ils proposent à la vente *», a indiqué Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique.

La régulation de la publicité sur les produits polluants

Cette proposition s’appuie sur le modèle de la loi Evin pour réguler la publicité pour les produits les plus polluants. La mesure passe par la création d’un « CO2 score » pour informer les consommateurs. Les membres de la Convention Citoyenne pour le Climat souhaitent aussi se diriger vers une publicité choisie et non plus vers une publicité « subie ».

« Moi, je crois à l'intelligence des Français. Je pense qu'il faut informer le consommateur, lui dire : vous voulez acheter un SUV, voilà les niveaux de pollution. La voie de l'interdiction systématique, où on interdit aux Français de faire ceci ou de faire cela,je ne pense pas que dans une démocratie responsable et mature comme la démocratie française, ce soit la meilleure façon de faire progresser l’écologie », a affirmé Bruno Le Maire, ministre de l’Économie.

La régulation plus strictes des pesticides

« Notre mesure sur les pesticides vise à protéger la biodiversité et favoriser les techniques d'agriculture moins basées sur les pesticides. En interdisant les CMR, donc les produits cancérogènes, mutagènes et neurotoxiques, et limitant voire interdisant certains produits phytopharmaceutiques d’ici à 2035 », explique Matthias Martin-Chave.

Toutefois, les néonicotinoïdes sont autorisés jusqu’en 2023 afin de sauver la filière betterave. D’après Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, il n’existe pas d’alternative à ces produits. « L’ensemble des mesures de la Convention Citoyenne pour le Climat marchent ensemble. Ça fait partie d’un ensemble, et c’est l’ensemble qu’il est super important d’accepter et de mettre en place », affirme Eloïse, membre de la Convention Citoyenne pour le Climat.

avatar
Brut.
23 novembre 2020 07:30