À Crépy-en-Valois, l’une des villes les plus touchées par le Coronavirus

Écoles fermées, marché évacué, rassemblements interdits… A Crépy-en-Valois, même le maire a été contaminé. Pablo habite dans cette commune de l'Oise, le département français le plus touché par le Coronavirus. Il raconte.

Coronavirus : Crépy-en-Valois, l’une des villes les plus touchées

Même le maire de la commune est prié de rester chez lui, car il a lui aussi été contaminé. Voici le quotidien des habitants.

Marché évacué, écoles fermées, rassemblements collectifs interdits… Crépy-en-Valois est l'une des villes françaises les plus touchées par le coronavirus. Même le maire de la commune, Bruno Fortier, est prié de rester chez lui, car il a lui aussi été contaminé. « Je vais bien. À part tousser un petit peu, j'ai pas de fièvre, je suis pas en état fébrile ou quoi que ce soit », a témoigné l’édile au micro de RTL.

Les écoles fermées

« Je suis en train de travailler sur une liste de personnes que j'ai côtoyées, et il y en a de nombreuses depuis une quinzaine de jours ! Entre autres, le préfet, entre autres le directeur général de l'ARS des Hauts-de-France… Mon cas n'est pas le pire, le pire qu'il y a, c'est pour tous les Crépynois qui sont vraiment dans la panade puisque toutes les écoles vont être fermées, tous les moyens de garde pour les enfants également, donc les parents vont devoir faire avec et ça va pas être facile », déplore Bruno Fortier.

Brut a pu joindre Pablo, un habitant de Crépy-en-Valois qui vit actuellement confiné avec sa femme, ses enfants et sa belle-mère, à cause du coronavirus. « On a appris il y a quelques jours le décès d'un professeur de technologie au collège de Crépy-en-Valois. Tu sais pas trop comment réagir, s'il faut s'inquiéter, pas s’inquiéter… » raconte le père de famille. Pablo est inquiet, et pour cause : ses enfants et sa belle-mère toussent et ont de la fièvre. « On a essayé d'appeler le numéro vert du coronavirus, on a aussi appelé le Samu, et on n'a eu personne au bout du fil. Aucun des deux numéros ne fonctionnait. Donc on a appelé notre médecin généraliste qui revenait de vacances et puis on a dû lui expliquer la situation », poursuit Pablo.

« Il n’y a pas suffisamment d'infrastructures pour pouvoir gérer les tests »

C’est leur médecin généraliste qui leur a conseillé de rester confinés pendant deux semaines. Pablo déplore toutefois un criant manque d’informations de la part des autorités sur la situation et les règles à suivre pour éviter la contamination par le coronavirus. « On se rend compte qu'il n’y a pas suffisamment d'infrastructures pour pouvoir gérer les tests et que la médecin généraliste effectue une liste des personnes qui ont besoin de passer ce test en urgence. Donc on est dans l'attente de savoir quand on va être testés. »

Les habitants de Crépy-en-Valois ont appris que les écoles seraient fermées pendant 15 jours par mail du rectorat. « L’école primaire nous a contactés pour que nos enfants puissent avoir accès à l'enseignement à distance, au cours du Cned », détaille Pablo. Il poursuit : « Ceux qui n'ont pas la possibilité de faire garder leurs enfants restent chez eux avec leurs enfants. Ceux qui n'ont pas le choix, qui doivent aller travailler, iront travailler tant qu'il n'y aura pas des directives qui viennent de là-haut et qui imposent aux gens de rester confinés chez eux. »

avatar
Brut.
2 mars 2020 21:03