retour

Aide à domicile, un métier qui souffre d'un manque de reconnaissance

Pendant le confinement, ils restent au contact des plus fragiles. Voici leur quotidien.

Pas de confinement pour les aides à domicile

Malgré l’épidémie de Covid-19, elles restent au contact des plus fragiles. Brut les a suivies.

« Aujourd’hui on parle beaucoup des soignants, des pharmaciens, on les applaudit à 20 heures… Mais les aides à domicile sont un petit peu les oubliées », constate tristement Aurore Delreux, aide à domicile dans le Nord. Bruit l’a rencontrée, ainsi que plusieurs de ses collègues. Pendant l’épidémie de Covid-19 et le confinement, elles comptent parmi les uniques relations sociales des personnes âgées et dépendantes.

20 % des aides à domicile sont en-dessous du seuil de pauvreté

Aide à domicile est un métier à part entière, principalement exercé par des femmes. Quotidiennement, elles aident les personnes dépendantes à se lever, à se coucher, à se déplacer, à se nourrir, à faire leur toilette et à prendre leurs médicaments. « Pendant cette crise du coronavirus, elles ont une place singulière. Les personnes âgées sont aujourd’hui les premières victimes du Covid-19, et les aides à domicile ont un rôle clé », estime Guillaume Quercy, président de l'Union Nationale de l'Aide, des soins et des services à domicile (Una).

97 % des aides à domicile sont des femmes, selon l’Union syndicale de branche de l'aide à domicile. Leur salaire tourne autour du SMIC horaire, et 89 % d'entre elles sont à temps partiel. 20 % des aides à domicile sont en-dessous du seuil de pauvreté. Les aides à domicile ont par ailleurs perdu 13 % de pouvoir d'achat en 10 ans.

Environ 800.000 personnes âgées en perte d’autonomie à domicile

« Nous estimons à 800.000 le nombre de personnes âgées en perte d’autonomie à domicile. Et dans le cœur de la crise, on pense que 60 à 70 % d'entre elles continuent de bénéficier de cet appui au quotidien », indique Guillaume Quercy. Qui tempère toutefois : « La plupart du temps, lorsque l'appui est maintenu, il est lui-même réduit en termes de temps passé auprès des personnes. Mais dans cette situation, ce que l'on observe surtout, c'est que ces chiffres sont très différents d'un territoire à l'autre. »

Ces inégalités territoriales sont dues aux différentes politiques menées par les conseils départementaux, principaux financeurs des services d'aides à domicile. « Dans cette crise, les inégalités peuvent s'accroître. Tout simplement parce que l'État a demandé aux départements de poursuivre leurs financements à même niveaux pendant la crise des services d'aide à domicile », explique Guillaume Quercy.

65 % des aides à domicile continuent de travailler pendant le confinement

65 % des aides à domicile continuent de travailler pendant la crise sanitaire. Aussi les services ont-ils été réorganisés afin d’assurer les interventions prioritaires. Un problème subsiste cependant : le manque de matériel sanitaire. « L’affaire des masques est terrible. Il fallait aller récupérer le matériel, les masques dans une pharmacie, qui avait de tous petits stocks, et qui devait également en délivrer aux médecins et infirmiers libéraux. L’aide à domicile était la dernière roue du carrosse », se souvient Guillaume Quercy.

Pourtant, les aides à domiciles jouent un rôle social et sanitaire essentiel. « Sans ces professionnelles, les solutions pour les personnes âgées seraient plus que limitées : hospitalisation, Ehpad, solidarité familiale, donc épuisement des aidants. Ce sont des métiers d'utilité publique », résume Guillaume Quercy. À l’heure actuelle, nombreuses sont celles qui considèrent que le gouvernement les a oubliées.

28/04/2020 06:30
  • 3.3M
  • 2K
Brut - Le livre

1539 commentaires

  • Ekaterina E.
    15 heures

    C'est un métier que j'ai beaucoup kiffer, mais ça m as démotivé les trajets mal payer, le salaire miséreux 😱... Dommage fini temps que le salaire ne soit pas à ça juste valeur !!

  • Esther F.
    3 jours

    C’est marrant ils parlent pas des 6/8h de ménage par jour

  • Muguette D.
    5 jours

    Respect pour ces personnes à domicile et permettre aux personnes malades de se sentir aimé malgré tout🙏

  • Karim B.
    7 jours

    Merci pour eux respects 🥰🥰🥰🥰🥰

  • Farid S.
    15/10/2020 21:15

    Il faut les payer plus et plus de temps avec le patient Elles sont indispensables et iremplassable pour certaines familles

  • Colette B.
    15/10/2020 19:15

    Je leurs dit bravo.

  • Colette B.
    15/10/2020 19:13

    Oui ces vrai et nous payons nous aussi j'ai fait ce métier et aujourd'hui on vient chez moi. Je n'en suis pas mécontente. Mais ce ne sont pas nos boniche ils n ont que quelques heures à faire. Et rebelotte elles repartent ailleurs. Ces pénible. Alors essaye de leurs donner un coup de main pour la paye merci

  • Nadine H.
    14/10/2020 20:09

    POUR LES AIDES À DOMICILE CE SONT DES PERSONNES CHARMANTES EN GÉNÉRAL PATIENTE ET DÉVOUÉ ...........MAIS TRES MAL RÉMUNÉRÉ POUR LE TRAVAIL QU ILS FONT........ET SI IL N Y AVAIT PAS CELA C EST IMPOSSIBLE DE RESTER CHEZ SOI...... ET NOUS SERIONS TOUS CONDAMNER POUR ALLER DANS LES MOUROIR DEX EPADHS.. BRAVO ET MERCI AU AIDES À DOMICILES........

  • Ann B.
    13/10/2020 23:20

    Ça nous prendrait ce service au Québec. Par contre il serait hors de question d'être non reconnues et sous-payees

  • Stephane S.
    13/10/2020 12:11

    Change de meuf

  • Nelly G.
    12/10/2020 18:26

    Bravo je vous admire vous faites le bien sur la terre merci à vous on besoin de votre humanité

  • Pascale B.
    10/10/2020 17:58

    Ma mère était chez moi .devenuecassure du col de femur 3operations en trois semaines ratées.ensuite parkinson azheimer corps de levy grabataire après une chute et opérations ratées mon mari et moi étions les aidants de maman pendant plus de 3ans sans compter les années antérieures avant de tomber malade.3ans confinés sans regrets je devrais refaire sans hesiter.il y a 5mois ma maman ma lâchée la main elle ma faut comprendre de lui tourner sa tête vers moi pour lui fermer lescyeux car elle voulait aller se reposer.nous n'avons eu personne pour nous soutenir et comme c'était le confinement il a fallu une derogation pour traverser deux departement pour être enterrée sur sa terre natale dans le limousin à côté de mon papa.je suis en colere en rage car personne ne m'a soutenue alors que moi j'ai toujours été là. Il me reste ma souffrrance mes larmes ma solitude et la question pourquoi ?.

  • Anne R.
    10/10/2020 15:46

    Bravo à toutes ses personnes 🥰🥰

  • Jami R.
    10/10/2020 12:28

    C’est vrai 👍

  • Ana D.
    10/10/2020 07:56

    Il faut respecter les gens qui travail, et en ce moment, ses gens sont essentiels, tout mon respect

  • Quarante Q.
    10/10/2020 03:34

    et 😘 bisous

  • Chapi G.
    08/10/2020 08:30

    les métiers du lien .Chg

  • Gabrielle G.
    06/10/2020 19:26

    Monsieur il fautrait sortire les mains de votre poche et aidée à ceux qui s'occupe de votre pauvre femme. Malade. Comme j'ai compris monsieur devrais payer plus chère ehpad et serait seul à. La maison et la mon pauvre il n'y a pas 36 solution trouver quelqu'un pour vous aidée jour et nuit courage il y aura bien une solution je vous le souhaite pour que votre femme va mieux courge💕🌹

  • Sylvain A.
    04/10/2020 08:36

    Cela fait 21 ans que je fais ce métier j'ai travaillé dans pas mal d'organisme privé ! J'ai travailler en secteur public aussi mais il a fallu que le gouvernement force à fermé pour privatisé ! Ben depuis je suis à mon compte et aucun regret ! J'ai toujours aimé mon métier et la reconnaissance je l'ai avec les personnes dont je m'occupe ! Et c'est ce qui m'importe !

  • Emilia L.
    03/10/2020 11:12

    On ai pa assez payé

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.