C'est quoi les 500 parrainages d’une élection présidentielle ?

Depuis quand ça existe, comment les obtient-on, voici ce qu’il faut savoir sur les 500 parrainages à l’élection présidentielle.

Un système français qui date de 1965

Pour valider leur candidature, tous les prétendants à la présidentielle doivent récolter 500 parrainages d’élus. Certains élus se mobilisent pour rappeler qu’un parrainage n’est pas un soutien. Ce système existe depuis la première élection présidentielle au suffrage universel direct en France en 1965. Le but est d’éviter les candidatures trop nombreuses, fantaisistes ou régionalistes. A l’époque, il suffit de récolter 100 parrainages. Depuis 1981, 500 signatures sont nécessaires. En 2022, plus de 42 000 élus, comme les maires, sénateurs, députés, conseillers départementaux et régionaux, représentants français au Parlement européen, peuvent parrainer un candidat. Mais ça n’est pas si facile pour les prétendants à l’Elysée…

Les règles sont strictes : les signatures doivent venir d’au moins 30 départements ou collectivités d’outre-mer différents, et il est interdit de récolter plus de 10% des parrainages dans un même territoire. Et puisque les signatures sont publiques, les maires ont souvent peur de parrainer un candidat… au risque de fâcher leurs électeurs. En 2017, seuls 34 % des élus habilités ont parrainé quelqu’un. De manière officielle, le temps laissé aux candidats pour récolter leurs 500 signatures est de 4 semaines. Retour sur la manière dont les différents présidents français ont annoncé leur candidature. Voici ce que disaient les sondages à quelques mois des résultats des dernières élections.

avatar
Brut.