Cécile Djunga combat le racisme par l'éducation

"Sale négresse", "rentre dans ton pays"… Les insultes qu'elle subissait quand elle présentait la météo en Belgique avaient suscité l'indignation. Depuis, Cécile Djunga a décidé de combattre le racisme à sa façon : par l'éducation. Elle raconte.

La lutte éducative de Cécile Djunga contre le racisme

Cécile Djunga est une présentatrice belge. En 2018, elle avait fait le buzz en publiant une vidéo d’elle, montrant sa peine et sa colère suite à un nouveau commentaire raciste à son égard. Depuis, elle lutte activement contre les discriminations, voici son combat.

Une vidéo qui fait le buzz et le début d’un réel engagement

En 2018, Cécile Djunga est confrontée à un commentaire raciste : suite à un passage télé, une femme l’appelle et lui indique qu’elle est “ trop noire”.

Suite à cet échange, Cécile Djunga s’exprime dans une vidéo qu’elle publie sur les réseaux sociaux : “J’en ai marre. Ça fait un an que je fais ça, je ne dis rien. Je veux avancer, je ne dis rien. Mais en fait, j’en ai marre.

Elle souhaite ainsi dénoncer le racisme subi en tant que présentatrice météo en Belgique. La vidéo fait un buzz international, avec plus de 2,5 millions de vues en 48h. Au début de son exposition médiatique, Cécile Djunga explique s’être senti dépassée : “Je ne me sentais pas activiste et je ne me sentais pas la force de porter à moi toute seule ce combat, d’être un porte-drapeau.(…) Je ne me sentais pas à la hauteur et j’ai eu très peur."

Suite à la vidéo, Cécile Djunga est invitée aux Nations Unies, devient ambassadrice du Musée Royal de l’Afrique Centrale et participe à de nombreuses campagnes en faveur de la lutte contre les discriminations.

L’éducation contre le racisme

L’éducation est un vecteur hyper important pour faire évoluer les mentalités”, affirme-t-elle.

Cécile Djunga souhaite réaliser des actions concrètes. Elle écrit une lettre ouverte à Caroline Désir, ministre de l’Education de la fédération Wallonie-Bruxelles, dans laquelle elle explique la nécéssité de réformer l’enseignement de l’histoire coloniale de Belgique.

Cécile Djunga rappelle : "À partir du moment où on comprend l’histoire de l’autre, à partir du moment où on arrive à comprendre l’autre, on arrive à mieux le respecter. Suite à la rencontre entre les deux femmes, une commission spécifique a été créée."

Aujourd'hui on se rend compte qu’il ne suffit plus d'être non raciste, il faut être anti-raciste. Si vous voyez quelque chose qui se passe dans la rue, à l’école, dans un stade de foot, il faut réagir. (…) Il faut que l’amour fasse beaucoup plus de bruit que la haine. Voila, réagissez quand vous voyez quelque chose, quelque soit la discrimination, que ce soit du racisme, de l’antisémisitme, du sexisme", conclut-elle.

avatar
Brut.
2 février 2021 07:32