retour

Comment les violences conjugales peuvent mener au suicide forcé

Le nombre de féminicides est souvent mis en avant. Celui des femmes qui se suicident suite à des violences conjugales l'est moins. En 2018, elles seraient 218 à avoir mis fin à leurs jours suite à ces violences. Yael Mellul veut que le suicide forcé soit reconnu par la loi. Voilà pourquoi.

Vers la reconnaissance du suicide forcé dans la loi

En 2018, près de 218 femmes victimes de violences conjugales se seraient suicidées. Vendredi 22 novembre, en conclusion du Grenelle contre les violences conjugales, Marlène Schiappa a officiellement annoncé vouloir faire entrer la reconnaissance du suicide forcé, dans la loi. Yael Mellul, ancienne avocate, se bat pour cette cause, depuis des années. Elle raconte à Brut.

Yael Mellul compare les violences conjugales à un iceberg : “il y a ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas”, explique-t-elle. “Ce qu’on ne voit pas”, c’est la violence psychologique, qui se résume par des micro violences, insultes, injures, ainsi et autres humiliations. Selon Yael Mellul, ces violences mettent la victime dans un “état d’objet” dominé par son agresseur. La partie visible de l’iceberg représente “ce que l’on voit” : la violence physique. Actuellement, un homme violent responsable de suicide forcé par le harcèlement qu’il aura exercé sur sa victime, “ne risque absolument rien”, affirme Yael Mellul. En effet, “il y a un vide juridique total”.

“Le suicide est induit”

Selon Yael Mellul, une victime de violence conjugales montre d’abord des premiers signes de détresse : “elle va perdre sa joie de vivre, son dynamisme, elle va maigrir, elle va grossir, elle va commencer à tomber en dépression.” Puis, certaines femmes sombrent dans l’alcoolisme ou la toxicomanie. D’autres, se suicident. Aujourd’hui, l’objectif de Yael Mellul est d’adopter une approche de prévention pour sortir les victime de violences conjugales de “cette prison mentale”. Reconnu dans la sphère du travail, notamment à travers l’affaire France Télécom, le suicide forcé n’est pourtant pas reconnu dans la sphère privée. Alors que, selon Yael Mellul, c’est dans la sphère privée que les femmes sont le plus en danger. Vendredi 22 novembre, en conclusion du Grenelle contre les violences conjugales, Marlène Schiappa a officiellement annoncé vouloir faire entrer la reconnaissance du suicide forcé, dans la loi.

25/11/2019 07:14mise à jour : 25/11/2019 08:46
  • 176.9k
  • 229

197 commentaires

  • Séñorita Y.
    30/12/2019 19:28

    Excellente Analyse !!! Bravo Maître Il faut biensur que le harcèlement et les maltraitantes conjugales psychologiques ou physiques soient reconnues et sanctionnées !!

  • Aurore D.
    26/12/2019 11:05

    Moi je suis passé à l'acte et je me suis réveillé après 5 jours de coma diagnostic vital engagés je remercie aujourd'hui ma grande qui m'a trouvé et appelé les pompiers car j'ai tellement culpabiliser qu'elle me voit comme ça que j'en ai trouvé la force de me battre et de me débarrasser de mon bourreau.

  • Ingrid C.
    25/12/2019 21:21

    Et oui cela fait un moment que je le dis Toutes celles qui sont mortes tués par leur conjoint ou ex conjoint sont compter mais pas toute celles qui se sont suicidés. J'y ai pensé moi aussi... lui m'avait conseiller de le faire aussi

  • Charline D.
    25/12/2019 12:35

    Sans compter aussi toutes celles qui tombent gravement malades.

  • Stéphanie B.
    25/12/2019 06:04

    Cette dame est super et exprime parfaitement notre position, quitter le persécuteur, après avoir hésité plusieurs fois pour partir rejoindre les étoiles a été la meilleure solution même si au bout d’un an le combat continu pour protéger ma fille 💪💪💪💪💪ne baissons pas les bras

  • Eva B.
    24/12/2019 21:00

    Analyse Magistrale. Aucun Juge ou du moins à peine quelques uns peuvent intégrer dans le Cour de leurs décisions leur « formation » déconnectée de la réalité ou complaisante à une « idéologie » ? Celle du Déni

  • Eva B.
    24/12/2019 20:55

    Extraordinaire de vérité et si précis dans l’analyse

  • Myriam A.
    22/12/2019 09:09

    La calomnie via les raisons sociaux sont des violences psychologiques et pourtant le juge ne condamne pas et laisse la garde à l'auteur

  • Helene D.
    21/12/2019 07:55

    elle a entièrement raison !

  • Claire L.
    12/12/2019 12:14

    c'est fort!

  • Mirella K.
    04/12/2019 04:51

    Viole pas ...

  • Emilie C.
    30/11/2019 11:02

    je connais bien!!

  • Laetitia A.
    29/11/2019 13:57

    Quand on entend un flic vous dire que nous méritons la violence conjugale et le harcèlement on a vite compris

  • Coralie F.
    28/11/2019 19:19

    Falzone,

  • Myriam D.
    28/11/2019 18:09

    Comme je vous comprends......

  • Makhlouf B.
    28/11/2019 01:03

    Un homme doit être respecté.

  • Sophie L.
    27/11/2019 22:43

    La violence psychologique ne se voit pas donc personne ne vous croit 😕

  • Thomas L.
    27/11/2019 20:38

    Faut pas se suicider pcq après on est mort

  • Wndr N.
    27/11/2019 16:47

    👏🏾👏🏾👏🏾👏🏾

  • Laurent M.
    27/11/2019 13:53

    Ouais c'est bon faut pas dramatiser on est pas tous pareil hein. Je trouve que tu te la pète un peu trop toi

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des emails de Brut.