retour

En France, tous les 4 jours, un enfant est tué par ses parents

Depuis le début du confinement, sept enfants sont morts sous les coups de leurs parents.

Depuis le début du confinement, sept enfants ont été tués par leurs parents

Le numéro 119 d'appel d'urgence a enregistré une augmentation de 89 % du nombre d'appels par rapport à avril dernier.

Le 20 avril 2020, le journaliste Mohamed Bouhafsi confiait avoir été battu par ses parents au micro de Jean-Jacques Bourdin. « J'ai eu la chance d'avoir des voisins, à Saint-Denis au Franc-Moisin, qui sont intervenus. Nadir est descendu plusieurs fois. Aïda m'a sauvé en préparant des repas. Elle me disait de venir chez elle si j’avais des soucis avec mes parents. »

Daoudja, 6 ans, tué par son père le 27 mars

Mohamed Bouhafsi rappelait ainsi que son cas était loin d’être isolé : en France, près d'un enfant meurt tous les quatre jours sous les coups d'un de ses parents. Rien que depuis le début du confinement, sept enfants ont été tués par leurs parents. Mais en tant que voisin, on peut toujours agir pour sauver la vie d’un enfant.

Dernière victime en date : Daoudja, 6 ans. Le 27 mars, le petit garçon a reçu trois gifles de son père pour avoir oublié « un document » à l'école. Daoudja est tombé, son crâne a heurté une table. Il en est mort. « Il y avait eu effectivement des alertes sur le père. Le petit Daoudja, lui, était arrivé récemment en France, sauf erreur », indique à Brut Adrien Taquet, secrétaire d'État chargé de la Protection de l'enfance.

« Ça peut arriver dans toutes les familles »

« Il faut une grande vigilance sur les cas connus. Pouvoir suivre les familles où on sait qu'il y a des difficultés et dès que l'enfant est en danger, pouvoir l'en retirer, ajoute Adrien Taquet. Il faut aussi avoir une politique de prévention bien plus importante que ce que l'on a aujourd'hui. Il faut mieux déceler en amont les difficultés familiales que peuvent avoir un certain nombre de familles. »

Les signalements de violences contre des enfants ont explosé pendant le confinement : le numéro 119 d'appel d'urgence gratuit qui fonctionne 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 a enregistré une augmentation de 89 % du nombre d'appels par rapport à avril dernier. « La violence ne répond pas qu'à un milieu social donné, ça peut arriver dans toutes les familles. Si on n'a pas ça en tête, on passe à côté de situations dramatiques », rappelle le secrétaire d'État chargé de la Protection de l'enfance.

« Appelez le 119 ou le 17, c’est pas grave de se tromper »

Aussi appelle-t-il à « une société de vigilance ». Car sans l’action de chacun – proches, voisins – l’action des pouvoirs publics restera incomplète, selon Adrien Taquet. « Dans le moindre doute, il faut appeler le 119 ou le 17. C'est ce que les Français semblent avoir fait pendant le confinement. C'est un réflexe qu'il faut garder une fois que nous en serons sortis. C'est pas grave de se tromper. Je préfère qu'on se trompe parce que si on ne se trompe pas, c'est la vie d'un enfant que l'on sauve. »

14/05/2020 18:05mise à jour : 14/05/2020 18:14
  • 841.7k
  • 510

440 commentaires

  • Maxime D.
    un jour

    Un tout les 4 jours quand même c’est fou !

  • Benedicte S.
    2 jours

    Ces enfants et enfants et ces femmes intéressaient personne de leur vivant et seront que des statistiques une fois morts

  • Carine C.
    2 jours

    J'ai connu ca avec la code electrique, du bois etc... des coupes de points et de pied

  • Angeline Y.
    2 jours

    Cela est horrible

  • Kris K.
    2 jours

    Ah oui tu préfères te tromper ?? C'est grave ce que tu dis, très grave même, tu es là pour sauver quelques enfants aux détriment de toute une majorité que tu arraches de force à leur parents en détruisant leur vie et brisant des familles parce pour toi c'est légitimite de le faire sur un soupçon, un faux rapport établi par une assistante social, ou un voisin qui ne t'aime et appel les gendarmes qui se présente chez toi, contact les services sociaux et volent ton enfant sur le champ. Elle est là la réalité pauvre ignorant 😡

  • Marie T.
    2 jours

    J’ai fait une formation sur la maltraitante et malheureusement avant que ça monte au procureur l’enfant est bien souvent mort

  • Martine R.
    2 jours

    Oh oui les coups et les persécutions morales détruisent. J en sais quelque chose.

  • Samrayadam M.
    3 jours

    Quelle horreur😱😱😱😱😱😱

  • Maxime K.
    3 jours

    Ces enfants ont besoin d amour et pas de violence l explication s impose au plus tot pour eviter la delinquence

  • Marie G.
    3 jours

    C'est vrai. Heureusement qu'il y a des personnes comme ça

  • Dossou N.
    3 jours

    Les fessées peuvent tuer mais les placages des policiers 'e tue pas

  • Chris H.
    4 jours

    Une fessée ça tue une personne ? Mdr

  • Evangeline S.
    5 jours

    Oui tu appelle mais après ils se passe rien, ou les enfants sont placé dans des foyers horrible et ne sont vu que comme des dossiers, l'état ne fait rien ni pour les enfants ni pour les femmes battues

  • Dounia D.
    6 jours

    Par contre je trouve ça vraiment abuser de dire qu’une fesser ça peut tuer ça n’a rien avoir avec de la mal traitance ? Après les claque et tout je suis pas d’accord on ne fait pas ça la maltraitantes je suis bien évidement contre ..

  • Benchorfi K.
    6 jours

    Et ont prend un arabes 😂😂🤣🤣🤣🤣🤣

  • Salem A.
    6 jours

    Putain de tocards 😢😢

  • Stephanie M.
    6 jours

    Is your system you need to change this people should go to jail for live and maybe will think before acting

  • Cécile W.
    7 jours

    Une fessée une raclée ça peut tuer mais les laisser tout faire ça peut tuer aussi les laisser tout faire ça fait beaucoup de dégâts. aussi ce qui tue c'est tout ce manque d'éducation.plus de respect tue les parents sont coupables l'éducation a l école il y en a plus tous coupable

  • Sylienne C.
    7 jours

    🙏🙏🙏🙏🙏😥♥️👐❤🤗

  • Joelle Z.
    30/05/2020 04:01

    Quel malheur pour tous ces enfants mal traité

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des emails de Brut.