Épidémie d'Ebola en RDC : l'OMS déclare une urgence sanitaire mondiale

En un an, plus de 1500 personnes sont décédées des suites d'Ebola en République démocratique du Congo. Préoccupée par l'expansion géographique du virus, l'OMS vient de le déclarer comme une "urgence de santé publique de portée internationale".

Épidémie d'Ebola en RDC : l'OMS déclare une urgence sanitaire mondiale

En un an, plus de 1500 personnes sont décédées des suites d'Ebola en République démocratique du Congo. Préoccupée par l'expansion géographique du virus, l'OMS vient de le déclarer comme une « urgence de santé publique de portée internationale ».

En République démocratique du Congo, plus de 1500 personnes sont décédées des suites d'Ebola en un an. Le 17 juillet 2019, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a déclaré cette fièvre hémorragique comme une « urgence de santé publique de portée internationale ». Cette déclaration de l'OMS intervient après le premier décès d'une personne à Goma, dans l'est du pays. « Le risque de propagation en République démocratique du Congo et dans la région reste très élevé et le risque de propagation reste faible à l'extérieur de la région » a déclaré Tedros Adhanom, directeur général de l’OMS.

Cette décision doit permettre le renforcement des moyens de lutte contre le virus. « Ce serait formidable si nous avions plus de personnel sur le terrain venant de pays francophones. Nous avons besoin d'experts parlant français et surtout, nous avons besoin de beaucoup d’argent » alerte Rory Stewart, ministre britannique du Développement international.

Cet argent devrait notamment servir à financer des vaccins, dont l'OMS a reconnu la pénurie. Dans cette région instable de l'est de la République démocratique du Congo où s'est déclaré ce nouveau cas, l'insécurité a aussi freiné les campagnes de contrôle et de vaccination : des infirmiers et médecins y ont été tués.

Et malgré les consignes répétées, une partie de la population ne croit pas à la réalité de l'épidémie. « Nous ne sommes pas sûrs qu'il y ait Ebola au Congo. Au Congo, si tu as mal à la tête, ils t'emmènent à l'hôpital et après, ils disent que tu es mort d’Ebola. » estime par exemple Muhindo Kaongezekela, vendeur d’œufs en République démocratique du Congo.

Cette épidémie est la deuxième plus importante après celle de 2013-2016 qui avait causé le décès de plus de 11 000 personnes. « À moins que la communauté internationale n'intervienne et ne finance la riposte maintenant, nous allons payer pour cette épidémie pendant encore longtemps » avertit Tedros Adhanom, directeur général de l’OMS.

avatar
Brut.
19 juillet 2019 11:36