Icône du féminisme, Gloria Steinem raconte son histoire

Elle a infiltré un club Playboy en 1963 pour exposer les conditions de travail des "Bunny". À 86 ans, elle poursuit son combat pour la cause des femmes. Pour Brut, l'icône du féminisme Gloria Steinem raconte son histoire.

Gloria Steinem : l’histoire d’une icône féministe

Elle se bat pour l'égalité des femmes depuis plus de 50 ans. Elle est co-fondatrice du premier magazine féministe national des États-Unis. C’est Gloria Steinem

Gloria Steinem naît en 1934 à Toledo, dans l’Ohio. Elle a une sœur aînée. Sa famille voyage à travers le pays car son père gagne sa vie en faisant des brocantes.

À 22 ans, tout juste diplômée de l'université Smith pour femmes, elle rompt ses fiançailles et se rend en Inde. Elle y apprend les techniques de résistance non-violente développées par Gandhi.

« Cela m'a permis d'avoir un avortement sûr »

Lors d'une escale à Londres, elle se fait avorter illégalement : « J’ai envisagé toutes sortes de choses folles : faire du cheval, me jeter dans les escaliers. J'avais des idées totalement irréalistes. Et la chance de ma vie, c'est que j'ai trouvé dans l'annuaire téléphonique un médecin qui était près de chez moi », raconte Gloria Steinem.

Elle poursuit : « Je suis allée le voir et il m'a dit “Je vais vous recommander une femme qui le fera. Mais vous ne devez jamais dire à personne mon nom.” Et, vous savez, je ne l'ai fait que bien des années plus tard quand je lui ai dédié un livre. Mais cela m'a permis d'avoir un avortement sûr et ça a complètement changé ma vie. Ça m'a permis d'aller en Inde pour finir ma formation et de mener ma vie. »

Son infiltration au Playboy Club

À 29 ans, dans le cadre de son travail de journaliste à New York, elle infiltre le Playboy Club habillée en Bunny. Par la suite, elle écrit un article très remarqué pour le magazine Show. Elle y aborde le harcèlement sexuel subi par les femmes employées du club.

« J'ai découvert qu'elles devaient passer un examen médical. On nous a dit que leur état de santé était une condition pour ce travail, ce qui était ridicule. Il s'agissait simplement de s'assurer que les femmes qui étaient alors encouragées ou forcées à avoir des relations sexuelles n'avaient pas de maladie vénérienne », rapporte Gloria Steinem.

Son combat pour la légalisation de l’IVG

Frustrée par le manque de possibilités d'écrire de manière significative sur la libération des femmes et en particulier sur le droit à l’avortement, elle co-fonde le magazine Ms. Elle le crée à 37 ans avec sa collègue féministe Dorothy Pitman Hughes. C’est le premier périodique créé, détenu et géré entièrement par des femmes.

Dans le premier numéro, Gloria Steinem et 52 autres femmes (autrices, athlètes, artistes de renom) déclarent, dans une lettre, avoir eu recours à des avortements. Le numéro se vend à 300.000 exemplaires en une semaine. Suite au succès de Ms. magazine, Gloria Steinem voyage pratiquement tout le temps pendant 20 ans en tant que conférencière et organisatrice de conférences.

Un an plus tard, une décision de la Cour suprême, l'arrêt Roe v. Wade, encadre le droit à l’IVG. Gloria Steinem est l'une des premières à défendre l'amendement sur l'égalité des droits, l’ajout de l'égalité des genres à la Constitution américaine, à témoigner devant le Sénat en 1970 et à marcher sur Washington pour exiger son adoption en 1978.

Octogénaire toujours militante

En 1972, elle fait campagne pour Shirley Chisholm, la première femme noire à se présenter à la présidentielle américaine. Elle continue à plaider en faveur de l'intersection du féminisme avec les droits des personnes noires, latino-américaines, natives américaines et LGBTQ+.

En 2000, à 66 ans, elle épouse David Bale, un entrepreneur et un défenseur des droits des animaux. La cérémonie est célébrée par la cheffe de la nation cherokee, Wilma Mankiller. En 2005, elle crée, avec Jane Fonda, le Women's Media Center pour promouvoir les femmes aux postes de pouvoir dans les médias. À 79 ans, elle reçoit la médaille présidentielle de la liberté de la part de Barack Obama.

Elle soutient ensuite Hillary Clinton lors des élections présidentielles de 2016. Le lendemain de l'investiture de Donald Trump, elle prend la parole lors de la Marche des femmes à Washington. Aujourd'hui octogénaire, elle défend inlassablement l'égalité au mariage, le mouvement #MeToo et la protection du droit à l’avortement. Tout ceci fait de Gloria Steinem une source d'inspiration pour les nouvelles générations de féministes.

avatar
Brut.