Leurs appartements sont des passoires thermiques

"J'ai peur pour moi, que l'appartement s'affaisse ou s'écroule…" Comme des millions de Français, Adrien et Cécile vivent dans une passoire thermique et ont recours au système D pour se protéger. En attendant que leurs logements soient un jour rénovés, leur quotidien, c'est ça.

“Soit il faut qu'on passe en insalubrité, soit il faut qu'ils nous relogent”


“Vers 17h, généralement, 18h, là, c'est là où c'est le pire niveau température. On ferme un peu la porte de la chambre, on met le radiateur au minimum: trois et demi, quatre. On est obligé d'être couvert.” Adrien vit dans un appartement considéré comme une “passoire thermique”. Son logement, mal isolé, chauffe très mal. Ses factures d’électricité explosent. Également très humide, la moisissure dégrade les murs et son mobilier. “C'est moi qui ai mis la bâche, pour combattre l'humidité, parce que j'ai déjà jeté un canapé. Les moisissures mangent le canapé”, montre-t-il.
Anne-Sophie retape un appartement insalubre


“Dès la première année, il y a eu les premiers problèmes de moisissures”


“107 euros, et là on était au mois d’octobre. Et octobre, je n'avais pas allumé, encore”, décrit-il, en montrant sa facture d’électricité. Mais il n’est pas le seul dans sa résidence. Plusieurs appartements sont dans le même cas, comme le logement de Cécile. “L'hiver, moi, je peux vous dire que j'ai trois polaires sur moi, j'ai deux pantalons et j'ai deux plaids sur moi, et des grosses chaussettes. J'ai allumé deux chauffages sur trois parce que j'ai peur de payer comme l'année dernière 1000 euros de facture. Moi, mes factures mensuelles sont à 100 euros. Pour un logement comme on a, on paye déjà assez cher toutes les factures”, dénonce-t-elle.
Marchands de sommeil, ils profitent d'étudiants étrangers précaires


Adrien habite cet appartement depuis 2017. “Dès la première année, il y a eu les premiers problèmes de moisissures qui ont attaqué tous les pans de mur, là. Le premier propriétaire, il avait envoyé un de ses hommes à lui pour plaquer ces pans de mur, et après, bah plus rien, fallait passer par l'agence ou quoi que ce soit, mais en soi, il n'y a jamais rien eu.”
Les présidents de la République et le mal-logement


“J'ai peur que l'appartement s'affaisse ou s'écroule”


Un logement en particulier est plus touché que les autres. “Cette personne est partie parce qu'on lui a retrouvé un logement. Et depuis qu'il est parti, eh ben il est plus relogé, cet appartement. Donc toute l'humidité revient, il n’est pas chauffé, il n’est pas ouvert et là, moi, je suis juste au-dessus et j'ai peur pour moi, que l'appartement s'affaisse ou s'écroule”, explique Cécile.
Dominique, vivant dans sa voiture, a trouvé un logement


“Il avaient dit que, normalement, ils allaient refaire des travaux, mais ils laissent à l'abandon. Il y a plein de moisissures, il y a plein de toiles d'araignée, je pense qu'il y a des rats qui doivent venir, parce qu'on voit la laine de verre qui est bouffée. Soit il faut qu'on passe en insalubrité, soit il faut qu'ils nous relogent. Là, c'est plus possible”, ajoute l’habitante. Contactés par Brut, le propriétaire et l'agence immobilière n'ont pas répondu à nos questions.
Ils vivent dans un immeuble coopératif qu’ils ont fait construire


avatar
Brut.