retour

Infirmières, caissières… Des métiers féminisés et sous-payés

Infirmières, aide-soignantes, caissières… Les métiers applaudis le soir à 20h sont exercés en majorité par des femmes, souvent mal payées. Pour l'économiste Séverine Lemière, il faut que ça change.

Revalorisons les métiers féminins sous-payés !

Infirmière, aide-soignante, caissière… Tous ces emplois sont occupés en majorité par des femmes, et sont largement sous-payés, selon l’économiste Séverine Lemière.

« Les infirmières, c’est 87 % de femmes. Les aides-soignantes, c’est plus de 90 % de femmes. Les agentes d’entretien, plus de 73% de femmes. Les caissières, plus de 76 % de femmes. Tout ça, ce sont des métiers très féminisés. Souvent, on oublie cette caractéristique des métiers que nous applaudissons tous les soirs à 20h », déplore l’économiste Séverine Lemière. Pour Brut, elle explique pourquoi et comment on peut lutter contre cette inégalité de traitement.

« Assimiler des compétences professionnelles à des qualités féminines participe à la sous-valorisation salariale »

Ce sont des activités comme soigner, assister, prendre soin, nettoyer, écouter, aider. Toutes ces activités sont identifiées comme des activités féminines, en lien avec ce que je dirais « la nature féminine », des qualités personnelles liées au fait d’être femme.

Cette façon d’assimiler des compétences professionnelles à des qualités féminines participe à la sous-valorisation salariale de ces métiers. Tout simplement parce qu’on ne reconnaît pas l’ensemble de ces activités comme des compétences professionnelles, comme des savoir-faire professionnels, comme des postures professionnelles, comme de la technicité.

« Ces métiers ont été parfois, historiquement, peu défendus »

Le fait d’assimiler ça à des qualités retire la valorisation professionnelle et salariale de ces métiers. C’est le fruit, souvent, de la construction sociale du métier, de l’histoire du métier. Il ne faut pas oublier que les infirmières, historiquement, viennent des nonnes dans les hospices. C’est donc de l’ordre de la vocation. La vocation, ce n’est pas pro, ça ne se paie pas.

Ce sont des métiers dans le prolongement de ce qu’on fait dans la famille. Tous les métiers de service à la personne, c’est comme ce qu’on ferait avec ses grands-parents, ses parents, ses enfants. Ça nuit à leur professionnalisation. Et ces métiers ont été parfois, historiquement, peu défendus ou pas assez bien défendus par les organisations syndicales, qui pouvaient être davantage focalisées sur des métiers plus industriels, plus masculinisés.

Les infirmières françaises touchent en moyenne 9 % de moins que le salaire moyen

Même s’il y a eu de nombreuses luttes de femmes, des travailleuses. On pense aux luttes des soignantes dans les Ehpad il y a quelques mois, dans les hôpitaux, ou les très belles luttes de femmes de ménage dans les hôtels. Ces luttes-là cherchent à faire reconnaître la compétence professionnelle de ces métiers. Néanmoins, elles ne sont pas suffisamment entendues par rapport à d’autres luttes dans des métiers plus masculinisés.

En France, les infirmières touchent en moyenne 9 % de moins que le salaire moyen français. Alors qu’en Allemagne, par exemple, les infirmières touchent en moyenne 10 % de plus que le salaire moyen allemand. En Espagne, elles touchent en moyenne 28 % de plus que le salaire moyen espagnol. Cette sous-valorisation des métiers féminisés participe aux inégalités de salaire entre femmes et hommes. En France, l’écart de salaire entre femmes et hommes est autour de 25 %.

« Il y a de la ségrégation professionnelle »

Depuis 1972, le principe d’égalité salariale dit : « À travail égal, salaire égal. » Mais il dit aussi : « Un salaire égal pour un travail à valeur égale. » C’est-à-dire que le législateur, depuis 1972, a bien conscience que les femmes et les hommes n’occupent pas les mêmes métiers, qu’il y a ce qu’on appelle de la ségrégation professionnelle, et que c’est très rare d’avoir la même situation. Donc le législateur dit qu’il faut l’égalité salariale, potentiellement pour des emplois différents, mais jugés de même valeur.

En 1983, la loi d’Yvette Roudy a précisé sur quels critères on évalue la valeur. Il faut notamment un niveau de connaissance comparable, de diplôme, de formation. Il faut également des capacités professionnelles comparables, donc des savoir-faire, de l'expérience professionnelle comparable. Il faut des niveaux de responsabilités comparables, et il faut une charge physique et nerveuse comparable. Si on compare tout ça, si l'emploi est jugé de même valeur, il faut le même salaire.

« On pourrait, par exemple, comparer des infirmières avec des techniciens »

On pourrait potentiellement comparer des emplois à prédominance féminine avec des emplois à prédominance masculine, voir s'ils sont de même valeur, et à ce moment-là, revendiquer l'égalité salariale. On pourrait, par exemple, comparer des infirmières avec des techniciens, des sages-femmes avec des ingénieurs informatique. Ce sont des niveaux de diplômes qui peuvent être comparés.

On peut regarder après dans les tâches et voir si on est sur des emplois à valeur égale. À l'étranger, par exemple en Suisse, il y a eu une mobilisation vraiment passionnante au moment de la renégociation de la grille des salaires dans le canton de Genève. Les infirmières du canton de Genève ont revendiqué une revalorisation du salaire en se comparant aux gendarmes du canton de Genève.

« Un exercice d'évaluation et de comparaison des emplois »

Les gendarmes étaient positionnés deux niveaux au-dessus d'elles dans la grille des salaires. A été fait un exercice d'évaluation et de comparaison des emplois : quel est le niveau de diplôme, quels sont les types de responsabilités, quelles sont les contraires physiques, quels sont les éléments de charge mentale, de pénibilité, de responsabilité. La lutte a duré plusieurs années. Et à la fin, elles ont obtenu gain de cause et ont été revalorisées au même niveau que les gendarmes.

C'est vraiment le travail qui doit être mené par les partenaires sociaux, les syndicats salariés, les syndicats employeurs, dans les entreprises, dans les branches, mais aussi par l'État sur les métiers de la fonction publique. Cet exercice d'évaluation non discriminante des emplois en intégrant tous les risques de biais et de revalorisation et de comparaison avec les métiers masculinisés, c'est vraiment l'enjeu. On en parle aujourd’hui, mais c'est dans le cadre légal depuis 1972.

Séverine Lemière est à l'origine d’une pétition adressée au ministre de l'Économie Bruno Le Maire pour revaloriser les métiers féminisés. Pour la signer, c’est par ici.

01/05/2020 06:28
  • 559.9K
  • 623

395 commentaires

  • Didier A.
    08/05/2021 12:18

    C’est tellement vrai qu’on peut le voir dans l’autre sens : la féminisation d’une profession traduit son « déclassement » dans l’échelle des métiers. La plupart des professions féminisées ont été abandonnées par les hommes qui demeurent ceux qui choisissent et laissent les restes aux femmes. 😰

  • Emna G.
    23/05/2020 23:18

    https://www.linkedin.com/posts/cercle-k2_covid-19-le-personnel-de-sant%C3%A9-et-lapproche-activity-6663338521236959232-bmA2

  • Virginie B.
    14/05/2020 19:08

    Les métiers féminisés, surtout du service à la personne... Et pourtant, Mr Macron le banquier et beaucoup d'autres politiciens ont une vision très arrêtée sur le monde du travail, qui nous réduit encore plus à une catégorie subalterne... On les entend parler DU TRAVAIL QUI CRÉE DES RICHESSES, DE PRODUCTIVITÉ, COMPÉTITIVITÉ, PERFORMANCES, MONDIALISATION, EXPORTATION, D'ENTREPRISES, DE START UP, DE CONCURRENCE... etc... Nous, notre travail n'est pas mesurable, ne crée pas de richesses marchandes... On est et restera invisible 😢

  • Potter H.
    13/05/2020 17:06

    Foutez vous en grève générale toutes les femmes ...en france faudrait pas longtemps pour faire craquer ce gouvernement de merde...la france c'est pire en terme d'écart...

  • Rémy B.
    08/05/2020 20:12

    Un hommage aux femmes de la société ordinaire https://youtu.be/k6jhyWu1WLk

  • Didine F.
    07/05/2020 02:10

    C est bien homme femme arrête de te plaindre sois tu etudit et tu deviens ministre soit tu t arrete et tu va laver le gymnase arrete de faire ta femelle debrider

  • Christo H.
    06/05/2020 16:07

    Sinon ce serait des infirmier. Point

  • Ser A.
    06/05/2020 12:01

    maçon, plâtrier, couvreur, plombier, électricien, mécano, serrurier, chauffagiste, charpentier, etc. des métiers dits "d'hommes" et alors ?

  • Mireille R.
    05/05/2020 17:53

    Parlons en des salaires...savez vous que certaines aide medico psychologique touchent moins que les personnes handicapées qu'elles accompagnent au quotidien ...

  • Alain A.
    04/05/2020 22:01

    ❤️❤️❤️

  • Christophe C.
    04/05/2020 18:10

    Entièrement d'accord avec vous Nick Brody 👍👍👍👍👍 On peut ajouter les routiers aussi, dont le rôle est crucial en ce moment. Cette Séverine Lemière, manifestement pro-féminisite, et donc toxique pour tous, aurait mieux fait de se taire.

  • Omar R.
    04/05/2020 17:43

    Mais elle propose quoi pour régler le problème ? le constat est partagé par tous !

  • Maxence D.
    04/05/2020 17:20

    .

  • Hershey E.
    04/05/2020 16:24

    Mais cela ne les empêchent pas de procréer le soir en rentrant https://www.midilibre.fr/2020/05/04/confinement-la-vente-des-tests-de-grossesse-en-forte-augmentation,8873046.php

  • Patrick G.
    04/05/2020 13:52

    Ses incroyable de faire de la politique en même tant que ce virus soigné les gens et tes toi tes payée pour sa ou reste à la maison

  • Karine R.
    04/05/2020 12:58

    Hommes, femmes même combat. Moi j'applaudis pour les éboueurs et camionneurs, métiers principalement masculin. Faut pas y mettre un féminisme maladroit là dedans. Les gens qui font tourner le pays en cette période si particulière sont les moins bien payés du pays. C'est surtout ça que je retiens.

  • Maria B.
    04/05/2020 09:14

    Je trouve que ces personnes qui ont donné de leurs personnes en ce moment mérite une prime de 15ooo € vu le risque quelles prennent et le contexte du covid19 c'est peu (moins que certain politique qui s'octroie des primes (parachutes dorés)sur le compte du contribuables ce n'est que justice

  • Vivi J.
    04/05/2020 08:40

    Il y a aussi les éboueurs et les ouvriers de chantiers qui sont généralement des hommes.

  • Fanny D.
    04/05/2020 04:41

    Est-ce que le courage est un critère de revalorisation du salaire en somme ? Bonne question !

  • Quentin G.
    04/05/2020 00:08

    https://rr.lovevova.com/NTk4NzU0OTk=

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.