retour

L’histoire des algues vertes en 8 moments clés

Elles seraient à l'origine de plusieurs décès. Cet été, comme chaque année, elles ont envahi les côtes bretonnes. Voici l'histoire polémique des algues vertes en 8 moments clés, racontée par la documentariste Inès Léraud.

L'histoire des algues vertes en 8 moments clés

Elles seraient à l'origine de plusieurs décès. Cet été, comme chaque année, elles ont envahi les côtes bretonnes. Voici l'histoire polémique des algues vertes en 8 moments clés, racontée par la documentariste Inès Léraud.

Bretagne : 1968-1987

Dans les baie de Lagnon et de Saint-Brieuc, des nappes d'algues vertes apparaissent pour la première fois sur les plages. En séchant au soleil, elles dégagent une odeur pestilentielle. Le phénomène se répand petit à petit sur de nouvelles zones.

1988

Après 3 ans d'étude sur les causes des marées vertes, deux chercheurs de l’IFREMER, l’Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer pointent la responsabilité des nitrates, issus des engrais agricoles et des élevages porcins. Suite à leurs recherches, les élus leurs disent « que c'était pas possible, qu'il fallait revoir ces conclusions et que d'après leurs propres études faites en parallèle, les algues vertes seraient plutôt liées au phosphate émis par les stations d'épuration des villes » raconte Inès Léraud, journaliste et documentaliste.

Juillet 1989

Le journal Ouest-France publie un article : « Les algues vertes ont peut-être tué ». C'est la première fois qu'on parle du danger toxique des algues vertes. Quelques jours plus tôt, un joggeur de 26 ans a été retrouvé mort dans un amas d'algues vertes. Conduit à l'hôpital, il est pris en charge par Pierre Philippe, un médecin urgentiste. Celui-ci ne peut pas réaliser d’examens, tellement l'odeur est insupportable. « Et cette odeur, elle est pas du tout liée à l'état du corps, qui serait en putréfaction, pas du tout, le corps est frais, mais à l'état des algues dans lesquelles le corps est englué » explique Inès Léraud, journaliste et documentaliste.

Tout de suite, Pierre Philippe, médecin urgentiste, pense que la mort de ce jeune homme peut être liée à ce gaz nauséabond qui se dégage de ces algues. Pierre Philippe demande une autopsie, mais il n’en aura jamais les résultats. En se décomposant, les algues vertes rejettent notamment de l'hydrogène sulfuré, I'H2S, un gaz toxique pouvant entraîner la mort à forte concentration.

Au fil des années, plusieurs intoxications potentielles d'humains et d'animaux sont signalées. Mais « toutes ces alertes n'ont jamais été prises en compte et chaque cas nouveau suspect est toujours invalidé », précise Inès Léraud, journaliste et documentaliste.

28 juillet 2009

Un cavalier évanoui et son cheval mort sont retrouvés sur la plage de Saint-Michel-en-Grève. « J'ai vu mon cheval qui arrêtait de ventiler qui mourait de manière extrêmement rapide et moi, dans la foulée, je me suis évanoui » raconte Vincent Petit, cavalier et vétérinaire. Une autopsie est pratiquée sur le cheval. Dans ses poumons, on retrouve un taux extrêmement élevé d'hydrogène sulfuré.

20 août 2009

Face à la médiatisation de l'affaire, 4 ministres se rendent sur le lieu de l'accident. « L'omerta est enfin brisée » estime Inès Léraud. La ministre de l’Environnement de l’époque, Chantal Jouanno, déclare être « étonnée par le nombre d'années, pendant lesquelles on a joué la politique de l'autruche. » François Fillon, qui est alors Premier ministre, annonce le nettoyage des plages et que des engagements ont été pris avec les agriculteurs. Un plan algues vertes est annoncé pour résoudre le problème et on prévoit de réduire le phénomène des marées vertes d’ici 2015.

Été 2011

36 sangliers, 5 ragondins et 1 blaireau sont découverts morts aux abords de l'estuaire du Gouessant. Les algues vertes sont de nouveau pointées du doigt. « Alors que tous les éléments convergent vers le fait que l'hydrogène sulfuré soit bien la cause de ce décès collectif, l'administration et notamment la préfecture des Côtes-d'Armor, va sans cesse mettre en doute ces conclusions scientifiques » relate Inès Léraud, journaliste et documentaliste.

Face à de nouvelles critiques visant l'agriculture intensive, un syndicat agricole organise un match de foot sur une plage proche. « On ne peut plus accepter d'être pris pour les seuls responsables de tout ce qui se passe dans cette baie » déclare Didier Lucas, président du syndicat FDSEA Côtes D’Armorà cette occasion.

2016

Puisque les marées vertes n'ont pas vraiment diminué, on met en place, en 2016, un 2ème plan algues vertes, qui est censé durer jusqu'en 2021. Le 8 septembre 2016, nouvelle mort suspecte : un joggeur est découvert dans l'estuaire du Gouessant. Âgé de 50 ans, l’homme serait décédé en essayant d’aller secourir son chien. Aucune prise de sang n’est faite et l’autopsie aura lieu que des semaines après. Mais à ce moment-là, il n'est plus possible de savoir d'où provient l'hydrogène sulfuré puisque le corps en putréfaction, produit lui-même de l'hydrogène sulfuré.

« Le procureur de Saint-Brieuc va dire au terme de deux mois qu'aucun lien ne peut être fait entre les algues vertes et la mort de ce joggeur, mais dans le même temps, il va demander aux mairies de vraiment mettre des panneaux pour dire que cet endroit, l'estuaire du Gouessant, est très dangereux » raconte Inès Léraud, journaliste et documentaliste.

Été 2019

Le système de ramassage mis en place n'arrive pas à venir à bout des algues vertes donc les mairies sont obligées de fermer certaines plages. Cette année, un nombre exceptionnel de plages bretonnes ont été fermées. En plus, même les centres de traitement des algues vertes n'arrivent pas à venir à bout de ces algues vertes. Le centre de traitement de Lantic, par exemple, a été obligé de fermer et les algues qu’il devait traiter dans les Côtes-d'Armor, ont été épandues dans les champs.

Le 6 juillet 2019, un ostréiculteur meurt brutalement dans la baie de Morlaix. Plusieurs associations mettent de nouveau en cause les algues vertes. Mais une analyse poussée écarte cette théorie. « Au terme de mon enquête, j'ai compris qu'il y avait une phrase qu'on ne pouvait pas dire en entier, c’est : “Les algues vertes proviennent de l'agriculture intensive et tuent.” (…) Ça pose un vrai problème à la fois à l'administration en Bretagne et aux industriels » conclut la journaliste et documentaliste Inès Léraud.

13/08/2019 06:18mise à jour : 13/08/2019 10:18
  • 704.1k
  • 287

213 commentaires

  • Anne S.
    17/09/2019 13:42

    Tout cela est donc bien vrai mais pendant ce temps a Rennes il y quelques semaines les chinois sont venus négocier avec la Bretagne ils entendent nourrir 1 milliard de chinois avec le porc breton,,,!!!!! Et oui la peste porcine a décimé les élevages chinois .soyons cohérents

  • Maïwenn S.
    22/08/2019 08:06

    J'ai lu la BD "Algues vertes l histoire interdite" d Inès Léraud. Elle est très intéressante et très documentée. Ça fait froid dans le dos !

  • Arnaud B.
    21/08/2019 06:44

    je t'en parlais

  • Ian O.
    15/08/2019 15:13

    pour t’aider

  • Dany D.
    14/08/2019 22:39

    Nous c'est les Sargasses, déforestation, élevage, agriculture intensive principalement du Brésil, mais les algues n'ont pas de frontières... Même inaction il n'y aurait sois disant pas de réel danger en Guadeloupe ...

  • Sonia P.
    14/08/2019 21:55

    ça craint

  • Sylvain T.
    14/08/2019 11:49

    La Bretagne, ça vous gagne ! 😂😂😂

  • StepҺanie D.
    14/08/2019 11:08

    tu feras bien attention de pas marcher dessus ;-) Bonnes vacances

  • Vincent L.
    14/08/2019 09:37

    Les mêmes connards de politique qui faisaient croire que le nuage de Tchernobyl s'arrêtait aux frontières, et là, c'est pour protéger les agriculteurs gros connards de pollueurs (pas les paysans peu nombreux), incroyable l état de nos côtes, des cours d'eau (le leff pollué à outrance, quasi plus de poisson) les champs et talus vides de végétation sauvage et d'animaux, bref ils ne veulent rien changer ça leur rapportent bien trop à ces fumiers et c est nous qu'on essaie de culpabiliser avec nos voitures et j'en passe....

  • Quentin T.
    14/08/2019 08:50

    petite vidéo ;)

  • Gerard L.
    14/08/2019 08:24

    si ca ce passait a Paris cela serait fini depuis longtemps !!!

  • Jacqueline A.
    14/08/2019 07:38

    les causes????

  • Amélie A.
    14/08/2019 07:34

    vous ferez gaffe 😦

  • Marthe C.
    14/08/2019 06:32

    "Et dire qu'il suffirait d'arrêter d'en acheter pour que ça ne se vende plus !"

  • Erika J.
    14/08/2019 04:29

    😑

  • André R.
    14/08/2019 03:45

    🤨😲🤦‍♂️

  • Denis L.
    14/08/2019 01:17

    30 mg/L c'est le taux de nitrate dans l'eau du robinet ?

  • Namaste A.
    14/08/2019 00:35

    Bonjour je travaille sur la côte et j aurait aimé avoir une photo précise de l algue en questions car il y en plusieurs dont certaines que je connais comestibles mais celle ci je n ai pas de photo

  • Magalie C.
    13/08/2019 23:26

    et Intéressant et flippant 😲😲 Il s'agit de la laitue de mer?

  • Mireille C.
    13/08/2019 22:56

    Superbe reportage