retour

L'histoire du mot "beurette"

"Non, on n’est pas des beurettes." De la "Marche des beurs" à aujourd’hui, le mot "beurette" a une histoire. La voici.

« Beurette », un terme sexiste et stigmatisant

Dans certains discours, ce mot définit les femmes d’origine maghrébine. Mais pour de nombreuses concernées, il revêt un caractère raciste, dévalorisant et fétichisant.

Quand on tape le mot « beurette » sur Google, ce ne sont que des sites pornographiques qui apparaissent en première page. « C’est très, très grave. J’ai envie de dire : « Non, on n’est pas des beurettes, stop, arrêtez avec ce mot-là. » », s’insurge Linda.

« Je m’identifierais plutôt comme une française d’origine maghrébine »

L’histoire de ce terme remonte aux années 1980. En 1983, du 15 octobre au 3 décembre, des milliers de personnes issues des quartiers populaires marchent vers Paris pour dénoncer le racisme, la répression policière et les crimes racistes. C’est la Marche pour l’égalité et contre le racisme.

Rapidement, les médias rebaptisent le mouvement « Marche des beurs ». Un terme qui ne convient pas toujours aux femmes et hommes concernés. « C’est un peu péjoratif. Disons que je m’identifierais plutôt comme une Française d’origine maghrébine », assure Nadja.

Le problème avec cette expression, pour l’anthropologue, c’est la généralisation qu’elle entraîne. « Cette jeunesse-là va être constituée comme un groupe homogène désigné par le terme “beur”. On parle de la génération “beur” », détaille Nacéra Guénif-Souilamas, sociologue et anthropologue. Au-delà de la génération, ce mot revêt un caractère méprisant. « On va parler de désir d’intégration, ce qui est en soi un oxymore. Il y a une tonalité paternaliste très forte, une forme de condescendance qui conduit à les mettre sous tutelle, littéralement », analyse Nacéra Guénif.

« Arabe » devient « rebeu », puis « rebeu » devient « beur »

Comment en est-on arrivé au mot « beur » ? C’est une contraction du verlan d’« arabe ». « Arabe » devient « rebeu », puis « rebeu » devient « beur ». Derrière l’invention de ce mot, il y a un vrai storytelling, explique Nacéra Guénif. « Comment la marche pour l’égalité et contre le racisme devient la marche des Beurs ? C’est presque révisionniste, une façon de refaire l’histoire… »

À l’époque, François Mitterrand vient d’être élu président de la République. Nacéra Guénif raconte : « Après avoir reçu à l’Élysée certains des membres initiateurs de la marche, à son terme, en décembre 1983, il comprend qu’il a face à lui des acteurs politiques critiques, qui sont parfaitement clairs sur ce qu’ils demandent et notamment sur la fin des crimes policiers, des crimes racistes. »

Elle poursuit : « Il initie une contre-dynamique, comme une contre-insurrection, au fil de laquelle il faut complètement réinventer cette histoire et lui donner une toute autre finalité, qui va être de développer un antiracisme moral, et non pas politique. »

« On ajoute le suffixe « ette », qui accentue la mise sous tutelle »

Le mot féminin « beurette » apparaît plus tard. Dans les médias, il définit les femmes d’origine maghrébine. « Très vite évidemment, il faut nommer celles qui vont devenir les modèles d’intégration. Au lieu de passer au féminin simplement en ajoutant un « e », ce qui ferait « beure », on ajoute le suffixe « ette », qui accentue la mise sous tutelle, la domestication. On retrouve la même connotation que dans « midinette », « soubrette »… », détaille la sociologue.

Le mot devient progressivement une insulte. « Ça l’était sur le mode ‘’tu cèdes trop”, être de trop bonne volonté. Ça, c’est la première manière. Et il y a une forme de trahison clairement formulée. La beurette est un objet sexuel, et à ce titre, on peut lui renvoyer qu’elle cède à la prédation sexuelle des “Blancs”. »

« Nous, les femmes, on ne peut pas s’approprier le mot comme les hommes s’approprient le mot beur, parce qu’il est trop piégé avec sa connotation sexiste »

Une vision de la « femme arabe » héritée pour certains de la période coloniale. Dans les années 2000, des affiches racistes et des photos de nu de femmes indigènes sont redécouvertes, ce qui accentue le fantasme néocolonial et fétichisant. Une nouvelle catégorie apparaît sur les sites pornographiques, celle de « beurette ». « Nous, les femmes, on ne peut pas vraiment s’approprier le mot beurette comme les hommes peuvent s’approprier le mot beur, parce que le mot est trop piégé avec sa connotation sexiste », réagit Fatima.

Un cliché sexiste, raciste et classiste

« La beurette, c’est typiquement une figure orientaliste. C’est une figure d’une femme qui doit être attirante, mais surtout qui devient un objet sexuel. Un objet sur lequel il faut prendre l’ascendant. Ce mot est sexuellement, historiquement, généalogiquement, colossalement chargé. C’est un mot de l’humiliation des femmes arabes », affirme Nacéra Guénif.

En 2019, le site porno XHamster a publié son classement des termes les plus recherchés en France. Le terme « beurette » figurait en tête. Pour Shanese, ce mot est aujourd’hui trop connoté péjorativement pour continuer à l’utiliser. « C’est un cliché à la fois sexiste et raciste, puisqu’il ne renvoie qu’aux femmes arabes. Enfin, il est classiste, puisqu’il ne qualifie que des femmes de basse extraction sociale. »

05/06/2020 10:40
  • 2.7m
  • 3.1k

2107 commentaires

  • Salim K.
    7 heures

    Jai tjr déteste ce mots et ya que mtn qye vous vous en rendez compte vous etes ttes en retard

  • Mohamed R.
    8 heures

    Une beurette ça veut dire une femme moche donc c’est une insulte

  • Kennedid M.
    13 heures

    Le premier victime du monde du racisme et les ingnorants et les insouciance cette maladi du racisme sont des depressions identitéres qui les asiles et les suiciders et les politicens et les drogues les aclcooliques

  • Khaled L.
    17 heures

    Des Zombies 🧟‍♀️

  • Daphné L.
    un jour

    Le langage reflète la société. Beurette => suffixe etre utilisé pour minimiser une chose : fourchette, courette, etc... Donc minimiser la femme, ou comme dit dans la vidéo , parler de la femme soumise. De plus, faire la distintion entre le masculin et féminin = encore une fois faire la séparation, comme si lors des mouvements antérieurs etre homme ou femme "beur" faisait une difference pour leurs revendications. Arrêtons de toujours catégoriser les gens, parlons de ce qui est avec des mots qui reflètent la société dans laquelle on souhaite vivre, pas Celle dans laquelle on vit, sinon il n'y aura jamais de changements... Très bon reportage, et contrairement à beaucoup de commentaires parlant de "problème qui n'existe pas", arrêtez de toujours vouloir minimiser les problèmes des autres. Merci

  • Jøn R.
    2 jours

    Mia Khalifa aime ça.

  • Jenny D.
    2 jours

    Did u know about this term🤔.. i knew there was hard racist again arabic desecnt people from the french but never knew they even came up with a racist term 😤😤ancer

  • Fares B.
    3 jours

    sonack et bledards sa vous choque moin !! ou c est doucereux just quand sa vous touche

  • Tarek N.
    3 jours

    Non arabe...ça va pas.magrhrebin ça va pas...parceque ils sont sexualisables va ....on est définis que par ça ? Un débat pas hyper utile...quand jai rencontré quelqu'un ben jdis quoi si cest d'origine maghrébine ? Chui algérien...point

  • Tarek N.
    3 jours

    Alors je vous dirai que rebeu et beur sont aussi des connotations sexuelles...voir utilisée dans le monde gay comme mot ,appartenance...nous Sommes beurs rebeux....jvoix pas le rapport avec la sexualisation.ce sont les sites pornographiques qui se sont approprié ce terme pour les rencontres ou les films pour adultes...les femmes qui parlent de ca et ne se sentent pas concernées par la sexualisation...je les connais...ça ne les gene pas...si cest lcas elles le disent...les féministes sont encore derrière.beur et Beurette sont à la mode...moi ça mgene pas...encore et toujours les féministes.. sur les sites les filles se définissent comme ça. C bon ...si ça tconcerne cest ktu connais bien ton sujet.dsl...quand présente des amies quand jdis Beurette ya rien de dégradant...tu sais ske tu vaux ....et moi aussi..cest beau d'être beur...un jour on trouvera un autre mot va....

  • Bec K.
    3 jours

    Quoi que vous fassiez on vouz sortira toujours une appelation pour vous designez les francais c est la pire des especes ولن ترضى عنك اليهود ولا النصارى حتى تتبع ملتهم

  • Alex S.
    3 jours

    Y'a Afida Turner et ça interpelle personne ? 🧐😂

  • Adel M.
    3 jours

    De l'autre rive , nous aussi on sait trés bien faire la différence entre une maghrebine qu'on peut qualifier par ses origines et une beurrette en refference au beurre. cela veux dire si on te colle le label ce n'est pas par hasard . Peace

  • Amar H.
    3 jours

    Vous aimez bien donner le nom bledard au mecs qui vient du bled par contre vous aimez pas beurette ?

  • Yannick C.
    4 jours

    Pauvres femmes, comme si elles étaient seules à être spécialisées

  • Lakel D.
    4 jours

    c'est ça le pays des libertés ? coller des étiquettes aux femmes

  • Laura N.
    4 jours

    c’est pour toi ça

  • Abiola C.
    5 jours

    la fameuse beurette graduée des TP de chimie 🧪

  • Maxime M.
    5 jours

    Ba après ya bien une radio qui s'appelle Beur FM, et le terme beurette est utilisé y compris par des rappeurs : "beurette à chicha" par exemple etc... donc ce terme même s'il est péjoratif est utilisé par énormément de gens, c'est pas pire que les termes "portos" ou "rital" par exemple pour désigner les portugais et les Italiens qui sont eux aussi des termes pejoratifs.

  • Kheyo M.
    5 jours

    je pensais que ce mot avait disparu ... Très bon doc explicatif de la part de femmes pour ce très noble combat . Et tant pis pour les "hateurs", les machos et autres rétrogrades réacs de merde. Soutien et respect mesdames.

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des emails de Brut.