retour

L'histoire du mot "beurette"

"Non, on n’est pas des beurettes." De la "Marche des beurs" à aujourd’hui, le mot "beurette" a une histoire. La voici.

« Beurette », un terme sexiste et stigmatisant

Dans certains discours, ce mot définit les femmes d’origine maghrébine. Mais pour de nombreuses concernées, il revêt un caractère raciste, dévalorisant et fétichisant.

Quand on tape le mot « beurette » sur Google, ce ne sont que des sites pornographiques qui apparaissent en première page. « C’est très, très grave. J’ai envie de dire : « Non, on n’est pas des beurettes, stop, arrêtez avec ce mot-là. » », s’insurge Linda.

« Je m’identifierais plutôt comme une française d’origine maghrébine »

L’histoire de ce terme remonte aux années 1980. En 1983, du 15 octobre au 3 décembre, des milliers de personnes issues des quartiers populaires marchent vers Paris pour dénoncer le racisme, la répression policière et les crimes racistes. C’est la Marche pour l’égalité et contre le racisme.

Rapidement, les médias rebaptisent le mouvement « Marche des beurs ». Un terme qui ne convient pas toujours aux femmes et hommes concernés. « C’est un peu péjoratif. Disons que je m’identifierais plutôt comme une Française d’origine maghrébine », assure Nadja.

Le problème avec cette expression, pour l’anthropologue, c’est la généralisation qu’elle entraîne. « Cette jeunesse-là va être constituée comme un groupe homogène désigné par le terme “beur”. On parle de la génération “beur” », détaille Nacéra Guénif-Souilamas, sociologue et anthropologue. Au-delà de la génération, ce mot revêt un caractère méprisant. « On va parler de désir d’intégration, ce qui est en soi un oxymore. Il y a une tonalité paternaliste très forte, une forme de condescendance qui conduit à les mettre sous tutelle, littéralement », analyse Nacéra Guénif.

« Arabe » devient « rebeu », puis « rebeu » devient « beur »

Comment en est-on arrivé au mot « beur » ? C’est une contraction du verlan d’« arabe ». « Arabe » devient « rebeu », puis « rebeu » devient « beur ». Derrière l’invention de ce mot, il y a un vrai storytelling, explique Nacéra Guénif. « Comment la marche pour l’égalité et contre le racisme devient la marche des Beurs ? C’est presque révisionniste, une façon de refaire l’histoire… »

À l’époque, François Mitterrand vient d’être élu président de la République. Nacéra Guénif raconte : « Après avoir reçu à l’Élysée certains des membres initiateurs de la marche, à son terme, en décembre 1983, il comprend qu’il a face à lui des acteurs politiques critiques, qui sont parfaitement clairs sur ce qu’ils demandent et notamment sur la fin des crimes policiers, des crimes racistes. »

Elle poursuit : « Il initie une contre-dynamique, comme une contre-insurrection, au fil de laquelle il faut complètement réinventer cette histoire et lui donner une toute autre finalité, qui va être de développer un antiracisme moral, et non pas politique. »

« On ajoute le suffixe « ette », qui accentue la mise sous tutelle »

Le mot féminin « beurette » apparaît plus tard. Dans les médias, il définit les femmes d’origine maghrébine. « Très vite évidemment, il faut nommer celles qui vont devenir les modèles d’intégration. Au lieu de passer au féminin simplement en ajoutant un « e », ce qui ferait « beure », on ajoute le suffixe « ette », qui accentue la mise sous tutelle, la domestication. On retrouve la même connotation que dans « midinette », « soubrette »… », détaille la sociologue.

Le mot devient progressivement une insulte. « Ça l’était sur le mode ‘’tu cèdes trop”, être de trop bonne volonté. Ça, c’est la première manière. Et il y a une forme de trahison clairement formulée. La beurette est un objet sexuel, et à ce titre, on peut lui renvoyer qu’elle cède à la prédation sexuelle des “Blancs”. »

« Nous, les femmes, on ne peut pas s’approprier le mot comme les hommes s’approprient le mot beur, parce qu’il est trop piégé avec sa connotation sexiste »

Une vision de la « femme arabe » héritée pour certains de la période coloniale. Dans les années 2000, des affiches racistes et des photos de nu de femmes indigènes sont redécouvertes, ce qui accentue le fantasme néocolonial et fétichisant. Une nouvelle catégorie apparaît sur les sites pornographiques, celle de « beurette ». « Nous, les femmes, on ne peut pas vraiment s’approprier le mot beurette comme les hommes peuvent s’approprier le mot beur, parce que le mot est trop piégé avec sa connotation sexiste », réagit Fatima.

Un cliché sexiste, raciste et classiste

« La beurette, c’est typiquement une figure orientaliste. C’est une figure d’une femme qui doit être attirante, mais surtout qui devient un objet sexuel. Un objet sur lequel il faut prendre l’ascendant. Ce mot est sexuellement, historiquement, généalogiquement, colossalement chargé. C’est un mot de l’humiliation des femmes arabes », affirme Nacéra Guénif.

En 2019, le site porno XHamster a publié son classement des termes les plus recherchés en France. Le terme « beurette » figurait en tête. Pour Shanese, ce mot est aujourd’hui trop connoté péjorativement pour continuer à l’utiliser. « C’est un cliché à la fois sexiste et raciste, puisqu’il ne renvoie qu’aux femmes arabes. Enfin, il est classiste, puisqu’il ne qualifie que des femmes de basse extraction sociale. »

05/06/2020 10:40
  • 3M
  • 3.2K

448 commentaires

  • rose E
    05/07/2021 00:10

    les commentaires sont dégoûtants. 0 empathie, 0 bon sens, 100% de misogynie comme d’habitude 🥱 débile et heureux de l’être

  • Michel K.
    14/10/2020 01:29

    Oui Beurette c'est les Beurette à khel les beurettes du porno les Beurette qui aime les autres pénis alors que elle a tout dans son origine mais préfère les zizi des autres

  • Err O.
    14/07/2020 20:32

    مرحبا بك اكيد كتحلم يكون عندك متابعين فاليوتيوب او فالصفحة الرسمية ديالك 📲 ولكن كتلقى صعوبة باش تجمعهم🥺 موقع تبادل الاشتراك دار ليك الحل , أكبر موقع عربي و عالمي لتبادل المحتويات ... انضم الأن ... https://chat.whatsapp.com/JkeWq03bvjPK7RHowz9iif

  • Yannick C.
    07/07/2020 23:13

    Pauvres femmes, comme si elles étaient seules à être spécialisées

  • Kheyo M.
    06/07/2020 11:15

    je pensais que ce mot avait disparu ... Très bon doc explicatif de la part de femmes pour ce très noble combat . Et tant pis pour les "hateurs", les machos et autres rétrogrades réacs de merde. Soutien et respect mesdames.

  • Brigitte A.
    05/07/2020 10:02

    Quelle importance de se faire appeler Beurette. Nous, on nous appelait pieds noirs, Juifs, colonialistes. Encore du racisme ! Avez-vous que ce sont les hommes de couleur qui s'appelaient Négros ou Négres. Arrêtez de faire monter la mayonnaise du racisme. Ça suffit....

  • Chanou C.
    02/07/2020 16:38

    Lo La mais oui ces affiches étaient affichées en Algérie durant la colonisation! Et il y a eu pleins de "peintres" durant cette même période qui ont fait des tableaux sexuels, érotiques avec en représentation la femme voilée car parce qu'elle est voilée donc inaccessible elle a toujours représenté un fantasme pour ces hommes blancs!!! D'ailleurs encore aujourd'hui on attends de la beurette qu'elle soit "libre" selon leur pseudo liberté et qu'elle soit accessible en portant des mini jupes et compagnie! France sanon a écrit un livre sur l'Algérie en disant qu'il n'avait jamais vu d'aussi belles femmes qu'en Algérie! Ils veulent nous posséder, à l'époque ils entraient dans les demeures et violer ces femmes devant leurs maris, pères, frères! Pauvres d'eux des décénies plus tard le fantasme n'est pas fini!!!!

  • Dylan R.
    01/07/2020 14:58

    Vous préférez cagole peut être ? Ou pot de peinture peut être ? Ou tartine de beurre ?

  • Bertrand D.
    01/07/2020 13:11

    Ok les beurettes !

  • Phan N.
    30/06/2020 22:23

    Qu’importe Noir,Blanc,Rouge ou Jaune ! Toutes les larmes sont salées et tous les sangs rouges ....n’est-ce pas ???

  • Blondin C.
    30/06/2020 19:43

    Beurette vient de beurre, matière qui sert a lubrifié une partie du corps, partie du corps utilisée pour avoir des rapports sexuel, sans perdre sa virginité.,

  • Remy C.
    30/06/2020 15:29

    Ils commencent à nous les casser.... Vraiement

  • Julio B.
    30/06/2020 15:27

    Donde no habia racismo lo crearon las victimas imaginarias

  • Cyrille P.
    29/06/2020 18:33

    La Beurette a kekette 😂😂😂😂

  • CG G.
    29/06/2020 18:05

    beur(re) c'est pour mettre sur les tartines non ?🤣🤣et beurette c'est les petit beurre emballés que l'on trouve sur les table de petit déj dans les hôtel. Donc je n'y voit aucun racisme ... article qui ne sert a rien 🤣🤣🤣🤣

  • Jules M.
    29/06/2020 13:40

    Ça dit à personne de refaire une marche comme ça ?

  • Yo H.
    29/06/2020 11:36

    Moi ça me manque les chaînes style : ce message est un tantra venu d'inde par le dalaï-lama, Igor pudouski à ignoré ce message à Moscou, il est mort retrouvé pendu les mains attaché dans le dos avec un fusil et deux balles dans la tête. En Gascogne, un certain monsieur Celaire Jacques, à rigolé de ce message et ne l'a pas envoyé : on l'a retrouvé sodomisé à mort par une colonie de fourmis malinoise du Bengale . Si tu n'envoi pas ce message à 376488387289477482884 personnes de tes contacts en 3h : tu seras victime d'une pandémie covid68 mise à jour, et tu seras suspendu dans le néant distordu. Si tu le fais en revanche, tu auras 377382 vierges toujours beaucoup plus bonne que la plus bonne de tes copines, les cuisses écartées dans des tentes qui te serviront fellation à volonté pour 9.99e par mois.

  • Jeanine M.
    29/06/2020 11:28

    Depuis 1980 ça existe et c'est seulement en 2020 que cela dérange. Le réveil a dû oublié de sonner tout ce temps. Faut arrêter ces discours qui attise la haine dans toutes les communautés !! Y en a marre. 😯😡

  • Anita C.
    29/06/2020 11:23

    Bienvenue en France...🇨🇵

  • Théo P.
    29/06/2020 11:14

    ils sont vraiment graves les gens ça pleure pour rien "beurette" arrêté de vous plaindre pour R. Mdr