La Nouvelle-Zélande dépénalise l'IVG

Pendant ce temps-là en Nouvelle-Zélande, le Parlement vient de voter la dépénalisation de l'avortement, considéré jusque-là comme un délit passible de 14 ans de prison.

Les députés de Nouvelle-Zélande dépénalisent l’IVG

L’avortement était considéré jusque-là comme un délit passible de 14 ans de prison.

« Il est temps que cette chambre comprenne que les femmes ont le droit de contrôler leur corps, et que cette chambre et notre processus législatif n’ont pas le droit d’intervenir » a déclaré la députée néo-zélandaise Amy Adams, ancienne ministre de la Justice, pendant la session parlementaire du 18 mars. Ce jour-là, les députés néo-zélandais ont décidé de dépénaliser l’IVG.

« Les femmes n’auront plus à faire face à la honte, aux retards, au manque d’équité »

« Je voudrais voter cette loi avec la conviction que cela signifiera qu’enfin, les femmes n’auront plus à faire face à la honte, aux retards, au manque d’équité pour l’accès aux services que toute femme en Nouvelle-Zélande a le droit d’avoir », a poursuivi Amy Adams. En Nouvelle- Zélande, l’IVG était jusque-là considéré comme un délit passible de 14 ans de prison.

« L’objectif principal est de sortir l’IVG hors du cadre criminel légal dans lequel il se trouve en ce moment, et d’en faire une question de santé pour les femmes qui prennent cette décision très difficile aujourd’hui », a développé Andrew Little, ministre de la Justice.

La plupart des femmes étaient obligées de mentir

Depuis 1961, l’IVG était légale uniquement en cas d’inceste ou de grossesse à risque. Les femmes devaient alors le faire prouver par deux médecins différents. La santé physique ou mentale de la femme enceinte était invoquée pour 97 % des 14.000 IVG pratiquées en Nouvelle-Zélande en 2018. Pour interrompre une grossesse, la plupart des femmes étaient obligées de mentir.

« Il est temps de faire entrer ce cadre juridique dans le XXIe siècle et de refléter les valeurs modernes et la façon dont la plupart des Néo-Zélandais vivent leur vie », a ajouté Andrew Little. Sur les 203 pays analysés par l’OMS en 2019, 55 pays autorisaient l’IVG sur simple demande.

avatar
Brut.