Le département du Val-de-Marne interdit l'utilisation du glyphosate

"Demain, on pourrait nous dire : "vous avez été avertis, vous n’avez rien fait"." C’est la première fois en France qu’un département interdit l’utilisation du glyphosate. Christian Favier, président du Val-de-Marne, explique pourquoi il a décidé de prendre cet arrêté.

Christian Flavier, premier président départemental de France à bannir le glyphosate

Christian Flavier, le président PCF du Val-de-Marne, a annoncé ce mardi 10 septembre avoir pris un arrêté bannissant l'usage de produits phytopharmaceutiques contenant du glyphosate. Voici ses explications.

Christian Flavier, président PCF du conseil départemental, a pris un arrêté pour interdire l’utilisation du glyphosate dans le Val-de-Marne. C’est la première fois en France qu’un président, à l’échelle d’un département, prend une telle décision. Christian Flavier est conscient que l’arrêté sera sûrement révoqué par le tribunal administratif mais tient à mener une lutte symbolique.

Le glyphosate « peut avoir des effets extrêmement négatifs sur la santé » explique Christian Flavier : les produits phytopharmaceutiques peuvent entraîner des cas de cancer auprès des consommateurs et des agriculteurs.

Des dizaines de mairies ont déjà pris des arrêtés anti-pesticides. Christian Flavier souhaite que la mobilisation départementale incite le gouvernement à bannir l’utilisation de pesticides à l’échelle nationale. Selon Christian Flavier, le ministre de l’Agriculture écouterait plus les lobbies que les citoyens demandant des produits sains. Le ministre de l’Agriculture ne devrait « pas se contenter de demi-mesures » comme les bandes de protection autour des champs, ce qui est largement insuffisant selon Christian Flavier, président PCF du Val-de-Marne.

L’Union Européenne a autorisé l’utilisation du glyphosate jusqu’en 2022 mais « rien n’empêche la France de pouvoir décider d’une sortie anticipée » ajoute Christian Flavier. Selon le président PCF, une telle initiative aurait un poids considérable sur les politiques environnementales au sein de l’Union Européenne.

« On ne peut pas d’un côté faire des déclarations sur la protection de la planète (…) et puis de l’autre, là où on peut prendre des mesures de ne pas les prendre réellement » conclut Christian Flavier, président de la PCF.

avatar
Brut.