Les transports parisiens quand on est en fauteuil roulant

Sur les 16 lignes du métro parisien, une seule est "entièrement" accessible aux personnes en fauteuil roulant comme Quentin. Notre journaliste Mina Soundiram a passé l'après-midi dans les transports avec lui…

“Je prends rarement le métro tout seul parce que je sais que c’est galère”


Quentin est en situation de handicap, et doit se déplacer en fauteuil roulant. Il vit à Paris et doit parfois prendre les transports en commun, comme les lignes de bus ou de métro. Mais sur l’entièreté du service souterrain parisien, seule la ligne 14 est entièrement accessible des personnes à mobilité réduite. Brut l’a suivi lors de son trajet aller-retour de chez-lui à la Gare de Lyon. “Je me suis toujours dit que je voulais vivre normalement et pas me mettre de barrières par rapport à mon handicap. Je prends le temps, je m’adapte, je sais que parfois c’est plus difficile”, explique Quentin.
Le métro à New-York est-il adapté aux fauteuils roulants?


“Je vois qu’il y a un ascenseur mais il a l’air en travaux…”


Le trajet commence à l’arrêt Pont Cardinet dans le 17e, à 16h20. Le départ se passe sans accroc, les deux ascenseurs pour aller jusqu’à la rame fonctionnent. Mais cela n’empêche pas Quentin de s’inquiéter: “Je prends rarement le métro tout seul parce que je sais que c’est galère. Donc, en fait, je le prends quand je suis avec des amis. Si il y a besoin de faire des escaliers, ils peuvent m’aider, porter le fauteuil, m’aider à monter…” énumère-t-il.
Le quotidien d'un malvoyant dans les transports en commun parisiens


17h02, le voilà bien arrivé à l’arrêt de la gare. Mais il faut maintenant remonter à la surface. “Je vois qu’il y a un ascenseur mais il a l’air en travaux…”, montre Quentin. Des aménagements sont en train d’être effectués pour améliorer l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite. “C’était accessible jusque là même s'il y a un petit rebord pour le métro mais c’est accessible. Donc là, c’est une bonne chose pour l’avenir mais là, tout de suite, maintenant, j’ai l’impression qu’on va être un peu bloqués donc on va aller voir l’accès qu’ils nous proposent”, ajoute-t-il. Un autre ascenseur se trouve plus loin mais même problème: il ne fonctionne pas. “Là, les gens montent soit par l’escalier, soit par l’escalator. J’ai l’impression que c’est la seule solution qu’on a, en fait.”
Yoann, opérateur de service en gare


“Ils me proposent 1h03 de bus, on a pas d’autres alternatives”


Quentin doit alors compter sur la personne l’accompagnant, ou sur la générosité des passants. “Je vais me mettre debout en m’appuyant sur la rampe. Et après, je vais m’appuyer sur votre bras parce que tout porter, ce sera compliqué.” Une fois à la surface, il débrief de son premier voyage sur le réseau en situation de handicap. “On est partis de Pont Cardinet pour prendre la ligne 14 et aller à la Gare de Lyon. C’est une ligne qui est censée être totalement accessible. Bon, là pour la gare, elle l’est normalement dans les faits mais il se trouve que là, en ce moment, elle est en travaux. Paradoxalement, justement pour améliorer l’accessibilité.”
Amaury est en grève de la faim pour pouvoir prendre le train


Pour son trajet retour jusque chez lui, Quentin va prendre le bus. “Je vais regarder les autres alternatives mais là ils me proposent 1h03 de bus avec deux changements. Pour revenir, on a pas d’autres alternatives que d'y aller en bus.” Cette fois-ci, c’est encore compliqué de trouver un ascenseur pour sortir de la gare, demandant aux agents de l’aider à se repérer dans l’espace. Et une fois à l’arrêt, il faut attendre le bus, et que le conducteur mette en place la plateforme, avant de pouvoir arriver au point de départ. “Après un trajet de pas loin de 3 heures ou un peu plus même, je pense… On n’est pas allés à Marseille, on est juste allés à la Gare de Lyon et retour en bus”, conclut Quentin.
Pourquoi les métros sont-ils bondés?


avatar
Brut.