Pourquoi les métros sont-ils bondés?

Depuis un moment, les voyageurs se plaignent des transports parisiens bondés. Mais comment cela se fait-il? Brut y répond.

“Il manquerait quasiment un quart des métros sur ces lignes-là”


En ce moment, dans les transports en commun franciliens, la situation est très compliquée. Les usagers se retrouvent dans des rames bondées, à devoir parfois laisser passer plusieurs métros avant de pouvoir monter dedans. Mais à quoi cela est dû? “En fait, il y a plusieurs problèmes. D’une part, Île-de-France Mobilités, qui est l’autorité organisatrice des transports en Île-de-France, a demandé à la RATP d’assurer un service légèrement réduit. Le deuxième point, c’est surtout que récemment, la RATP n’est pas en mesure, apparemment, d’assurer la circulation de toutes les rames de métro qui correspondraient à la demande d’Île-de-France Mobilités”, explique Michel Babut, vice-président de l’Association des usagers des transports.
Le quotidien d'un malvoyant dans les transports en commun parisiens


Il continue: “Le plus évident sont les lignes 12 et 13, où, effectivement, quand on cumule à la fois l’offre réduite demandée par Île-de-France Mobilités et la non-réalisation d’un certain nombre de circulations par la RATP, il manquerait quasiment un quart des métros sur ces lignes-là par rapport à la situation avant Covid. Île-de-France Mobilités demande une offre réduite selon les lignes, essentiellement pour deux raisons qui se conjuguent. D’une part, la fréquentation dans le métro est inférieure à la fréquentation globale constatée avant le Covid. Et le deuxième point, c’est que Île-de-France Mobilités a des problèmes de financement et donc essaye de faire des économies, entre autres, en réduisant la circulation des métros.”
Son métier : conductrice de bus scolaire


“L’entreprise confirme être pleinement mobilisée sur le sujet”


“Un phénomène qui s’accentue depuis cet été, c’est le manque de conducteurs. Apparemment, il manquerait un certain nombre de conducteurs par rapport à l’effectif théorique dont a besoin la RATP. Donc aujourd’hui, si vous voulez, la RATP est à la fois dans une période où la mise en concurrence a démarré avec les bus de grande couronne, dans une période où il n’y a plus de PDG actuellement. Ça n’arrange rien”, conclut Michel Babut. La RATP, l'entreprise des transports franciliens, contactée par Brut., a répondu: “L’entreprise confirme être pleinement mobilisée sur le sujet du manque de conducteurs tout en rappelant que ce sous-effectif reste relativement modeste au métro (moins de 100 conducteurs sur 3 100) et sans commune mesure avec la situation du réseau de Bus. L’entreprise déploie des moyens importants pour recruter et former de nouveaux conducteurs, avec une forte accélération de ses plans de recrutement et de formation. Le sous-effectif devrait se résorber rapidement dans les prochains mois, pour un retour à l’effectif nominal vers la fin mars.”
Son job d'été : il transporte des touristes à vélo sur l'île de Ré


avatar
Brut.