retour

Placée car ses parents voulaient un garçon : Sofia Aouine raconte

Ses parents voulaient un garçon. Parce que c'était une fille, elle a été placée à l'Assistance publique. Son histoire lui a inspiré un roman : Rhapsodie des oubliés. Sofia Aouine raconte.

24/12/2019 07:05
  • 355.3k
  • 87

66 commentaires

  • Angelina W.
    06/01/2020 15:13

    Moi jaite place à la dds

  • Angelina W.
    06/01/2020 15:13

    Tu fe tre mâle ô coeur

  • Virginie M.
    03/01/2020 11:07

    Chapeau bas madame, je vais vous lire et vous souhaite le meilleur.... 😁

  • Carole W.
    01/01/2020 12:17

    Merci pour ce temoignage...je vous admire...faut il avoir vecu l'enfer ? et avoir un caractere fort ? pour malgre tout , faire son chemin et faire un beau pied de nez au destin...oui ...surement...c'est moi aussi...!.se battre toujours et toujours encore...ne pas baisser les bras....malgre les ruines se reconstruire jour apres jour...le grand combat d'une vie...j'en suis....il est long le chemin....mais tellement satisfaisant...courage...je vous embrasse...

  • Olivia S.
    01/01/2020 01:23

    Je ne peux qu’approuver tout ce témoignage : enfant de la Dass avec un numéro de matricule, 3 familles d’accueil dont 2 ont été un véritable enfer, la culture, l’art, le refuge dans les livres m’a permis d’être la résiliente que je suis aujourd’hui.

  • Celine D.
    30/12/2019 12:37

    écoute bien tout se quel dit sur les enfant née sous x

  • Thierry C.
    29/12/2019 16:14

    💋

  • Loubayna L.
    28/12/2019 20:39

    C'est honteux d'enlever un enfant de ces grands parents pour le laissé a des étrangers le monde à l'envers dans notre culture Arabe la famille d'abord on dernier l'emplacement

  • Lug D.
    27/12/2019 21:35

    un autre livre à lire

  • Kamal Z.
    27/12/2019 19:40

    L'enfant n'est pas responsable de son sexe. C'est une innocente ou un innocent qui viennent au monde et que le hasard parfois fait naître dans une famille victime de ses préjugés et de ses pulsions destructrices. Quelqu'un témoigne ici de la bêtise tentaculaire qui a détruit sa vie. L'assistance publique est le lieu des anges au destin brisé, des " maladies honteuses " nées d'un accouplement de quelques minutes. La phrase prémonitoire d'une psychanalyste ainsi que la culture ont joué pour cette personne un rôle salvateur. La culture qui nous permet de surmonter l'immanence en nous proposant une transcendance nouvelle : celle de la lucidité qui dans ce cas précis a été mise en mots.

  • Michael V.
    27/12/2019 18:46

    la bonne ambiance

  • Samyra B.
    27/12/2019 14:50

    le courage de dénoncer, ce que redoute le plus ceux qui font ce type de saletés...

  • Florence M.
    26/12/2019 21:23

    Formidable

  • Sylviane P.
    26/12/2019 21:09

    Ta la tuer tes parents.

  • Aida D.
    26/12/2019 12:18

    Bravo, merci pour l'information...

  • Kahina N.
    26/12/2019 10:46

    Ça fait mal au cœur vraiment

  • Christine G.
    26/12/2019 10:02

    Petite fille ou petit garçon on ne fait pas de mal aux enfants tout court,j'ai grandie en famille d'accueil, et en foyer ballotté a droite a gauche,je suis mère aujourd'hui de 3 enfants et même mamie d'une petite fille,jamais j'aurai pût faire du mal a mes enfants,ils sont toute ma vie,je comprend pas comment on peux donné la vie a un petit être pour lui la détruire😠😠😠

  • Hedya T.
    26/12/2019 06:20

    Lilia Taktak : commentaire émouvant !!!!

  • Laure M.
    26/12/2019 02:15

    Belle thérapie 🙏🏼 stay strong never give up! 💪🏼💪🏼💪🏼 Je vous envoie plein d ondes positives.

  • Safia S.
    26/12/2019 01:48

    Il faut être fils de tel chanteur ou nièce de telle actrice. Le passage de l'écrivain ne confirme pas ces dires, un témoin ou un mot écrit, c concret. Et pourquoi aurait-elle dit ça? On n'a pas entendu qu'elle avait vu une compo, rien. Et c bizarre, cette prétention à prédire: chacun son style et seul le public peut choisir. Surtout, je n'aime pas sa lecture. J'aurais préféré un regard d'enfant.