Quand les femmes subissaient les questions sexistes des journalistes

Le plus dur quand on était une femme pionnière dans son domaine il y a 50 ans, c'était les questions des journalistes… 🙄 #tbt

“Est-ce que ce n’est pas gênant pour vous de diriger des hommes sur un terrain ?”

Être une femme pionnière dans son domaine il y a 50 ans, c’était prendre le risque de se confronter aux remarques sexistes des journalistes n’hésitant pas à poser des questions déplacées. Mais pour ces femmes, pas question de se laisser faire. “Ça ne vous gêne pas, ça ne vous trouble pas ? Vous n’êtes pas inquiète sur l’avenir, vous n’avez pas peur qu’on vous prenne un peu pour un monstre et qu’on s’éloigne de vous ?”, lançait un journaliste à Anne Chopinet, première femme reçue major au concours d'entrée de l’Ecole Polytechnique. “Je ne me sens pas anormale parce que j’ai réussi le concours de Polytechnique”, répliquait la jeune femme. Quand Jeannie Longo répondait aux critiques misogynes des cyclistes

Dans les années 60, certains métiers, sports ou activités étaient réservés exclusivement aux hommes et aux femmes. Geneviève LAC, arbitre de match de football a elle aussi reçu des propos sexistes par rapport à son domaine d’activité. “Est-ce que ce n’est pas gênant pour vous de diriger des hommes sur un terrain ? Est-ce qu’ils vous obéissent bien ? Est-ce que vous pensez que c’est vraiment la place d’une jeune fille de faire ce… de s’adonner à cette activité ?”, s’interrogeait un journaliste en 1967. Des cours contre le sexisme en entreprise

avatar
Brut.