retour

Roms : immersion dans un bidonville

Pour Brut, Camille est allée à la rencontre de familles roms de la région parisienne. Immersion dans un camp, loin des clichés.

Les Roms, victimes de la pauvreté et des préjugés

Notre reporter Camille est allée à la rencontre d’une communauté rom de la région parisienne. Entre extrême précarité et graves problèmes de santé, ils se battent pour survivre.

Miodrag Radosavljevic est ferrailleur. Avec son petit-fils, tous les jours, il monte dans sa camionnette à la recherche de métaux. « Une tonne, c'est 80 euros. Pour avoir une tonne, il faut travailler trois semaines », indique Miodrag, impuissant. Le quinquagénaire fait partie des 400.000 Roms de France. Dans le monde, ils sont environ 7 millions, principalement basés en Europe de l’Est.

« Ça ne me plaît pas de vivre dans une caravane, sur un terrain où je n'ai pas d’eau »

Pour Brut, notre reporter Camille est allée à la rencontre de plusieurs familles roms de la région parisienne. Miodrag, 54 ans, vit en France depuis sept ans. En plus de la pauvreté, il doit affronter de nombreux préjugés. « On travaille tous les jours, mais les gens pensent n'importe quoi de nous. Qu'on est malins, qu'on est des voleurs, qu'on est des… Je ne sais pas quoi », déplore Miodrag.

Comment explique-t-il ces préjugés sur sa communauté ? « Les gens ont peur parce qu'ils ne comprennent pas la vie des Gitans. On ne vole pas d'enfants. Ça ne me plaît pas de vivre dans une caravane, sur un terrain où je n'ai pas d'eau, pas de courant, où je n'ai rien du tout. Ça me plairait d'être dans une maison. Mais qu'est-ce que je peux faire ? Je n'ai pas de chance, alors je suis sur un terrain comme ça », résume le père de famille, amer.

« C’est excentré de tout, loin de toutes les villes, les écoles, le travail »

Miodrag habite dans un bidonville à 30 km au nord de Paris, dans la plaine de Pierrelaye. Depuis 15 ans, près de 200 personnes vivent ici, dans des conditions extrêmement difficiles. Dans ce bidonville, il n'y a ni eau courante, ni électricité. Janine, volontaire à ATD Quart Monde, vient régulièrement en aide à ces familles roms. « J’habite à Pierrelaye, tout près d'ici. Je connais ce lieu depuis qu'il existe, depuis 17 ans. C’est excentré de tout, loin de toutes les villes, les écoles, le travail. Les conditions matérielles sont dignes du siècle passé », s’insurge la retraitée.

D’autant que pour la plupart des habitants, se faire embaucher quelque part est impossible. C’est le cas de Miodrag, vétérinaire dans son pays d’origine, la Serbie, qui se situe hors de la Communauté européenne. « On m'a dit : "Monsieur, vous êtes serbe, vous ne pouvez pas travailler avec votre document. Si vous êtes roumain, oui." Comment je peux faire ? Je suis venu en France parce que je n'avais pas de travail dans mon pays, parce que je suis handicapé. Je ne peux pas travailler avec les mains. L’une a eu une opération, l’autre est paralysée. Le médecin m'a même donné des papiers à remplir pour une reconnaissance de handicap. Mais je ne peux pas toucher d'argent parce que je n'ai pas la carte de séjour. »

Des enfants atteints de saturnisme

Mais ce qui inquiète le plus Janine, c'est la santé des enfants qui vivent dans le bidonville. Ici, tous les sols sont contaminés au plomb. Chez les enfants, un taux de plomb dans le sang trop élevé peut provoquer des retards de croissance, ainsi que de graves problèmes mentaux à l'âge adulte. On appelle cette maladie le saturnisme. Le 20 janvier dernier, l’Agence régionale de santé s’est rendue sur place pour faire des prélèvements. « Les résultats sont que, vraiment, c'est pollué, indique Janine. Il y a du plomb et sûrement d'autres choses. »

Auparavant, le bidonville de la plaine de Pierrelaye était une zone d'épandage des eaux usées de Paris. « Il y avait tout un système d'égouts, de canalisations. Ils ouvraient des vannes et l'eau se répandait dans toute la plaine », explique la bénévole d’ATD Quart Monde. Aujourd’hui, beaucoup d’enfants habitent sur ces sols pollués. Et la plupart d’entre eux restent ici toute la journée, faute de pouvoir aller à l’école. Élysée, un petit garçon d’à peine 10 ans, a le dos couvert de boutons. « Le médecin a dit que si on restait encore beaucoup de temps ici, ça pouvait faire des problèmes avec la tête », confie sa mère.

« On ne vole pas, on ne fait pas la manche, on ne fait que travailler »

Avec sa famille, elle vit de la mendicité, comme beaucoup de foyers roms. Toutefois, ce n'est pas le cas de tout le monde dans le bidonville. Beaucoup d’habitants sont là temporairement, pour des jobs saisonniers. Ceux-ci qui peuvent en effet être payés jusqu'à 10 fois plus qu'en Europe de l'Est. Liliane, ouvrière agricole, vient régulièrement depuis près de 15 ans. « Mes frères et soeurs travaillent. Tout le monde a ses papiers et touche les allocations familiales parce que tout le monde travaille dans le domaine agricole : la cueillette des pommes, la vigne, tout ce qu'il est possible de faire », détaille Liliane.

Pas une seule fois Liliane n’a eu affaire à la police. « On ne vole pas, on ne fait pas la manche, on ne fait que travailler. Et si on n'a pas de boulot, on prend la voiture et on va collecter la ferraille. Comme ça, on gagne un peu d'argent et on peut s'acheter à manger. » Malgré ses économies, la mère de famille est obligée de vivre séparée de sa fille, qui dort dans une autre caravane. « On ne peut pas habiter ici à cinq ou six personnes », explique Liliane. Après une année complète de travail, celle-ci s’apprête, avec sa famille, à rentrer en Roumanie pour les vacances. Avant de revenir, et de recommencer à zéro.

17/08/2020 09:56
  • 2.2M
  • 1.4K

1129 commentaires

  • Pascal C.
    un jour

    Je n’ai vu que le début, qui aurait l’idée d’aller faire de la ferraille habillé comme ça ? 3 semaines pour faire une tonne de ferraille ??? Z’en avez pas assez de prendre les gens pour des c…..

  • Jeanmarie M.
    un jour

    Vu et revu.tout le monde sait que les roms s expatrient en France pour pouvoir prendre ce qu il ya a prendre.le problème vient que la d où ils viennent de leurs pays d origine personne n en veut.poourquoi?ne les jugeons pas trop vite il serait temps pour cette communauté de s intégré dans son propre pays.pendant ce temps les gamins ne vont pas à l école vivent dans la crasse et le gouvernement français pendant ce temps là il brasse de l air.En2021 les roms les tziganes ne sont pas intégrés dans leur propre pays et la France ne peut plus accueillir toute la misère du monde .a vous de jouer messieurs les politiciens.

  • Jàson S.
    2 jours

    Les roms sa a rien avoir avec les gitans

  • Alan A.
    2 jours

    Bidonville qui a plus de sous que la plus part d’entre nous ...

  • Jackie G.
    2 jours

    En Roumanie ils n aiment pas les roms il faut pas confondre roumain et roms, j ai un ami roumain ne lui dite jamais que c est un roms

  • Jackie G.
    2 jours

    Heu ils roulent sans assurance, sans control techic sans ceinture, se sont des cercueils roulant personnes dit rien,

  • Mathieu G.
    3 jours

    Déjà ça commence bien Rome aussi appelle gitan rien à voir deux monde différent !!!!

  • Laureless T.
    3 jours

    C bien de les aider mais il faut aussi aider les autres

  • Micado M.
    3 jours

    C’est pas pareil les gitan et Romain

  • Dominique R.
    3 jours

    Tous des voleurs Apart quelle que un

  • Aurelien M.
    3 jours

    Des gens très mal jugés et pourtant ils ont la main sur le cœur et le plus entre-eux ils sont très solidaires pas comme toi le français qui laisse même tes enfants dehors eux jamais. Une vie qui m'aurait vraiment plus.

  • Jean M.
    3 jours

    On a des préjugés sur ces gens qui touchent le RSA et cambriolent les villages qu'ils traversent et bien ce sont souvent de chics types

  • Charly K.
    3 jours

    Quand je vois certains commentaires....je comprends pourquoi MACRON est passé !!!!

  • Tibo L.
    5 jours

    Chacun cher sois , et c’est qui qui paye les aides c’est encore nous 🤬🤬🤬🤬😡😡😡

  • Tim T.
    5 jours

    Combien de fois on vous le dit les Roms ce n'est pas pareil que les gitans que les voyageurs que les Manouche 🤔

  • Mark J.
    5 jours

    c'est l'histoire d'un chômeur serbe? avec des papiers roumains? qui vient pour faire une reconnaissance de handicap afin d'avoir une allocation...? j'ai rien compris...

  • Anna T.
    5 jours

    😡😡😡😡😡👿👿👿👿👿

  • Anna T.
    5 jours

    Pfffff

  • Mahmoudi M.
    6 jours

    C'est malheureux mais c'est le quotidien de ces gens là !c'est aux politiques de pendre des décisions afin d'intégrer ces minorités dans la société française et de donner une chance à leurs enfants d'être scolarisés car par l'école représente un premier pas dans l'intégration au sein de la société .

  • Antoine T.
    6 jours

    Toute la merde qui les entoure n'est malheureusement pas venue avec le vent... Les dechets ce sont les leurs

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.