retour

Simone Zanoni - Ce plat, c'est l'histoire de ma vie

La cuisine, c'est sa grand-mère qui lui a appris. Le chef italien Simone Zanoni raconte pourquoi ses tortellis de veau braisé lui sont si personnels.

Le plat d'une vie : les tortellis du chef Simone Zanoni

Le chef du restaurant Le George, à Paris, nous livre les secrets de sa cuisine… qu’il tient de sa grand-mère.

« Ma grand-mère, elle a fait partie de ma vie entre mes 7 ans et mes 10 ans. Avec elle, j’ai appris à faire la cuisine. Surtout, j’ai appris à ressentir l’amour des choses faites maison. » Simone Zanoni est chef au George, un des restaurants de l'hôtel Four Seasons George V, qui a une étoile au Guide Michelin. Mais avant de décrocher une étoile et d’être internationalement reconnu, il a tout appris en cuisinant avec sa grand-mère. Notamment son plat favori : les tortellis. Pour Brut, il raconte.

### « Si on perçait les tortellis, attention, la grand-mère, elle était pas contente ! »

Au départ, j’avais pas le droit de faire les tortellis. J’avais juste le droit de mettre l’œuf sur la pâte. Et après, j’avais le droit de faire les petites boulettes de farce. Et au bout de six mois, un an, j’avais le droit de commencer à fermer les tortellis. C’était très marrant de les faire avec elle.

Il y a six mois, je suis rentré à la maison, j’ai refait des tortellis avec elle, et la première chose qu’elle m’a dite, c’est : « Tu vas très vite, Simone. Je me rappelle qu’à l’époque, tu n’allais pas aussi vite que ça. » Elle a 92 ans, elle est encore en pleine forme. Elle fait 3 km à pied tous les jours. Elle est géniale. Elle fait encore un petit peu de cuisine

Je me rappelle qu’avec ma grand-mère, une fois qu’on posait le jaune d’œuf, c’était une course contre la montre. Elle me disait : « Vas-y, Simone, dépêche-toi, dépêche-toi, sinon, la pâte, elle sèche. Après, tu ne peux plus la travailler. » Si on perçait les tortellis, attention, la grand-mère, elle était pas contente !

Les tortellis de veau braisé, aux pleurotes et au jus de viande

Une assiette qui me tient beaucoup à cœur, ce sont les tortellis de veau braisé, aux pleurotes et au jus de viande. Tout ce ce que j’ai mis dans l’assiette fait partie de mon passé. J’ai injecté de l’ADN dans l’assiette : c’est rien d’autre que des pâtes, mais c’est un plat qui me parle.

Je viens d’un petit village juste à côté du Lac de Garde. Ça s’appelle Provaglio Val Sabbia. À l’époque, il y avait 600, 700 habitants. Mon papa avait une ferme avec des animaux. On avait des lapins, des coqs, des poules et des grandes bêtes. On avait des veaux, on avait des bœufs. Je m’attachais énormément à ces animaux parce que je les nourrissais tout le temps. J’allais leur donner à manger deux fois par jour. Je les nettoyais, aussi. Et j’avais toujours du mal à voir un animal partir, être tué, parce qu’il y avait une espèce d’attachement.

« Pour un gamin, un morceau de viande, ce n’est pas un animal vivant »

Aujourd’hui, pourquoi est-ce que je peux respecter autant les animaux ? C’est parce que je sais d’où vient ma viande. Je connais le sacrifice qu’un animal doit faire pour arriver à ma table, et c’est important de le respecter. Les problèmes de la société d’aujourd’hui, c’est qu’on a coupé ce contact, ce lien. Pour un gamin, pour un enfant, un filet de poulet ou un morceau de viande, ce n’est pas un animal vivant, c’est juste une barquette sous vide dans un rayon d’hypermarché.

On ne peut pas respecter quelque chose qu’on ne comprend pas. Quand on tue une bête, quand on tue un animal, pas question de jeter n’importe quel morceau de viande, on utilise tout. Par exemple, un bout de viande pas joli, gras, pas tendre, on lui donne une deuxième vie : on va le braiser, on va le cuire tout doucement, comme le faisait grand-mère quand j’étais petit. On le cuisinait à basse température, on lui donnait du goût, il devenait tendre parce qu’il y a du gras à l’intérieur, et avec ça, on faisait une farce excellente. C’est qui va donner le goût à notre tortelli. 

« Je suis né avec la culture de l’anti-gaspillage »

Il y a zéro déchet chez nous. Par exemple, on a des chutes de pâtes. Ces chutes de pâtes, on les coupe, on les appelle « maltagliati ». Ça veut dire « mal coupées ». Grand-mère les prenait, elle les mettait dans le frigo, et les jours d’après, on mangeait des pâtes. On les faisait cuire comme des pâtes normales. D’abord, avec la famille, on mangeait les tortellis, la pâte la plus noble, et les jours suivants, elle et moi, le soir, on mangeait ces fameuses maltagliati. Je suis né avec la culture de l’anti-gaspillage. 

Je suis également né avec la culture du respect animal. Mais aujourd’hui, je me rends compte qu’il y a beaucoup de gens qui n'ont pas eu la chance de vivre les mêmes expériences que moi. Je veux vraiment montrer aux gens comment on vivait avant, et leur montrer qu’aujourd'hui, on peut continuer à adopter les bons gestes, comme par le passé. Ma grand-mère a goûté mon assiette. Il y deux, trois détails qu’elle n’a pas forcément compris, par exemple, pourquoi je mélange de la sauge et du citron, mais à part ça, elle a trouvé ça très élégant. Merci nonna ! 

10/03/2020 17:10
  • 1.6M
  • 538

377 commentaires

  • Marion M.
    18/03/2021 11:45

    : ça te rappelle quelque chose 😉 ?

  • Dimitri P.
    12/03/2021 09:18

    boss

  • Ludovic M.
    11/03/2021 17:01

    J'adore la façon dont il explique la vie de ses produits et leurs histoires ainsi que le respect animalier. C'est vraiment important le respect des produits en cuisine. Et la transmission des valeurs de génération en génération c'est génial. Ça vous tout l'or du monde.

  • Tom D.
    11/03/2021 11:43

    🤤🤤🤤

  • Paquita A.
    16/02/2021 08:32

    Ooh mais on resterait des heures a l ecoute monsieur zanoni vous meritez votre etoile et merci pour nous transmettre toute votre richesse votre passé qui fais votre savoir aujourd'hui

  • Paul K.
    11/01/2021 14:57

    Je vous adore...dans le bon sens du terme...

  • Zoran C.
    12/12/2020 08:11

    Il raconte sa vie, rien sur sa recette

  • Lada O.
    05/12/2020 20:13

    Dépêche toi viens nous montrer ton savoir en cuisine

  • Axel V.
    05/12/2020 07:38

    Camille Malakier mon préf!

  • Isabelle G.
    16/11/2020 20:14

    Merci Simone, c'est un véritable bonheur de t'entendre parler ainsi de ton enfance, c'est exactement celle que nous avons vécu à la maison. Papa était Italien et il ne supportait pas le gaspillage, et ça nous est resté. Continues à nous apprendre les bonnes choses de l'Italie 😍😍😍👍👍👍👍👍👍

  • Camille C.
    04/11/2020 21:35

    On ira en remerciement des rouleaux de printemps : )

  • Léa L.
    04/11/2020 18:49

    A quand la vidéo avec la nonna? 😊

  • Helene L.
    04/11/2020 17:06

    Vous êtes un bon porte-parole pour le respect de ce qu'on met sur la table. j'adore vos commentaires.

  • Lydie B.
    04/11/2020 14:55

    ah j'allais te tager dedans 🙄

  • Paranaï C.
    04/11/2020 13:45

    , la prochaine fois je veux un cours sur les pates ! 😉

  • Juliette C.
    04/11/2020 13:04

    on fera

  • Signo R.
    04/11/2020 12:13

    😋

  • Josée Y.
    04/11/2020 11:22

    S'il devient célèbre, c'est grâce aux femmes!

  • Sa R.
    04/11/2020 10:36

    ton cuisinier préféré

  • Delphine L.
    03/11/2020 20:52

    😋

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.