YouTube : un collectif syndical pour défendre les droits des youtubeurs

Jörg a lancé un collectif syndical pour défendre les droits des youtubeurs. Voilà pourquoi il s'attaque au géant de la vidéo.

Un syndicat pour défendre les droits des YouTubeurs

Le YouTubeur allemand Jörg Sprave a fondé un collectif syndical en 2018 pour dénoncer l’absence de transparence et le manque de soutien de YouTube.

“Les gens pensent que les YouTubeurs sont des sortes de rockstars, qu’ils profitent de la vie et consacrent 30 minutes par jour à la création d’une vidéo cool. Mais ce n’est pas ça, la réalité. Tu n’as pas de vacances, tu fais des heures sup’, tu travailles le week-end et tu ne seras jamais aussi célèbre qu’une star de télé ou d’Hollywood.” Jörg Sprave est en colère. Ce YouTubeur allemand, qui anime la chaîne The Slingshot Channel, affirme avoir vu ses revenus chuter considérablement depuis de nouvelles réglementations mises en place par YouTube.

Une baisse de revenus de 80 %

En 2017 en effet, le réseau social a changé ses règles de monétisation. Les vidéos “controversées” sont moins rémunérées par les annonceurs. On parle “d’ad-pocalypse”. Géopolitique, sexualité, objets dangereux… De nombreuses chaînes sont concernées. Avant cette nouvelle réglementation, Jörg Sprave gagnait jusqu’à 6.000 euros par mois. Aujourd’hui, ses revenus ont chuté de 80 %. “J’ai dû trouver de nouveaux moyens de gagner de l’argent. J’ai fait beaucoup de sponsoring. Le problème, c’est que les followers n’aiment pas beaucoup ça. Ils disent que tu te vends. Les gens arrêtent de suivre ta chaîne, donc ce n’est pas quelque chose de pérenne” déplore le jeune homme.

Jörg Sprave dénonce également l’absence de transparence et le manque de soutien de YouTube. En 2018, il a donc décidé de lancer un collectif syndical pour défendre les droits des YouTubeurs. “Cette situation est similaire à celle qui a eu lieu aux débuts de l’ère industrielle en Europe. Les propriétaires étaient très puissants et les travailleurs sans pouvoir. Ils étaient exploités, abusés. Je pense que la même chose est en train de se passer dans le domaine du travail en ligne, et je pense que la solution doit être la même que par le passé : s’unir, se rassembler.” Son collectif s’est associé au puissant syndicat IG Metall. Leur campagne FairTube fédère aujourd’hui plus de 26.000 YouTubeurs.

“La profession de YouTubeur indépendant va disparaître”

Jörg Sprave résume leurs revendications en trois points : “Nous réclamons trois choses. Premièrement, de la transparence. Nous voulons que YouTube communique tout ce qu’il sait sur nous, et tout ce qu’il fait à nos vidéos. Ensuite, de la communication. Nous voulons une vraie personne à qui s’adresser. Enfin, nous voulons de la justice. Nous voulons être traités de la même manière que YouTube traite les grands comptes.” Son collectif cherche aujourd’hui d’autres syndicats nationaux européens avec qui s’allier. Car l’avenir est sombre. “Je pense que la profession de YouTubeur indépendant va disparaître petit à petit. Très peu de YouTubeurs vont être capables de maintenir leur niveau de vie” affirme Jörg Sprave.

avatar
Brut.
3 janvier 2020 14:23